Bienvenue
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


archives Saison 1 et 2
 

Partagez|







|INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Mar 22 Déc - 3:13




Even a white rose

has a black shadow



Le temps passait dans la douleur et dans la solitude. Charlie soufflait doucement une petite chanson en effleurant le verre qui lui servait de cellule temporaire. Elle avait rapidement fait le lien entre cette cellule temporaire et les séances de torture. Une heure avant une séance, elle était transportée ici et elle y revenait pour encore une heure après. C’était une routine qui ne semblait jamais prendre fin. La seule variante était la fréquence. Parfois, elle pouvait y passer deux fois dans la même journée dans cette pièce où elle subissait un nombre incalculable de tortures. William entra alors dans la cellule pour lui prendre le bras avec une douceur contrastant avec la brutalité des gardes. Charlie s’agrippa à son t-shirt écoutant distraitement la voix chaleureuse de son ami. Elle avançait tel un robot s’accrochant à William comme si elle s’accrochait à la vie. La mutante sortit de sa torpeur en remarquant qu’ils n’empruntaient pas le sentier habituel. Ils se dirigeaient vers une autre salle. Elle jeta un regard inquiet autour d’elle. Son regard émeraude avait perdu cette lueur qui autrefois l’animait. Le jeune homme posa sa main sur une machine et la porte s’ouvrit dans le silence complet. Il y avait déjà des personnes dans la pièce. Charlie ne remarqua même pas qu’il y avait une autre personne attachée et encore moins qui était cette personne. William la dirigea gentiment vers la plateforme placée à la diagonale et y attacha son amie. Ses mains tremblaient faiblement alors que les sangles se resserraient autour du frêle corps. Charlie étira légèrement la main pour serrer la sienne en lui faisant un petit sourire. Le jeune homme posa un baiser sur le front de la mutante et sortit en jetant un regard en coin à l’autre mutante. Charlie le fixa jusqu’à ce qu’il disparaisse et regarda finalement en face d’elle. Aussitôt, tout son corps se tendit alors qu’elle fixait la jeune femme. Marah. Des milliers de pensées et de sentiments contradictoires se bousculaient en elle alors que ses yeux écarquillés ne quittaient pas la mutante.
« Marah », murmura-t-elle.
Des gardes se postèrent aux côtés des deux mutantes alors qu’un homme se sépara des rangs pour s’approcher d’un plateau qui trônait entre les deux mutantes. Charlie observait les seringues et les lames qui étaient exposées.
« Bonjour Marah. Bonjour Charlie. Ravie de vous revoir. Nous faisons face à un fâcheux problème… » Commença l’homme habillé de noir, un tablier couvrant ses vêtements.
Charlie retint son souffle. Elle fit dériver son regard sur Marah alors qu’une légère lueur d’animosité s’allumait dans ses yeux verts. La lueur disparut aussi vite qu’elle était apparue. La rouquine serra les poings et ferma les yeux.
« Marah, Marah… » Dit-il avec un bruit de mécontentement. « Nous voulons cette clé USB. Alors nous essayons une nouvelle technique. Nous ne serions pas là à torturer ces pauvres personnes si tu nous aurais donné cette clé… Je vais te donner un aperçu de ce qui se passe si tu n’obtempères pas… »
Charlie tressaillit légèrement aux paroles de l’homme. Elle ne comprit pas tout de suite le sens des paroles de l’homme avant de le voir approcher avec une seringue pleine d’un liquide de nature inconnue.
« C’est quoi? » Lâcha-t-elle d’une petite voix.
« Ça? Oh, je ne sais pas. Je ne suis que le bourreau ici. C’est aux scientifiques qu’il faudrait demander ce que c’est! » Répondit-il, amusé.
Charlie serra les dents et tourne la tête. Elle sentit l’aiguille pénétrer sa peau et injecter le liquide. L’homme recula alors de quelques pas, se mettant aux côtés de Marah. Charlie ne sentit rien après quelques secondes suivant l'injection. Elle jetta un regard interrogatif au bourreau, mais lorsqu’elle vint pour prendre la parole, une douleur éclata dans tout son corps. Sa bouche resta ouverte, mais aucun son ne sortit. Sa cage thoracique semblait comprimée. Finalement, son cri de douleur se fit entendre. Tout son corps se tendit vers l’avant alors que la douleur ne faisait que grimper vers de nouveaux niveaux. Elle eut l’impression qu’on broyait ses os, qu’on la rouait de coups… Que son être entier était en feu… Ses yeux se teintèrent entièrement de noir un instant. Cinq minutes. Cela ne dura que cinq minutes, mais cela sembla être une éternité. Lorsque tout ce cirque prit fin, Charlie fixait le sol, les larmes roulant sur ses joues alors que son corps était engourdi encore.
« Alors, commençons si tu le veux bien Marah. »





codage de whatsername.

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 


Dernière édition par Charlie M. Anderson le Dim 3 Jan - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 3029
ÂGE : vingt-cinq ans
CÉLÉBRITÉ : Elizabeth Olsen
NATURE : Pass-mental/psionique
EMPLOI : étudiante, fugitive de Kanatrix Corporation
LOCALISATION : Washington D.C avec Roman
POUVOIR(S) : Nouvelle mutation : EN COURS
Marah possède le pouvoir d'altérer la perception visuelle (manipulation mentale) en exerçant un contrôle mental sur une/des personnes visées.
Elle peut entrer également une fois dans la tête de la personne :
- modifier leurs émotions : les amplifier comme les « calmés » le contact physique l'aide, mais n'est pas nécessaire.
- Elle peut se "connecter" à la personne, ne faire plus qu'un et lui faire ressentir ce qu'elle ressent, jouer avec les émotions. ( Une bulle protectrice d'une couleur rouge écarlate entourent généralement les deux individus.
- avoir accès aux souvenirs, aux peurs, aux émotions
- avoir accès aux intentions du moment.
LES EFFETS SECONDAIRES : Elle a malheureusement des effets secondaires assez violent lorsque son champs d'action se voit augmenté. En effet lorsqu'elle use de son pouvoir à un haut degrés la jeune femme se voit affublé de crise apparenté à de l'épilepsie, avec des tremblements violents. ou encore se projette elle-même dans une "illusion" qu'elle crée ( en général ce n'est pas très agréable - elle projette souvent ses plus grande peurs). Seul, des médocs peuvent la calmé. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Son organisme à de plus en plus de mal à gérer les crises, et elle aussi.
- Récemment elle s'est vu avoir des saignements de nez.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Marah Darshkov
Listen my Voice in your Head

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Mer 23 Déc - 14:33





Let's start the game... |INTRIGUE |

feat Charlie


Les larmes coulent en silence, elle a peur, elle a mal. Les ecchymoses, les coupures parsèment son corps tout entier. Les hurlements, les crient raisonnent encore dans sa tête, les souvenirs d’Allen penchait au-dessus d'elle, un sourire aux lèvres lui glace le sang rien que d'y penser. Le rire des gardes. Le regard de Wesley sur son corps, son souffle sur son coup. Elle frissonne. Elle ferme les yeux pour tout oublier, mais c’est peine perdue, elle le sait. Des images tout aussi horribles lui viennent à l’esprit.

Elle baisse les yeux, la cicatrisation se fait de plus en plus lente. Distraitement, elle frôle du bout de ses doigts le pansement qui orne son flanc droit, retenant une grimace. Elle se sent fatigué, épuisé par tout ce qui lui arrive. Mais que lui avait-il fait ? Le moindre mouvement devient difficile et lui arrache des gémissements. Le sang recouvre désormais une partie de son visage avec le reste de son maquillage qui n’est plus désormais qu’un vaste souvenir. Le silence lui pèse plus que jamais. Elle se sent seule, démunie par tout ce qui se passe autour d’elle. Impuissante. Recroquevillé sur elle-même, Marah a perdu la notion du temps. L’espoir de revoir son jumeau s’amenuise de jour en jour alors qu’elle tente de garder la tête hors de l’eau. Combien de jours, de semaine était-elle prit au piège ? Elle n’en savait rien. Tout comme ce qu’il attendait dans quelques minutes.

Des bruits de pas se firent entendre au loin et doucement, la panique l’envahi. Ses mains se mirent à trembler, suivis par le reste de son corps alors qu’elle rampe à quatre pattes, pour rejoindre le fond de sa cellule, attirant ses genoux contre elle, elle espère secrètement qu’ils continuent leur marche, qu’ils l’oublient l’espace d’un instant. Les bruits de pas cessent bien avant la fin du couloir. Oui, son esprit a pris l’habitude de compter les pas des gardes jusqu’à sa cellule. Vieil automatisme qu’elle avait pris lorsqu’elle était encore une gamine. C’est alors qu’elle comprit qu’il était temps, qu’ils étaient venue pour elle. La porte s’ouvrit lentement, laissant entrer la lumière que la jeune femme n’avait pas dû voir depuis environ deux jours. Ses yeux clignèrent plusieurs fois le temps de s’habituer à cette nouvelle luminosité aveuglante. Dans l’encadrement de la porte, se tenaient deux hommes, doté d'une carrure imposante.

Ils entrèrent à l’intérieur, l’un des deux se mit à parler. Mais, elle s’était coupé du monde, leurs paroles n’étaient que des bruits sourds, des mouvements de lèvres inaudibles à ses oreilles. Elle leva faiblement la tête, les yeux encore embués de larmes distinguant à peine le visage de ses gardes. Un gémissement sorti d’entre ses lèvres coupé alors qu’ils la soulevèrent avec une facilité déconcertante. Elle avait perdu plusieurs kilos depuis sont arrivées, mangeant à peine deux bouchés de ce qu’on voulait bien lui donner. D’habitude, elle aurait ingurgité tout ce qui lui passer sous la main, mais ça c’était avant tout ça.

Les hommes se saisirent d’elle, la tirant brutalement hors de sa cellule. Entourée des deux gardes, elle se demandait ce qu'il l’attendait aujourd’hui. Allait-elle de nouveau se faire découper en morceaux comme un vulgaire morceau de viande ? Se faire manipulait l’esprit peut-être ? Peu importe, elle allait mourir bientôt. Elle en était certaine. Tant qu’elle pouvait tenir, elle le ferait, mais un jour, son corps lâcherait pour de bon, son esprit partira très loin. Mais là, au moins elle serait en paix. Ne souffrirais plus. N'entendrait plus ses amis lui dire que c’était sa faute, s’ils étaient là, prix aux piège comme des animaux. De nouveau, les portes s’ouvrirent. Inconsciemment ses yeux se rivèrent sur le scanner puis sur le digicode de l’entrée. L’instinct de survie. Sa mémoire photographique. Une autre vieille habitude qu’elle avait gardée lors de la première évasion. Ils entrèrent à l’intérieur, une nouvelle pièce. L’odeur de l’ammoniac lui donne la nausée. Des dizaines de personnes sont dans cette pièce, assises. Il la regarde, la fixe comme si elle était accusée de quelque chose. Les sourcils de Marah se froncent. Que se passait-il ? Qu’allaient-ils lui faire ?

Désormais assise au centre de la pièce sur une plateforme, les mains attachées derrière le dossier son regard se porte frénétiquement autour d’elle, sa respiration se faisant irrégulière, saccadé. Elle a peur, quelque chose va arriver. Elle le sait. Elle le sent. De nouveau, le claquement de la porte, des pas se font entendre. Quelques secondes et elle l’aperçoit. ELLE Charlie, son amie. Son ancienne ? Elle secoua la tête, les yeux brillants. « Marah », murmura Charlie, une légère lueur d’animosité dans le regard. Charlie lui en voulait. Lueur qui brisa le coeur de la brune, alors qu’à son tour elle murmurait celui de son amie.  « Charlie qu’est-ce que…» les sourcils fronçaient d’incompréhension. Son corps se raidit, ses mains se crispent sur les accoudoirs alors que petit à petit, elle commence à comprendre ce qui se passe. « bonjour Marah. Bonjour Charlie. Ravie de vous revoir. Nous faisons face à un fâcheux problème… » Commençait l’homme vêtu de noir, un tablier couvrant ses vêtements. « Marah,Marah… » dit-il avec un bruit de mécontentement. Elle leva la tête vers lui, ayant une vague idée de ce qu’était « le fâcheux problème » auquel il faisait référence. Durant ses quelques jours, ils s’étaient tous acharné pour avoir un semblant d’information sur cette fameuse clé USB, montant peu à peu tous ses amis contre elle, dans le but de la faire craquer. Mais, jusqu’à présent, ils avaient lamentablement échoué. « Nous voulons cette clé USB. Alors nous essayons une nouvelle technique. Nous ne serions pas là à torturer ces pauvres personnes si tu nous aurais donné cette clé… Je vais te donner un aperçu de ce qui se passe si tu n’obtempères pas… »  L’homme s’approche lentement de Charlie, une seringue à la main, ses yeux croisent ceux de la rouquine « C’est quoi? » Lâche Charlie d’une petite voix. « Ça ? Oh, je ne sais pas. Je ne suis que le bourreau ici. C’est aux scientifiques qu’il faudrait demander ce que c’est! » Répondit-il, amusé.La panique monte alors que l’aiguille entre en contact avec la peau de son amie qui détourne vivement la tête.

La panique monte, son coeur s’affole. Marah bouge,  se débat comme elle le peut, mais les liens l’entrave. Elle est impuissante. Elle ne peut rien faire, hormis la regardait souffrir. Encore et encore.  Arrêtez, NON ! non, non... Charlie ! Criait-elle mais rien, il continue. Les larmes commencent à couler alors qu’elle baisse la tête, fermant les yeux. Voulant à tout prix s’enlever de la tête cette image qui lui brise le coeur. « Alors, commençons si tu le veux bien Marah. » Voit son amie dans cet état, se faire torturer à sa place. Elle foudroie du regard l’homme au côté de Charlie. « combien de fois il va falloir que je vous dise que je ne sais RIEN. Vous voulez vous en prendre à quelqu’un alors c’est moi. Laissez les Tranquilles, ils n’ont rien à voir là-dedans ! » .


Mots: 1248
love.disaster

___________________________________



Darshkov family
La vie sans toi ne vaut la peine d'être vécu, tu es mon confident, ma moitié, mon âme soeur. Tu es le seul qui a su me percer à jour. Le seul en qui j'aurais toujours confiance. Tu es mon frère, mon jumeau, mon tout. Tu es tout simplement irremplaçable. Toi Roman.▵ Fausse identité : Irina Ieltsine (c) hawking
Award:
 


Dernière édition par Marah Darshkov le Lun 4 Jan - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t396-marah-darshkov-pretend-to-be-someone-else-to-save-your-life
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Dim 3 Jan - 20:27




Even a white rose

has a black shadow



Des mots. Le pouvoir des mots n'était pas à sous-estimer. Les mots étaient vicieux, répandaient leur venin avec une lenteur presque douloureuse. Ces mots qui savaient où faire mal et comment faire mal. Les employés de Kanatrix savaient joués des mots aussi bien qu'ils savaient jouer avec les armes. Les mots s'étaient incrustés et restaient désormais dans l'esprit de la rouquine. Cela se voyait dans son regard hagard. Alors que la douleur résonnait sourdement dans son corps, les lèvres de Charlie se mirent à s'agiter, répétant consciencieusement les paroles qu'on lui avait dit tant de fois. Aucun son ne sortait, on pouvait seulement lire sur ses lèvres ce qu'elle répétait avec une ferveur presque religieuse. C'était à la fois étrange et fascinant de voir la scène. Charlie finit par se calmer, ses yeux se fermant et sa respiration devenant plus lente. La voix de Marah résonna alors dans la pièce provoquant aussitôt une réaction chez Charlie.
« Combien de fois il va falloir que je vous dise que je ne sais RIEN. Vous voulez vous en prendre à quelqu’un alors c’est moi. Laissez les Tranquilles, ils n’ont rien à voir là-dedans ! »
Le docteur ne dit pas un mot, observant avec attention Charlie qui recommençait à s'agiter avec vigueur. La mutante secouait ses sangles en marmonnant le même discours qu'elle disait quelques minutes plus tôt. Les larmes se mettaient à couler sur ses joues alors que ce que Marah venait de dire jouait en boucle dans son esprit. Allen s'accroupit et murmura quelques mots inaudibles à l'oreille de Charlie.
« Elle n'essaie même pas de vous sauver, de vous aider... Elle n'essaie même pas de nous induire en erreur pour tenter de vous épargner pendant un instant... Elle vous laisse souffrir sans un seul répit alors qu'elle sait très bien où la clé doit se trouver... Crois-tu vraiment qu'elle ne sait rien? »
Cette dernière se tendit aussitôt alors que son regard se mit à étudier son amie. La confusion régnait en elle. Devait-elle croire en Marah ou en Allen? Alors que son esprit tentait de mettre de l'ordre dans ce chaos, elle sentit de nouveau une piqûre. La douleur s'éveilla en elle comme un feu ardent. Elle serra les dents alors que son cri semblait résonner sourdement.
« Tu ne sais rien Marah? Tu en es sûre? Je devrais peut-être demander à Charlie de regarder? Elle est devenue bien docile, elle fouillerait dans ta tête sans aucun problème. », susurra-t-il en s'approchant de Marah, cherchant à la provoquer. « Les mots peuvent ressembler aux rayons X ; si l'on s'en sert convenablement, ils transpercent n'importe quoi. » Cita-t-il en pointant du doigt Charlie. « Ce n'était qu'une question de temps avant de la briser et qu'elle y croit dure comme fer », commenta-t-il laissant alors quelques indices sur ce qui s'était passé avec la rouquine.
Les cris de Charlie finirent par mourir dans un gémissement rauque. Sa gorge était irritée et ses yeux semblaient brûler. Elle murmurait de nouveau les même paroles comme si cela pouvait calmer la douleur, comme si cela donnerait un sens à tout ce chaos. Son regard finit par se relever lentement vers Marah, douleur, haine et confusion y régnant. Ses lèvres s'ouvrirent alors que son corps se tendait vers l'avant.
« Dit-leur ou c'est moi qui va aller chercher l'information. J'en ai marre que l'on subisse cela pour cette clé, pour toi alors que toi... » Commença-t-elle, le dédain commençant à percer dans sa voix. « Toi, tu... »
Sa voix se tut, la confusion reprenant le dessus. Elle clignait des yeux rapidement, tentant de comprendre ses paroles, de comprendre ses sentiments, mais le bruit de mécontentement d'Allen la fit sursauter. Elle regarda autour d'elle devenant de nouveau complètement déconnectée de la réalité. Même le docteur qui prononça son nom ne la fit pas tiquer. Ce dernier finit par se tourner vers Marah en soupirant.
« Bon, il y a encore des améliorations à faire... Alors, Marah, je te le demande pour une dernière fois. Où est la clé USB que tu as dérobée? Si tu refuses encore de me le dire, c'est Charlie qui s'en occupe et vu son état, ce ne sera pas une partie de plaisirs pour toi » Lâcha-t-il finalement dans un faible ricanement.





codage de whatsername.

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 3029
ÂGE : vingt-cinq ans
CÉLÉBRITÉ : Elizabeth Olsen
NATURE : Pass-mental/psionique
EMPLOI : étudiante, fugitive de Kanatrix Corporation
LOCALISATION : Washington D.C avec Roman
POUVOIR(S) : Nouvelle mutation : EN COURS
Marah possède le pouvoir d'altérer la perception visuelle (manipulation mentale) en exerçant un contrôle mental sur une/des personnes visées.
Elle peut entrer également une fois dans la tête de la personne :
- modifier leurs émotions : les amplifier comme les « calmés » le contact physique l'aide, mais n'est pas nécessaire.
- Elle peut se "connecter" à la personne, ne faire plus qu'un et lui faire ressentir ce qu'elle ressent, jouer avec les émotions. ( Une bulle protectrice d'une couleur rouge écarlate entourent généralement les deux individus.
- avoir accès aux souvenirs, aux peurs, aux émotions
- avoir accès aux intentions du moment.
LES EFFETS SECONDAIRES : Elle a malheureusement des effets secondaires assez violent lorsque son champs d'action se voit augmenté. En effet lorsqu'elle use de son pouvoir à un haut degrés la jeune femme se voit affublé de crise apparenté à de l'épilepsie, avec des tremblements violents. ou encore se projette elle-même dans une "illusion" qu'elle crée ( en général ce n'est pas très agréable - elle projette souvent ses plus grande peurs). Seul, des médocs peuvent la calmé. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Son organisme à de plus en plus de mal à gérer les crises, et elle aussi.
- Récemment elle s'est vu avoir des saignements de nez.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Marah Darshkov
Listen my Voice in your Head

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Lun 4 Jan - 20:55





Let's start the game... |INTRIGUE |

feat Charlie


Elle se focalise sur Charlie alors qu’Allen, reste silencieux. Il est là, plantait devant elles, à les observés comme des rats de laboratoire, son calepin dans sa poche. il observe intensément son amie qui se remet à secouer ses sangles avec vigueur. Les yeux brillants, Marah tente d’inciter la rouquine à la regarder droit dans les yeux, essayant de lui faire comprendre qu’elle n’y était pour rien dans toute cette histoire. Que jamais, ô grand jamais, elle l’aurait mise en danger pour cette clé que Roman avait subtilisée de son propre chef. Elle savait que c’était une mauvaise idée depuis le début. Ô bien sûre, elle avait tenté de dissuader son frère par tous les moyens, mais c’était mal connaître Roman. Elle ne nous apportera que des ennuis lui avait-elle dit, mais il avait préféré suivi son idée. Malheureusement. Voilà désormais où ils en étaient, Charlie souffrait à cause d’eux et Marah n’y pouvait rien ne part regarder, pleurer ou encore supplier.

« Elle n'essaie même pas de vous sauver, de vous aider... Elle n'essaie même pas de nous induire en erreur pour tenter de vous épargner pendant un instant... Elle vous laisse souffrir sans un seul répit alors qu'elle sait très bien où la clé doit se trouver... Crois-tu vraiment qu'elle ne sait rien? »  Dit-il ce penchant vers Charlie, lui susurrant des âneries à son oreille. Peut-être ces mots paraissaient inaudibles aux oreilles de son amie, mais pas pour Marah qui se mit à s’agiter sur sa chaise. La colère de la brune monta rapidement, son coeur qui s’emballe. Ouvrant, fermant la bouche quelques secondes alors que son regard se balade entre les deux protagonistes en face d’elle. «FERMEZ LA ! (…) Elle sait très bien que je ne lui ferais AUCUN mal ! Criait- elle à son encontre alors qu’elle tourne sa tête vers son amie, l’implorant de la croire. Les lorsqu’un garde s’avança vers elle dangereusement. Un air menaçant sur le visage, Marah se mit à déglutir, sa poitrine se souleva plus vite que la normale. Cette fois-ci il ne leva pas la main alors elle ne perdit pas une seule seconde pour ce faire comprendre à Charlie qu’elle faisait fausse route. « Il te manipule Charlie. Tu connais leurs méthodes par coeur ! CHARLIE…. Charlie regarde-moi dans les yeux ! je t’en prie, tu sais que je ne te ferais jamais de mal. JAMAIS. La clé USB je.. je sais pas où elle se trouve Cha…. » Le prénom de son amie, elle n’arrivait plus à le prononcé distinctement, les larmes lui montant doucement aux yeux, la panique l’envahie. Allen se rapprochant dangereusement de la rouquine, elle était perdue, ne sachant quoi faire pour arrêter ce massacre. Devait-elle mentir ? Mais à quoi cela lui servirait . Elle gagnerait quelques minutes tout au plus. Ils étaient loin d’être dupe ayant des agents aux quatre coins de la ville. C’était évident qu’ils ne mettraient que très peu de temps pour se rendre compte de la supercherie.

Et il repartit à la charge, devant elle, lui injectant ce produit devant les yeux Marah horrifié . Incapable de bouger. Il était, là, jetant un petit regard en coin pour voir comment elle allait réagir, si elle allait craquer. Mais comment pouvait elle ? Elle ne savait rien. Elle le clamait haut et fort depuis sont arrivés, mais personne ne semblait vouloir la croire. Son regard rencontre de nouveau celui de Charlie, elle sent que quelque chose ne va pas, que son amie ne sait plus quoi penser, qu’elle lutte pour ne pas sombrer dans la folie lorsqu’elle se mit à crier. Mélange de peur et de souffrance. Marah ferma les yeux un instant, se mordant l’intérieur de la bouche pour ne pas céder. Elle détestait voir les gens qu’elle aimait souffrir autour d’elle. Elle avait toujours cet instinct d protéger les siens et Charlie en faisait partie, la voir dans cet état lui fendait le coeur. « Tu ne sais rien Marah? Tu en es sûre? Je devrais peut-être demander à Charlie de regarder? Elle est devenue bien docile, elle fouillerait dans ta tête sans aucun problème. » Lui dit-il tout doucement, susurrant cette phrase comme une sombre menace voilé tout en s’approchant d’elle, cherchant à la provoquer.   « Les mots peuvent ressembler aux rayons X ; si l'on s'en sert convenablement, ils transpercent n'importe quoi. » Cita-t-il en pointant du doigt Charlie. « Ce n'était qu'une question de temps avant de la briser et qu'elle y croit dure comme fer » finit-il par lui dire, alors qu’elle se mit à se débattre, furieusement, lui arrachant en passant une légère grimace. Les menottes commençant à lui faire des marques violacées sur ses fragiles poignets.  « OUI j’en suis sûre connard, combien de fois il va falloir que je vous le répète à vous tous ! JE NE SAIS RIEN, COMMENT je suis censé vous dire quelque chose que je ne SAIS PAS hein ? » Finit-elle par cracher à son bourreau, alors que le garde précédemment avancé vers elle, fini par lui administré une gifle coupant le souffle à la jeune femme. Tant elle fut forte, la chaise de la brune vacilla sur le côté, tombant sur la plateforme. Un cri s’échappa d’entre ses lèvres alors qu’elle entendit son épaule faire un bruit inquiétant. La douleur se propageant peu à peu à travers son membre supérieur, elle laissa échapper un gémissement. Elle venait de se briser quelque chose. Les larmes se mirent à couler sur ses joues, fermant les yeux l’espace d’un instant.

Ils la relevèrent rapidement alors que Charlie ouvrit la bouche depuis la deuxième fois de l’interrogatoire.« Dit-leur ou c'est moi qui va aller chercher l'information. J'en ai marre que l'on subisse cela pour cette clé, pour toi alors que toi... » Commença-t-elle, le dédain commençant à percer dans sa voix, le coeur de Marah se mit à s’accélérer alors qu’elle soutenait le regard de son amie, dévasté. Comment pouvait-elle penser une telle chose ? Ils étaient en train d’arrivée à leur fin. Brisé leurs relations. « Toi, tu... »  « Moi quoi ? Comment est-ce que tu peux croire ça ? COMMENT est-ce que TOI tu pourrais me faire ça ? Tu sais très bien que je ne te laisserai jamais entrer dans ma tête Charlie et tu sais très bien pourquoi. Tu l’as vécu ! tu sais très bien ce que ça signifie pour nous ! pour moi ! pour mes proches… »  « Bon, il y a encore des améliorations à faire... Alors, Marah, je te le demande pour une dernière fois. Où est la clé USB que tu as dérobée? Si tu refuses encore de me le dire, c'est Charlie qui s'en occupe et vu son état, ce ne sera pas une partie de plaisirs pour toi » Lâcha-t-il finalement dans un faible ricanement.   « Je n’ai rien à vous dire et elle ne le fera pas, parce qu’au fond d’elle, elle sait que vous raconter que des conneries, elle me connaît, on est lié par ce lien. Elle ne me trahirait jamais, pas elle, pas quand elle sait tout ce que j’ai vécu ! » Elle avait finalement tenté le tout pour le tout bien qu’elle doutait elle-même de ses paroles. Charlie avait l’air de ne plus savoir où elle en était et ça, c’était dangereux. Si elle entrait dans sa tête, elle allait probablement accéder au nom de certains de ses proches, à ses secrets. Des secrets douloureux, qu’elle n’avait jamais osé en parler à qui que ce soit, pas même à son frère. En tête de liste, lorsqu’elle avait appris ce qu’Allen lui avait fait, la privant de pouvoir devenir mère ainsi que l’histoire avec Klaminski lorsqu’elle n’était qu’une gamine de seize ans.


Mots: 1386 - tu me fais signe, si tu vois des choses bizarres, je suis un peu fatigué là x)
love.disaster

___________________________________



Darshkov family
La vie sans toi ne vaut la peine d'être vécu, tu es mon confident, ma moitié, mon âme soeur. Tu es le seul qui a su me percer à jour. Le seul en qui j'aurais toujours confiance. Tu es mon frère, mon jumeau, mon tout. Tu es tout simplement irremplaçable. Toi Roman.▵ Fausse identité : Irina Ieltsine (c) hawking
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t396-marah-darshkov-pretend-to-be-someone-else-to-save-your-life
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Jeu 28 Jan - 4:02



Let's start the game
Even a white rose
has a black shadow

Elle aurait aimé pouvoir protester, pouvoir s'époumoner, pouvoir hurler les mots qui lui brûlaient tant la gorge, mais elle restait là, complètement perdue dans les souvenirs qui resurgissaient, des souvenirs douloureux tant ils étaient joyeux. Les mots, il ne fallait pas sous-estimer leur pouvoir. Associer une torture raffinée à des paroles, des paroles aussi venimeuses que le venin du serpent et cela pouvait vous changer complètement une personne ou tout du moins, la briser, la conditionner... Elle entendait sourdement les cris de Marah. La rouquine la fixait de ses grands yeux émeraude, d'un regard vide. Elle la fixait et ne disait rien. Et puis sa voix enrouée qui articule des mots qui semblent venir d'une tout autre personne, qui prononce des mots qui n'auraient jamais pu venir de Charlie. À peine les derniers mots prononcés, la mutante face à elle se met à s'époumoner, déconcertant complètement la rouquine. « Moi quoi ? Comment est-ce que tu peux croire ça ? COMMENT est-ce que TOI tu pourrais me faire ça ? Tu sais très bien que je ne te laisserai jamais entrer dans ma tête Charlie et tu sais très bien pourquoi. Tu l’as vécu ! tu sais très bien ce que ça signifie pour nous ! pour moi ! pour mes proches… » Charlie se fige, ses lèvres se mettent à trembler alors que ses yeux s'humidifient. Ses poings se serrent, son coeur se débat alors qu'elle se jette violemment contre un garde en hurlant. Une aiguille vint se planter dans sa nuque. La douleur fit tomber sur le dos Charlie qui se tordit, cherchant désespérément son souffle. Ses mains agrippaient le vide ou plutôt, cherchaient quelque chose à agripper. Elle retomba alors inerte, terriblement silencieuse. Son regard observait le plafond, alors que ses lèvres remuaient silencieusement. Toute trace de sentiments avait disparu, toute trace de conscience avait disparu, c'était un bon petit soldat, une petite poupée facilement manipulable. On la fit relever, Allen montrant des signes précurseurs d'un profond agacement. La mutante à la chevelure flamboyante posant ses yeux sur Marah comme si c'était la première fois qu'elle la voyait. Deux gardes l'attrapèrent de justesse par les bras avant que la rouquine se jette sur son amie. Charlie finit par se calmer, sa poitrine se soulevant rapidement. Elle se dégagea d'un geste brusque avant de faire un pas vers Marah, son regard la dévisageant comme si elle était un monstre. C'était facilement remarquable qu'ils avaient brisé Charlie une bonne fois pour toute, qu'ils avaient réussis. « Tu sais très bien ce que ça signifie pour nous! Pour moi! Pour mes proches… Et blablabla », siffla d'une voix rauque Charlie en citant Marah. « Je vais aller chercher ce que j'ai besoins dans ta tête et en attendant, je vais te donner un aperçu de ce qui se passe avec les autres, avec nous, avec mes proches », gronda la rouquine avant de poser sa main sur la joue de Marah. Ses yeux devinrent alors deux puits sans fond, perdant tout éclat de couleur, que deux trous noirs où on avait l'impression que notre âme y était aspirée. Charlie clignota des yeux quelques instants pour s'habituer à l'inondation nouvelle de couleurs. Elle observa le décor du souvenir, émerveillée. C'était la première fois qu'elle voyait le ciel depuis longtemps. Un rappel soudain de ce qu'elle devait faire la tira de ses pensées. Elle secoua la tête en inspirant profondément. Elle ressentit le picotement familier qui parcourut son corps lorsqu'elle laissa Marah voir ce qui s'était passé depuis leur capture. Elle, elle continua de s'enfoncer dans les pensées de cette dernière. Elle observait les souvenirs défilés avec dédain, mais finit par se cogner à une barrière mentale. La rouquine lâcha un cri de rage, s’efforçant de traverser ce dernier rempart. L'image d'Anthelme et de Tyler passait en boucle devant ses yeux alors qu'elle tentait tant bien que mal de faire tomber la barrière. Charlie inspira un bon coup. « C'est toi qui m'y obliges Marah », songea-t-elle. Charlie ferma les yeux, un faible sourire en coin. Ses poings se serrèrent alors qu'elle se concentrait, son souffle formant un petit nuage blanc alors que le paysage changeait. « Il y a un temps où je t'aurais pris en pitié. Maintenant, tout a changé, tout a changé, parce que tu sais où est la clé ou du moins, tu sais qui l'as. S'ils avaient leur clé, tu crois qu'ils auraient besoins de nous? Non... Nous allons tous finir par mourir et que cela s'imprime dans ta tête, ce sera de ta faute. Bon, assez parlé, il est temps que tes pires cauchemars prennent vie non? », souffla-t-elle en fermant finalement son propre esprit pour que Marah voit ce qui se passe. La rouquine se mit alors à jouer avec les pires craintes de la mutante face à elle, tentant de réduire à néant la barrière mentale qui l'empêchait de découvrir la vérité.

electric bird.

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 3029
ÂGE : vingt-cinq ans
CÉLÉBRITÉ : Elizabeth Olsen
NATURE : Pass-mental/psionique
EMPLOI : étudiante, fugitive de Kanatrix Corporation
LOCALISATION : Washington D.C avec Roman
POUVOIR(S) : Nouvelle mutation : EN COURS
Marah possède le pouvoir d'altérer la perception visuelle (manipulation mentale) en exerçant un contrôle mental sur une/des personnes visées.
Elle peut entrer également une fois dans la tête de la personne :
- modifier leurs émotions : les amplifier comme les « calmés » le contact physique l'aide, mais n'est pas nécessaire.
- Elle peut se "connecter" à la personne, ne faire plus qu'un et lui faire ressentir ce qu'elle ressent, jouer avec les émotions. ( Une bulle protectrice d'une couleur rouge écarlate entourent généralement les deux individus.
- avoir accès aux souvenirs, aux peurs, aux émotions
- avoir accès aux intentions du moment.
LES EFFETS SECONDAIRES : Elle a malheureusement des effets secondaires assez violent lorsque son champs d'action se voit augmenté. En effet lorsqu'elle use de son pouvoir à un haut degrés la jeune femme se voit affublé de crise apparenté à de l'épilepsie, avec des tremblements violents. ou encore se projette elle-même dans une "illusion" qu'elle crée ( en général ce n'est pas très agréable - elle projette souvent ses plus grande peurs). Seul, des médocs peuvent la calmé. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Son organisme à de plus en plus de mal à gérer les crises, et elle aussi.
- Récemment elle s'est vu avoir des saignements de nez.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Marah Darshkov
Listen my Voice in your Head

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2 Sam 30 Jan - 18:26





Let's start the game... |INTRIGUE |

feat Charlie


Elles sont là assise l’une en face de l’autre, aucun mot ne sort pendant plusieurs minutes. Marah tente d’accrocher le regard de son amie, afin de l’atteindre, de lui faire entendre raison. Les gardes quant à eux se trouvent à proximité, guettant le moindre font et gestes des deux jeunes femmes, le moindre signe de faiblesse qui pourraient leurs données espoir quant à la suite de l’interrogatoire. Les battements de coeur de Marah accélèrent alors que petit à petit l’idée que Charlie puisse user de son pouvoir sur elle s’insinue en elle.

Le sentiment de trahison semble de plus en plus réel. Elle a peur de ce qu’elle pourrait lui faire. « Tu sais très bien ce que ça signifie pour nous! Pour moi! Pour mes proches… Et blablabla », siffla d'une voix rauque Charlie en citant Marah alors qu’elle était en train de la regarder la suppliant presque de ne pas le faire. La tête qu’elle secoue frénétiquement. L’incompréhension totale. Était-elle sur le point de la trahir ? « Je vais aller chercher ce dont j'ai besoin dans ta tête et en attendant, je vais te donner un aperçu de ce qui se passe avec les autres, avec nous, avec mes proches » Gronda la rouquine.  « Ne fait pas ça Charlie » Elle a peur, peur que finalement Charlie divulgue ses secrets, ses faiblesses.

Les sentiments pour Anthelme, le nom de ses proches dont elle s’évertue à protéger depuis tant d’années : Peggy, Caesar, Tony, Cami... Jordan. Elle tente de se reculer, mais elle se rappelle qu’elle est bloquée. Bloqué par ses liens, ces menottes trop serrées qui lui font mal depuis le début. Elle ne peut rien faire, hormis tenter de bloquer son esprit à son amie.  « Charlie arrête, je… » Sa phrase laisser en suspens, les yeux de la rouquine prirent une tout autre couleur, noir. Commun un puits sans fond. Son coeur allaitant, elle tente d’esquiver le contact de son amie, mais c’est trop tard, elle ouvre la bouche sous les coups de la surprise. Charlie pose ses mains sur ses bras et elle se sent partir ailleurs, elle se sent mal, comme transporter de force dans les souvenirs d’une autre. Anthelme, Tyler, Charlie. Les souvenirs terribles passent en boucle devant ses yeux.

Son coeur s’emballe, elle se cramponne aux accoudoirs de sa chaise et serre les dents. Les portes de son esprit se referment aussi sec, violemment tentant d’éjecter la rouquine de son esprit. Ce concentré sur quelque chose d'autres. La douleur. Sa douleur, la seule chose qui peut la rattacher encore à la réalité. Elle plante ses ongles dans sa peau. Résiste. Charlie lâche un cri de rage, s’efforçant de passer cette barrière mentale qu’elle venait de se forger. « Il y a un temps où je t'aurais pris en pitié. Maintenant, tout a changé, tout a changé, parce que tu sais où est la clé ou du moins, tu sais qui l'a. S'ils avaient leur clé, tu crois qu'ils auraient besoin de nous? Non... Nous allons tous finir par mourir et que cela s'imprime dans ta tête, ce sera de ta faute. Bon, assez parlé, il est temps que tes pires cauchemars prennent vie non? » les larmes coulent sur son visage, son corps tout entier se met à trembler, la barrière finit par céder et ses cauchemars prennent peu à peu forme devant elle.

Pouvoir de Charlie/Peur/souvenir de Marah
L’air est humide, l’odeur de l’ammoniac est de nouveau présente. Elle risque un regard à droite, puis à gauche. Son coeur s’emballe, sa respiration se fait saccadée. Seul le bruit l’eau contre les parois vient troublée la quiétude de ce lieu. Elle se trouve dans les douches de Kanatrix. Elle reconnaît ce souvenir, ce cauchemar. Celui qu’elle s’efforce jour après jour d’oublier.  « Non pas ça... Charlie je t’en supplie, arrête » Murmure t-elle. Les larmes commencent à couler le long de ses joues. Paniquée, elle ferme les yeux. Elle sent son regard à lui sur son corps nue. Tétanisée, elle ferme les yeux essayant de ces convaincre que ce n’est pas la réalité. Que Charlie « s’amuse » uniquement avec ses peurs, son passé. Elle connaît la suite, elle l’avait vécue quelques années auparavant.

Elle préférait la torture à ce souvenir, mais elle ne contrôlait plus rien, elle se tourne pour lui faire face. Son coeur rate un battement, la jeune femme sursaute, se plaque instinctivement contre le mur le coeur battant. Il l’a fixe, la détaille de haut en bas avec ce regard qui vous lui glace le sang et lui tend cette serviette, qu’elle s’empresse d’enrouler autour d’elle, se cramponnant à celle-ci. Elle détourne aussitôt la tête, comme si elle pouvait sortir de ce cauchemar. « Tu es belle » la nausée qui l’assaille  alors qu’il laisse parcourir ses doigts sur son bras. Elle ferme les yeux, sa peur devient incontrôlable  «  Je t’ai observé Marah… pendant que tu dormais » Elle retient un gémissement, la peur l’envahie, elle tente d’esquiver ce contact qui la répugne, mais il la retient, la jeune femme tente de le repousser, alors il la retourne, la plaque contre le mur, lui maintient sa tête contre la mosaïque froide. Ses pleurs redoublent, elle essaye de se dégager, mais sa poigne et beaucoup trop forte. La main du garde remonte le long de sa cuisse et elle se met à hurler. Elle se débat, hurle, supplie  « CHARLIE ARRETE ÇA JE T’EN SUPPLIE », cri t-elle à son amie alors qu’elle continue à se débattre, la voix qui déraille.


FIN

Soudain, le cauchemars semble prendre fin, s’estompe. Petit à petit, Marah revient à elle, bouleversée, choquée pour faire face à celle qui était autrefois son amie. Incapable de parler pendant plusieurs minutes, la tête baisser, son coeur bat la chamade, les larmes continuent à couler. Son corps tremble. Elle relève la tête, croisant le regard de la rouquine. Le coeur battant, seuls ses quelques mots arrivent à franchir ses lèvres.   « Je ne te le pardonnerai jamais.» des mots lourds de sens pour deux anciennes meilleures amies.

Mots: 1081
love.disaster

___________________________________



Darshkov family
La vie sans toi ne vaut la peine d'être vécu, tu es mon confident, ma moitié, mon âme soeur. Tu es le seul qui a su me percer à jour. Le seul en qui j'aurais toujours confiance. Tu es mon frère, mon jumeau, mon tout. Tu es tout simplement irremplaçable. Toi Roman.▵ Fausse identité : Irina Ieltsine (c) hawking
Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t396-marah-darshkov-pretend-to-be-someone-else-to-save-your-life
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: |INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2

Revenir en haut Aller en bas

|INTRIGUE - Let's start the game... - ft. Marah| #semaine 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CLEO - Start the game!
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» Résumé de l'intrigue
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives Saison 1 et Saison 2 :: Archives :: Archives Rpgique :: Saison 1 : rp fini. :: Saison 1: Blacklisted & Assassins-