Bienvenue
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


archives Saison 1 et 2
 

Partagez|










there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOS : 1208
ÂGE : trente-neufs années gaspillées.
CÉLÉBRITÉ : michael -hot et sexy- fassbender.
NATURE : humain, pitoyable petit humain.
EMPLOI : militaire de carrière au sein de l'ASG, commando spécial, traque et rameute les mutants, boulot qu’il ne supporte plus.
LOCALISATION : quelque part ou ailleurs, cela n'a plus d'importance maintenant.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Néron Erisson
Néron - roi des nérissons

MessageSujet: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Dim 20 Sep - 20:54


Néron & Lucrétia
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill ▬ SIMON CURTIS

L'erreur est humaine, mais pas ici, pas à kanatrix ou l'erreur peut être fatal. Elle le sera, forcément, la mission qui a échouée, la gamine qui a réussis à s'enfuir, la clé USB toujours en sa possession. Une erreur, une simple erreur de parcours. Tu n'aurais pas du jouer, tu n'aurais pas du chercher à te venger de sa petite manipulation mentale, non, tu aurais du la blesser et la capturer plus tôt, plus rapidement, ne pas laisser le temps à son stupide frère d'arriver. L'Effet de surprise, il n'y a que ca qui la laissé gagner, il ne fait pas le poids face à toi, mais il avait l'avantage de l'effet de surprise. L'Erreur, une seule, impardonnable. Qui dois être punis, tu le sais, tu en es conscient, et tu retarde un peu ton retour, parce que tu ne sais pas ce qu'il t'attend, parce que tu as déjà annoncer que la mission étais un échec, trop habituer à obéir aux ordres que pour faire autrement. On a déjà du préparer un débriefing, te rappeler les objectifs et pourquoi tu travaille la. Tu y as déjà eu à faire une fois, ce sera seulement la deuxième en déjà plusieurs mois de bon et loyaux services envers kanatrix. Mais si tu travailles la bas c'est parce qu'ils sont pitié, sans cœur, comme toi, les cicatrices qui marquent, les hommes tués, c'est pareil si l'on compare, arraché des gosses, des ados ou des adultes à une vie normale pour qu'ils soient torturés et que leurs mutation soit testé jusqu'au point de rupture, jusqu'au point de non retour, c'est peut être même pire que la mort, mais c'est ton quotidiens, c'est tout ce que tu sais faire, parce qu'on ne t'as jamais appris à faire autre chose. L'arrivée redoutée, passer tout les contrôles de sécurités, contrôle quotidien, lassant, routinier et qui procure une perte de temps infime mais plaisante en ce moment même. Passant rapidement tes mains sur ton visage, tu entres dans le bâtiment, tu la remarque tout de suite. Lucretia Adler. Tu fronces légèrement les sourcils, l'assistante de Docanov en personne ? Ca n'annonce rien de bon.


© Gasmask

___________________________________

take me to church
And now, I need to know, if it's real love. Or is it just Madness keeping us afloat. And when I look back at all the crazy fights we had. It's like some kind of Madness was taking control.
And I have finally realized, I need to Love...

les plus beau:
 


Dernière édition par Néron Erisson le Lun 21 Sep - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t287-neron-i-ll-tell-you-my-sins-so-you-can-sharpen-your-knife
Invité
Invité

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Dim 20 Sep - 22:32


FEAT Néron Erisson
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill.

Les claquements de ses talons raisonnent à travers les couloirs de Kanatrix Corporation, alors que la jeune femme se dirige d'un pas décider vers le bureau de son patron, son assistant à quelques centimètre d'elle, tentant de tenir desespéremment la cadence de sa patronne. N'étant pas du genre à attendre, elle entra dans le bureau d'Adrian Docanov tout en refermant soigneusement la porte au nez de son assistant sans états d'âme . Un lourd silence régne, lumière tamisée, une douce odeur de tabac froid mélangé à celui du cuir vint lui chatouiller les narines alors qu’elle prit le temps de signaler sa présence par un léger raclement de gorge. Il était là, devant-elle à faire les cent pas contrarié, triturant un stylo recouvert probablement d'or. Un large sourire  apparut sur le visage de Lucrétia. Il est vrai qu'Adrian avait un certain goût pour le luxe, c'était certain. « Lucretia… la clé USB pourquoi n’était-elle pas sur mon bureau ? » Son sourire s'effaça aussitôt alors qu'un léger soupir s’échappe de ses lèvres, elle s'avance lentement vers son patron lui tendant un dossier, désespéré par l’incompétence de son collègue, elle ne cherche cependant pas à cacher l'animosité qu'elle ressent à son égard « D’après le rapport d'Erisson, la fille Darshkov lui aurait échappé suite à l'arrivée inopinée de son frère et…il lui a tiré dessus. Elle se serait servie de son pouvoir contre lui et il ne l'aurait pas supporter. Amateur, oui Néron était un amateur. Elle déteste les amateurs. Elle sortie de ses pensées, reportant toute son attention sur son patron, le suivant du regard, il était définitivement contrarié par tout ça. L'homme s'arrêta, contourner son bureau tout en se frottant le menton d'un air pensif. Est-ce que ce fâcheux incident aurait pu être évité d’après vous ? Y a-t-il eu négligence ? Adrian prit place dans son siège, derrière son bureau. assurément Monsieur, mais n’ayez crainte, je vais régler ça de ce pas. Néron passe au débriefing dans quelques minutes. dit-elle visage fermé, ne laissant transparaître aucune émotion  Il lui avait fallu une dizaine de seconde, pas plus pour répondre. Il était clair que si elle avait été envoyer sur cette mission, elle se serait sans doute passé autrement " Dans ce cas ma chère je ne vous retiens pas, allez donc lui apprendre comment bien faire son boulot. Je compte sur vous." Un léger sourire en guise de réponse. Lire entre les lignes avait toujours été leurs "petit truc » et pourquoi ce privé de jouer un peu avec ce cher Néron ? Depuis le temps qu’elle attendait ça. Tournant les talons, Lucretia s’avance vers la sortie, franchissant la porte lorsqu'elle sursaute, surprise.

Ce crétin, son assistant se trouvait encore devant elle, en train - encore une fois de lui barré la route. Il s'était alors mit à débiter des dizaines de mots à la minute, laissant un flot de parole continuel assommer la jeune femme. Elle tentait d'esquiver maladroitement le jeune homme, manquant de peu de trébucher. Sans succès. Il était décidément vraiment agaçant pensait-elle. Lorsqu'une migraine la pris de court, un léger gémissement sortie de ses lèvres, tandis qu'elle ferma une fraction de seconde les yeux, sentant un flot d'énergie monter en elle. Son coeur s’accélérant, signe que son pouvoir venait de ce mettre en route. "Andrew, je me contre-fiche des détails de votre incapacité à me satisfaire, faites votre job et fermez là, votre voix m’insupporte au plus au point." finit-elle par dire excédé par le comportement de celui-ci. "Avez-vous trouvé Néron Erisson oui ou non Andrew ? Il la regardait encore avec cet air de chien battu sur le visage, visage qui ne demandait qu’à être frappé. Elle s'approcha alors de lui, glissant ses quelques mots à son oreille. " Si vous vous comportiez un peu moins comme un chien et un peu plus comme l’homme avec qui j’ai l’habitude de prendre mon pied le samedi soir, ça me ferait des vacances. Alors ressaisissez-vous !" Elle reprit une distance raisonnable, le toisant de haut en bas avant de le renvoyer sans ménagement dans son bureau. Enfin la paix. Partir à la recherche de Néron était désormais son objectif premier.

Elle reprit alors sa route, ce n’est qu’après quelques minutes de recherche qu’elle tomba nez à nez avec l’homme qu’elle cherchait." Néron, vous voilà enfin ! Ne seriez-vous pas en train de m’éviter par hasard ?" Elle réduit un peu plus l’espace entre son objectif et elle " … je sais que je vous intimide Néron… j’intimide beaucoup de monde, mais tout de même !" sur cette phrase elle tourna de nouveau les talons, n’attendant même pas de réponse, elle continua sur sa lancée " Pressons je n’ai pas toute la journée !" finit-elle par dire tout en accompagnant ses paroles avec un geste de la main.




Revenir en haut Aller en bas

SOS : 1208
ÂGE : trente-neufs années gaspillées.
CÉLÉBRITÉ : michael -hot et sexy- fassbender.
NATURE : humain, pitoyable petit humain.
EMPLOI : militaire de carrière au sein de l'ASG, commando spécial, traque et rameute les mutants, boulot qu’il ne supporte plus.
LOCALISATION : quelque part ou ailleurs, cela n'a plus d'importance maintenant.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Néron Erisson
Néron - roi des nérissons

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Lun 21 Sep - 20:07


Néron & Lucrétia
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill ▬ SIMON CURTIS

Le temps d'espace entre ton entrée au sein de kanatrix et le fait de tomber nez à nez face à l'assistante de Docanov ne fut pas bien long, mais ce n'est pas une coïncidence, ca ne peux pas en être une, rien n'est laisser au hasard ici même, dans le refuge des expériences plus ou moins illégales, des cris, de la douleur, des yeux qui se ferment sur tout ca parce qu'il faut bien gagner de quoi vivre, de quoi faire vivre une famille, tout simplement, et parce que dans ce monde tout ce paye, la moindre petite erreur qui deviens ici même quelque chose de comparable à un crime odieux, quelque chose que l'on pourrait punir sur la place publique si l'on se trouvait encore au 17ème siècle. Mais heureusement le monde à évoluer. Heureusement ? Peut être pas au final. « Néron, vous voilà enfin ! Ne seriez-vous pas en train de m’éviter par hasard ? … je sais que je vous intimide Néron… j’intimide beaucoup de monde, mais tout de même ! » Tu retiens le soupire qui rêve de franchir tes lèvres et tu la laisse se retourner, parce qu'il ne vaut mieux pas contrarier cette femme au caractère plutôt bien trempé, cela n'étant en rien un défaut bien entendu, il est préférable de croiser des femmes au caractère affirmé que des femmes pleurant à longueur de journée - tout du moins de ton point de vue, après, tout est différent en fonction des contextes - « Si je puis me permettre Lucretia, je ne fais pas partit des personne que vous intimider. Je vous respecte énormément mais vous ne m'intimidez pas, vous êtes ma supérieur, c'est tout. » Tu te contentes de la suivre. Peut être bien que si, elle t'intimide, mais tu ne l'admettras surement pas facilement, ou tout du moins, pas pour le moment. Il s'agit d'une femme au fort caractère et au pouvoir effrayant, assistante d'un homme effrayant rien que par ses pensées et ses idées. « Pressons je n’ai pas toute la journée ! » Le silence brisé seulement par le claquement des talons sur le sol en carrelage froid, aussi froid que le cœur de tout être vivant foulant de son propre chef ce même sol. Le cerveaux qui s'active, différents scénarios qui se déroulent dans l'esprit, passant en revue les pires scènes possibles, passant par une certaine torture mentale et/ou physique. Un frisson qui remonte le long de l'échine, rien qui ne transparait sur le visage, tu te contente d'attendre, attendre comme un gamin qui atteint sa punition, silencieux, obéissant, c'est dans ta "nature", obéir aux ordres.


© Gasmask

___________________________________

take me to church
And now, I need to know, if it's real love. Or is it just Madness keeping us afloat. And when I look back at all the crazy fights we had. It's like some kind of Madness was taking control.
And I have finally realized, I need to Love...

les plus beau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t287-neron-i-ll-tell-you-my-sins-so-you-can-sharpen-your-knife
Invité
Invité

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Sam 26 Sep - 12:10


FEAT Néron Erisson
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill.

« si je puis me permettre Lucretia, je ne fais pas partit des personnes que vous intimider. Je vous respecte énormément mais vous ne m'intimidez pas, vous êtes ma supérieure, c'est tout. » Elle se stoppa dans son élan, faisant volte face, arquant un sourcil. Elle réduisit l’espace entre elle et lui, affichant un air menaçant. « Ho mais attendait un peu que nous ayons officiellement commencé notre entrevue, vous allez rapidement changer de discours Néron » Voilà qui était dit. Cette chère Lucretia détestait qu’on lui tienne tête, et ce n’est pas Néron, cet incapable qui allait lui clouer le bec d’aussi tôt. Les minutes se firent longues alors qu’ils arpentaient tous deux le couloir du hall d’accueil. Ils passèrent de nouveau devant un poste de sécurité, celui qui donnait sur l’entrée « officiel » de l’ASG, présentèrent de nouveau leurs badges, passèrent au détecteur laser rétinien pour finir par déboucher de nouveau un couloir. Un véritable labyrinthe où il était facile de se perdre.

L’air était frais, même un peu trop. La jeune femme resserra la veste de son tailleur et ce promis d’aller toucher un mot au technicien plus tard. Elle lui apprendrait surement à lui aussi comment bien faire son boulot. Un sourire carnassier apparut sur son visage. Elle ne reculait devant aucune occasion de montrer à quelle point, elle pouvait être douée dans son job. C’est certain. Tout était silencieux, seuls les claquements des talons de Lucretia tinté sur le sol. Pas même Néron avait osé ouvrir sa bouche une nouvelle fois pour répliquer, elle s’en félicita intérieurement d’ailleurs. Dix minutes s’écoulèrent peut-être plus lorsqu’ils se retrouvèrent devant une porte avec orner ces inscriptions " interrogatoire - salle II.» En lettres noires, sur une plaque couleur argent . Sourire toujours présent, sereine, la blonde posa rapidement la main sur la poignée. Elle avait hâte que cette petite entrevue commence. Depuis le temps qu’elle attendait un faux pas de la part de cet homme, elle n’allait pas se priver de le rabaisser. Elle prit une légère inspiration puis poussa la porte invitant ainsi Néron à s’installer. "Prenez-place Néron, nous allons commencer". Elle prit un siège s’installa confortablement, le dossier posé devant elle, qu’elle ouvrit lentement, ne quittant pas des yeux sa proie du jour, tapotant de ses doigts fins la table. " Et bien … quel échec cuisant, cette mission…pas de jumeau Darshkov…pas de clé USB. Rappelez-moi combien on vous paye Néron pour exécuter les ordres comme il se doit ? Nous étions pourtant claires non ? Finit-elle par répondre d’un ton mielleux. La guerre était ouvertement déclarée. " Expliquez-moi en quoi c’est si dur, de ramener une gamine d’une vingtaine d’années ? Non entrainer de surcroit. Je vous écoute Néron, avec toute mon attention. " Dit comme ça, il était vrai que c'était ridicule, mais faire face à un pass mental pouvait s'avérer très dangereux, surtout si celui-ci sachez manier les peurs à la perfection. Marah, la jeune femme en question était certes âgée de vingt-cinq ans, mais elle avait eu déjà de nombreuses occasions de pouvoir s'entrainer. Elle était donc loin d'être une novice et connaissait l'art de manipuler les souvenirs, émotions en tous genres. Lucrétia en était consciente, mais pour rien au monde, elle avouerait ceci à Néron. Parce qu'elle était comme ça, elle voulait le pousser à bout, voir comment il réagirait face à une femme qui lui manque de respect, le torture sans qu'il puisse dire un seul mot. Parce que à cet instant, elle n'avait jamais été aussi puissante et elle aimait ça. Dominer la situation.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

SOS : 1208
ÂGE : trente-neufs années gaspillées.
CÉLÉBRITÉ : michael -hot et sexy- fassbender.
NATURE : humain, pitoyable petit humain.
EMPLOI : militaire de carrière au sein de l'ASG, commando spécial, traque et rameute les mutants, boulot qu’il ne supporte plus.
LOCALISATION : quelque part ou ailleurs, cela n'a plus d'importance maintenant.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Néron Erisson
Néron - roi des nérissons

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Sam 26 Sep - 19:36


Néron & Lucrétia
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill ▬ SIMON CURTIS

L'attente. Attendre de savoir ce qu'il va arriver, comment, dans quels circonstances, simple discutions ? Non, bien sur que non. Remise à niveau, torture, qu'elle soit psychologique ou mentale, cela ne change rien au fond, la torture psychologique est simplement invisible à l'oeil nue, ne laisse pas de cicatrices sur la peau. Cicatrices qui recouvrent déjà la corps, parce qu'on ne ressort pas indemne de l'armée, qu'il s'agissent de traces à peine visible ou d'autres, relayant de points de sutures et laissant alors une trainée blanchâtre dans la pigmentation naturelle de la peau. L'esprit invisible, plus facilement touchable, plus facilement enchainé, torturé, détruit par quelques paroles. Le silence. Les bruits de la marche dans les différents couloirs qui se ressemblent tous, blanc, au carrelage affreusement moche et donnant un peu partout la même impression de froideur qui n'est qu'une infime partie de ce qu'est réellement kanatrix. Kanatrix. Labyrinthe infernal, les salles de contrôles, de recherches, la partie basique, l'administration, plus les salles de tortures, cachée, dissimulée au monde. La torture. Instrument préféré des personnes qui travaillent ici. Pourquoi ? Parfois tu te le demandes. Qui peut bien avoir envie de travailler ici ? Toi même tu ne sais pas pourquoi tu persiste à rester ici. Au fond sans doute que tu le sais, mais non, tu le l'admet pas, parce que tu refuse de t'attacher ainsi à quelqu'un, à une personne, à un être humain. Saletés tendances à l'autodestruction. « Prenez-place Néron, nous allons commencer. » Le silence toujours, parce que l'envie de parler n'est pas la. Tu connais tes erreurs, tu sais avoir raté cette mission, et tu sais que tu n'aurais pas du le faire, que tu aurais facilement pu maitriser cette gamine, mais s'il y a bien une chose que tu ne supportes pas, c'est que l'on s'en prenne à ton fils. C'est tout ce qu'il te restes. La vengeance, bien triste sentiment qu'être animé par celui de la vengeance envers une gosse qui n'a rien demandée, qui n'a pas demander à être différente, mais c'est comme ca. « Et bien … quel échec cuisant, cette mission…pas de jumeau Darshkov…pas de clé USB. Rappelez-moi combien on vous paye Néron pour exécuter les ordres comme il se doit ? Nous étions pourtant claires non ? Expliquez-moi en quoi c’est si dur, de ramener une gamine d’une vingtaine d’années ? Non entrainer de surcroit. Je vous écoute Néron, avec toute mon attention. » Bien. Que la guerre commence. Et bien qu'il s'agisse la de ta supérieur, l'envie d'enfoncer une quelconque lame à un quelconque endroit de son corps s'immisce peu à peu dans ton esprit. Cette discutions va être longue. Très longue. « Gamine qui se trouve être un pass mental entrainé à la manipulation de son pouvoir. J'admet avoir laisser le sentiment de vengeance prendre le dessus. Je la tenais, son frère est arrivé et m'a pris par surprise, je n'ai pas eue le temps de prendre le dessus, comme vous le savez ce dernier est doté de ce que l'on pourrait qualifié "super vitesse". »  


© Gasmask

___________________________________

take me to church
And now, I need to know, if it's real love. Or is it just Madness keeping us afloat. And when I look back at all the crazy fights we had. It's like some kind of Madness was taking control.
And I have finally realized, I need to Love...

les plus beau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t287-neron-i-ll-tell-you-my-sins-so-you-can-sharpen-your-knife
Invité
Invité

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Dim 27 Sep - 18:13


FEAT Néron Erisson
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill.

Oui, en effet la discussion aller être longue, tout du moins pour Néron. « Gamine qui se trouve être un pass mental entrainé à la manipulation de son pouvoir. J'admets avoir laissé le sentiment de vengeance prendre le dessus. Je la tenais, son frère est arrivé et m'a pris par surprise, je n'ai pas eu le temps de prendre le dessus, comme vous le savez ce dernier est doté de ce que l'on pourrait qualifier"super vitesse". » L’entendre se justifier était d’un misérable au possible.

" Vous m'ennuyez avec vos excuses Néron" Lui avait-elle dit avec un air lasse, jouant avec un coin d'une des feuilles du dossier. Elle venait de lâcher la bombe. Lucrétia retenait à grande peine son impatience. Elle n'était pas du genre à tourner autour du pot, et encore moins être "tendre". Tapotant négligemment du bout de ses doigts le dessus de la table, les battements de son coeur se mirent à augmenter leurs fréquences, regardant Néron avec intensité. C'était étrange comme les humains, avait cette facilité en eux pour se trouver facilement des excuses lorsqu'ils étaient en tord. Néron avait failli à son job, et il devait en assumer entièrement la responsabilité ainsi que les conséquences, il n'avait qu'à s'en prendre à lui même. Il était en train de lui faire perde son temps. Ce temps si précieux qu'elle aurait, par exemple employé à chasser elle-même cette gamine. Après tout, par le passé, elle s'était bien occupé de Roman Darshkov. «  En effet, j'ai eu vent du pouvoir de son frère. J'ai heureusement fait mon boulot, pas comme vous... visiblement. J'ai pu également par le passé, lui lever l'envie de tenté quoi ce que soit contre l’ASG. Un sourire apparut aux creux de ses lèvres à ce souvenir " et croyez-moi il doit s'en rappeler »

Après quelques secondes, elle se mit à fronçaient les sourcils, se redressant telle une féline, tout en quittant sa chaise. "Mais revenons à nos moutons ... admettons qu’elle soit plus intelligente et forte que vous." Elle se mit à arpenter la pièce, faisant mine de réfléchir. Tournant encore et toujours, lentement autour de sa proie. Ne le quittant pas des yeux, guettant la moindre petite réaction. L’ambiance était froide, glaciale. Elle n’attendait qu’une chose qu’il craque pour le remettre à sa place. " Voyez-vous, mon cher Néron, quelque chose me chagrine dans ce que vous êtes en train de me dire. Dites-moi…" Elle s’arrêta non loin de lui, arquant son sourcil. Un air de provocation sur le visage. Elle réduisit le trop-plein d’espace entre sa proie et elle, bien décider à le faire craquer. Son visage a quelques centimètres du sien, employant son habituel ton dédaigneux.

Elle appuya sur quelques mots, qui selon elle devait avoir tout son sens. Otez-moi d’un doute Néron… vous êtes un militaire non ? Et les militaires que doivent-ils faire ? Et bien moi je vais vous le dire, ils doivent élaborer une stratégie, connaître les faiblesses de leurs ennemies ! Alors comment se fait-il que vous n’êtes pas FOUTU d’en élaborer une ?. Elle le regardait à présent dans les yeux, un air menaçant sur le visage, tentant de déceler la moindre faille. La pression, l'énervement monté en elle alors que l’énergie de son pouvoir affluer rapidement le long de ses doigts par picotement. Elle frissonna une fraction de seconde, fermant et ouvrant rapidement les yeux. Êtes-Vous à ce point un incapable ou vous le faîte exprès ? Vous auriez dû mieux vous préparer ! Vous préparez à la moindre petite éventualité, au moindre contre-temps ! que croyez-vous ? Qu'elle allait gentiment se laisser faire, sans broncher ? C'est un pass mentale, elle manipule les esprits, vous vous doutiez pas un peu, qu'elle allait jouer avec le vôtre ? Votre passé ? Vos peurs ? C’est tout ce que vous avez à dire pour votre défense ?. Elle se recula, le laissant assimiler ses paroles avant d’ajouter de son air hautain. Vous étiez mal préparer, c’est tout. Malheureusement pour vous Néron, Adrian m'a demandé de vous lever l'envie de revenir bredouille la prochaine fois. Une petite "mise à jour" s'impose d'après lui… Qu'en pensez-vous ? . Elle finit par se rapprocher de l'oreille de son rivale, son souffle chatouillant  à présent le cou du militaire. La question est...Allez-vous le supporter ? Je serais vraiment curieuse de voir comment vous allez gérer la douleur...pas vous ?. Finit-elle par dire en arquant de nouveau un sourcil. Sourire au creux de ses lèvres, elle allait enfin pouvoir s'amuser un peu.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas

SOS : 1208
ÂGE : trente-neufs années gaspillées.
CÉLÉBRITÉ : michael -hot et sexy- fassbender.
NATURE : humain, pitoyable petit humain.
EMPLOI : militaire de carrière au sein de l'ASG, commando spécial, traque et rameute les mutants, boulot qu’il ne supporte plus.
LOCALISATION : quelque part ou ailleurs, cela n'a plus d'importance maintenant.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Néron Erisson
Néron - roi des nérissons

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Mar 29 Sep - 15:00


Néron & Lucrétia
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill ▬ SIMON CURTIS

« Vous m'ennuyez avec vos excuses Néron. » Evidemment. De toute manière, y a-t-il la moindre chose qui n'ennuie pas Lucretia ? Tu retiens un soupir, parce que tu sais de quoi elle est capable, tu connais sans doute la nature de sa présence et de la tienne dans cette salle, tu peut facilement prévoir le déroulement de la suite des évènement, mais malgré cela, cette irrésistible envie de la faire taire à jamais ne te qui pas, trotte dans un coin de ton esprit. « Il semble que quelques soit les paroles franchissant mes lèvres, je vous ennuis, Lucretia. » Les exploits de cette dernière fut comptés de sa propre personne, racontant héroïquement comment la jeune femme a su être capable de neutraliser le jumeau. Tu lève les yeux au ciel, s'il n'y avait qu'une once de choses comparables face à la capture de l'un ou de l'autre, tu aurait sans doute pu faire abstraction de cela. « Est ce que l'on c'est déjà amuser avec votre cerveaux Lucretia ? A vous faire voire des choses qui vous détruirait ? » Tu l'observes quitter sa chaise, arpenter la pièce, une prédatrice qui tourne autour de sa proie, amusante métaphore pour décrire cette situation, mais elle ne reflète qu'une vérité certaine dans un sens. « Mais revenons à nos moutons ... admettons qu’elle soit plus intelligente et forte que vous. » Admettons. L'amertume qui monte dans la gorge, l'envie de se lever, de faire valser cette chaise et de la plaque contre un mur, enserrant sa gorge d'une main, laissant tout juste assez d'air passer pour lui permettre de vivre, la tenir, refermer ses griffes sur sa proie, ne plus être la bête mais le chasseur. « Voyez-vous, mon cher Néron, quelque chose me chagrine dans ce que vous êtes en train de me dire. Dites-moi… » Elle se rapproche, trop, envahit cet espace personnel que tout être à peu près normal possède, proche, trop. Tu l'observe, tu entre dans son jeu, ne pas s'énerver, rester un minimum calme, oh, ca lui ferait trop plaisir que tu t'énerves, beaucoup trop, tu ne veux pas lui offrir cela. « Otez-moi d’un doute Néron… vous êtes un militaire non ? Et les militaires que doivent-ils faire ? Et bien moi je vais vous le dire, ils doivent élaborer une stratégie, connaître les faiblesses de leurs ennemies ! Alors comment se fait-il que vous n’êtes pas FOUTU d’en élaborer une ? » Tu soutiens le regard, les prunelles céruléennes qui croisent leurs jumelles, le duel silencieux. Après un nouveau discours du style "c'est ta faute, c'est tout, cherche pas", tu reste silencieux, un sourire en coin sur le visage, oh, tu ne lui fera pas ce plaisir de t'énerver. « Vous étiez mal préparer, c’est tout. Malheureusement pour vous Néron, Adrian m'a demandé de vous lever l'envie de revenir bredouille la prochaine fois. Une petite "mise à jour" s'impose d'après lui… Qu'en pensez-vous ? La question est...Allez-vous le supporter ? Je serais vraiment curieuse de voir comment vous allez gérer la douleur...pas vous ? » Tu arque un sourcil. Vraiment ? Docanov en personne ? De plus, le ton était annoncer, le pouvoir, celui de faire mal rien qu'en touchant, une nouvelle sorte de torture, une de plus, une douleur qui n'est que fictive, les neurones affolés, cette sensation qui n'est pas réelle, jouer avec l'esprit, le tromper, de nouveau. Se convaincre que rien n'est réel. « Adrian Docanov en personne, Dois-je me sentir flatté ? »


© Gasmask


HRP:
 

___________________________________

take me to church
And now, I need to know, if it's real love. Or is it just Madness keeping us afloat. And when I look back at all the crazy fights we had. It's like some kind of Madness was taking control.
And I have finally realized, I need to Love...

les plus beau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t287-neron-i-ll-tell-you-my-sins-so-you-can-sharpen-your-knife
Invité
Invité

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Ven 9 Oct - 11:01


FEAT Néron Erisson
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill.



« Il semble que, quelles que soient les paroles franchissant mes lèvres, je vous ennuie, Lucretia. » Lucrétia haussa un sourcil. Bien entendu qu'il l'ennuyait. Elle était en train de perdre son temps. Elle savait déjà à l’avance tout ce qui avait à savoir. Néron ne lui apprendrait certainement rien de plus. Il avait failli à la mission. C’était un moins que rien, un incapable, comme beaucoup d’hommes dont elle avait croisé le chemin. Pour tout dire, elle n’avait strictement rien à faire des excuses de l’homme. Il tentait en vain de se convaincre. À présent une seule chose importait à ses yeux, chose qu’elle attendait depuis bien trop longtemps maintenant. Assouvir cette envie de lui faire mal. De lui montrer qui dominer la situation. Lucretia était comme ça. Elle avait toujours eu ce besoin de dominer, n'importe quelle situation. N'importe qui. Elle détestait qu'on lui tienne tête. C’est sans doute ce qui avait attiré Adrian chez Lucretia à l’époque. Elle avait hérité naturellement de cette aura charmeur, dévastateur. Elle avait ce petit quelque chose en elle, qui ferait plier n’importe quel mortel ses pieds.

Elle était en train de raconter ses exploits, en particulier un : Celui d’avoir su dominer Roman Darshkov lorsqu’il était retenu captif il y a de cela quelques années avec sa jumelle. Le petit avait tellement hurlé de douleur, lorsqu’elle avait laissé délicatement parcourir de ses longs doigts fins le torse du jeune homme que ce souvenir, lui arracher un sentiment de fierté. Un petit sourire était apparu sur ses lèvres alors qu’elle ne put s’empêcher de prendre note de l’arrogance masqué d'Erisson. Il venait de lever les yeux aux ciels, une fraction de seconde, mais elle le prit comme un affront. «  Veuillez gardait votre arrogance et vos yeux dans les miens au lieu de les levés aux ciels Néron. Vous pourriez amèrement le regretter » > dit-elle avec tout le calme dont elle put faire preuve. Restant de marbre. Ne laissant transparaitre aucune émotion.

La proximité entre les deux se trouvait être réduite dans un seul et unique bute, déstabiliser Néron. La jeune femme sentait que tout le corps du militaire irradier. Elle s’éloigna quelque peut, un petit sourire satisfait sur le visage. Elle était persuadée qu’il s’imaginait déjà avoir ses mains autour de son cou. Doux rêve Néron.

Il arquait un sourcil en signe de provocation. Ce qui eut le don d’agacer la jeune tortionnaire. Alors comme ça il était de nature joueur le petit militaire.« Adrian Docanov en personne, Dois-je me sentir flatter ? » Un petit rire cristallin sorti de ses lèvres alors qu’elle prit appuie sur la table, regardant droit dans les yeux sa proie « Vous sentir flatter ? vous ? un petit militaire sans envergure ? Voyons Néron ne soyez pas stupide. Vous n’êtes qu’un nom sur une liste pour Adrian. Elle reprit sa marche, tournant autour de sa proie sans la quitter des yeux, avec cette démarche théâtrale, ses grands airs, dont seule, elle avait le secret. Lorsque soudain,  elle s’arrêtait brusquement « Inutile de résister Néron… la douleur ne serait que plus grande »

De petits picotements commencèrent à monter tout doucement en elle, une douce chaleur l'envahie, l’adrénaline parcourut chaque fibre de Lucretia Adler. Le plaisir de faire mal à autrui. Voilà ce qui motivé cette femme glaciale. Esprit torturé peut-être ? Elle passait de nouveau derrière Néron et sans crier gars, son petit sourire carnassier au coin des lèvres, elle déposa ses deux mains sur les tempes de sa victime, soutenant sa tête, le forçant à ne pas bouger. Comme l’électricité, la douleur se propagea aux quatre coins du corps du militaire, un point, deux points puis elle arriva à ses muscles, ses os. Son corps incontrôlable. Peu à peu la douleur grandit, alors qu'il tentait de ce débattre. Cette douleur le déchirait encore un peu plus de l’intérieur. Cette impression de se faire démembrée, de passé sous un broyeur peut-être ? Peu importe, elle s’en fichait. Il souffrait et elle aimait ça.



Revenir en haut Aller en bas

SOS : 1208
ÂGE : trente-neufs années gaspillées.
CÉLÉBRITÉ : michael -hot et sexy- fassbender.
NATURE : humain, pitoyable petit humain.
EMPLOI : militaire de carrière au sein de l'ASG, commando spécial, traque et rameute les mutants, boulot qu’il ne supporte plus.
LOCALISATION : quelque part ou ailleurs, cela n'a plus d'importance maintenant.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Néron Erisson
Néron - roi des nérissons

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler Sam 17 Oct - 21:03


Néron & Lucrétia
there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill ▬ SIMON CURTIS

L'attente insupportable, le silence qui se fait lourd de sens, tic. tac. Le temps qui s'écoule lentement, trop lentement, perception d'une seconde qui semble durer des heures alors qu'une seconde reste et restera toujours une seconde, rien ni personne ne pourra jamais modifier l'écoulement du temps, maitre du monde sans qui l'humain ne serait rien. Le monde est soumis à se maitre tout puissant qu'est le temps, incontrôlable, définis il y a des milliers d'années par on ne sait trop qui. tic. tac. Sablier géant dans lequel est piéger l'humanité, elle n'en sortira probablement jamais car tel est la destiné des hommes, se soumettre à cette loi. « Inutile de résister Néron… la douleur ne serait que plus grande »  prendre pleinement consciences de ses paroles, une nouvelle fois, quelques secondes qui semblent durer une éternités s'écoulent sans que rien ne se passe, simplement retenir son souffle inconsciemment, se préparer à une chose face à laquelle on ne peut se préparer. Amusant paradoxe que d'espérer savoir à quoi s'attendre face à un mutant, qui plus est Lucretia, imprévisible, voilà ce qu'elle est. Il n'est qu'un jouet pour elle, un amusement parmi d'autre sur qui elle va passer ses nerfs. Guerrier solitaire, égaré, il ne sait pas ce qu'il fait la, soldat sans âme, sans cœur, errant à la recherche d'un peu d'espoir et d'une lueur dans ce monde sombre. Le contact subtil, les mains qui se posent sur les tempes, soutenir la tête pour mieux jouir de cette souffrance, les milliers de terminaisons nerveuses que l'on retrouve dans le corps stimulées par une force étrange, ce pouvoir, cette torture. L'esprit poussé à ses limites, faibles limites, l'être humain est faible face à la douleur, il se plaint toujours parce qu'il a toujours connu la chaleur et le confort du 21ème siècle. Douleur qui se propage bien trop rapidement, dans bien trop d'endroit à la fois, elle semble l'envahir aussi vite que la peste se propage dans une ville infectée, rapidement. trop rapidement. tic, tac. Le temps rendu encore plus lent par cette torture, cette douleur qui se disperse, le corps entier qui se crispe mais il ne cris pas, il n'exprime pas, cela ferait trop plaisir à Lucretia, elle saurait qu'elle a gagné, qu'il est faible, désespérément faible. Mais c'est trop, réellement trop, l'esprit qui ne supporte plus, tout est psychologique, la douleur bien réellement mais aucun instrument pour la faire apparaître, simplement ce petit jeu génétique. La seule et unique plainte qui ressemble plus à un gémissement qu'autre chose, une supplication « non... je ..aar.. »



© Gasmask

___________________________________

take me to church
And now, I need to know, if it's real love. Or is it just Madness keeping us afloat. And when I look back at all the crazy fights we had. It's like some kind of Madness was taking control.
And I have finally realized, I need to Love...

les plus beau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t287-neron-i-ll-tell-you-my-sins-so-you-can-sharpen-your-knife
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler

Revenir en haut Aller en bas

there's a gun for you, there's a gun for me, better shoot to kill || lucrétia adler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 02. I'm going to have to kill you... - Private
» Hallie Halloway | Fiche Achevée
» SP et blocage a 50%
» Born to kill all lives...
» CM Punk: sa meilleure promo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives Saison 1 et Saison 2 :: Archives :: Archives Rpgique :: Saison 1 : rp fini.-