Bienvenue
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


archives Saison 1 et 2
 

Partagez|




















Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Ven 4 Sep - 2:46


I'm not a hero

Into the woods

but that doesn't mean i wasn't brave



Vendredi 4 septembre 2015, 19h30
Tyler Waterfield
En route vers l'auberge,


Je marchais sur le bord de la route, il devait être environ 19h30. Après avoir travaillé en ‘’over-time’’ à la clinique vétérinaire, je trouvais qu’aller boire quelques verres à l’auberge près de la petite forêt ne serait pas mauvais. Juste quelques verres, m’étais-je dis. Avant d’atteindre la forêt, il me restait qu’environ 2 ou 3 intersections. De plus, cette journée devait probablement être l’une des premières sans pluie depuis une semaine. La température parfaite pour marcher, le soleil entamait déjà son coucher. Je continuais donc ma marche d’un rythme régulier jusqu’au moment où j’entendis quelqu’un m’interpeler à plusieurs reprises sans toutefois prononcer mon nom.

« Jeune homme! », répéta-t-il d’une voix sévère. « Arrête-toi maintenant! », enchaina-t-il avec une voix encore plus méprisante.

Je savais que cet homme s’adressait à moi, j’étais seul à marcher sur cette rue. La peur ne m’avait pas pris par surprise, loin de là, je sentais le sang-froid et l’adrénaline parcourir mon corps en entier. J’avançais donc plus rapidement et je regardai derrière moi d’un vif coup d’œil, voulant tout de même vérifier si celui qui m’harcelait était prêt à me poursuivre. Je n’arrivais pas à voir son visage de la distance qui nous séparait, mais plus qu’il avançait son visage semblait sortir des ténèbres. J’entendis des pas beaucoup plus rapides, comme ceux que l’on entend lorsque quelqu’un court. Je repris vite mes esprits puis pressai le pas jusqu’à atteindre une vitesse de course étonnamment bonne. Pendant cette course en direction de la forêt, je me questionnais sur ce que pouvait me vouloir cette personne.

Avais-je été démasqué lors d’une journée où je pratiquais une toute nouvelle transformation; celle du jaguar m’avait demandé beaucoup de pratique. Puis, on ne peut pas dire que cet animal passerait inaperçu aux yeux de quelqu’un qui marchait aux alentours. Malgré cette possibilité, j’étais certain qu’il n’y avait personne.
Avant tout, je voulais le semer et ensuite me diriger vers la forêt pour ne pas l’entrainer avec moi à l’auberge et créer une panique chez les autres clients. Cette fois-ci, j’entendis des voix qui me hurlaient dessous, elles étaient nombreuses. Environ 3 autres hommes étaient à mes trousses. Pourtant, les 3 autres étaient beaucoup plus loin derrière le premier, ce qui me donnait tout de même l’espoir que je pourrais les semer. Je tournai donc quatre fois à ma gauche à chaque intersection que je croisais. À tous les coins de rues, j’eus l’impression de perdre un des hommes à la fois. Tant mieux pour moi, ce n’étais pas qu’une impression, certains d’entre eux, soit les plus lents, m’avaient perdu de vu. Étant revenu sur mes pas, je n’avais même pas besoin de me retourner puisque j’entendais toujours les lourds pas de course du dernier homme derrière moi. On avait un niveau de cours à peu près semblable dirais-je. Il fallait tout simplement attendre pour savoir qui, entre lui et moi, détenait le plus d’endurance. Pour ma part, j’étais plutôt loin de céder. Ce devait être la même histoire pour lui aussi. Je secouai donc ma tête brusquement en murmurant quelques jurons pour ensuite prendre la décision finale de me diriger dans la forêt. J’avais comme but de pouvoir me cacher dans le décor, soit derrière un arbre ou un gros buisson, pour ensuite me transformer en un animal discret ou rapide. J’étais à la dernière intersection, un grand panneau indiquait l’une des nouvelles entrées qui avait été aménagé pour cette forêt qui était à la base une forêt sauvage.

J’entrai donc rapidement par l’entrée qui m’était présenté, puis je courrais en ligne droite. La ville avait récemment construit un petit chemin peu éclairé pour ne pas nuire aux animaux qui y vivaient librement. J’ai donc emprunté celui-ci pour m’enfoncer un peu plus loin dans la forêt. Par la suite, je tournai donc en diagonale, juste à côté de l’un  des chemins, pour faire croire à mon chasseur que j’avais pris le chemin tandis que j’avais décidé de courir entre les arbres dans la partie qui n’avait pas été modifié. J’essayais de faire le moins de bruit possibles, cependant les vieilles branches des arbres qui avaient tombées au sol craquaient sous le poids de mes pas.

« Je l’ai semé », finis-je par dire en échappant ses mots à voix haute.

Je fis un tour sur moi, puis je m’arrêtai brusquement. J’étais certain d’avoir aperçu l’homme et qu’il s’était caché derrière l’un des arbres. Je pris alors une grande respiration, me convainquant que ce n’était qu’une hallucination causé par une paranoïa plutôt intense puisque j’avais dépensé beaucoup d’énergie dans cette course. Je n’avais pas vraiment peur de lui. J’avais peur d’avoir tombé dans leurs pièges. J’avais peur qu’ils avaient prévu que je me dirigerais ici et que je m’étais fait avoir comme une souris avec les pièges à fromage. Je continuais donc à m’enfoncer dans la forêt, la tête haute tout en gardant le maximum de mes sens à l’affut, afin de trouver l’un des chemins pour ne plus faire autant de bruit. En marchant sur les branches, j’avais l’impression d’entendre le double des bruits. Comme si on me suivait, à vrai dire. Je craignais vraiment le pire, tellement qu’aux minuscules petits bruits des feuilles poussées par le vent ou par les oiseaux qui chantaient, je me tournai et je frappai le vide. Je ne voulais pas être celui qui serait pris par surprise le dernier. Je levai la tête vers l’avant pour voir plus loin et j’aperçus une forme rouge-orangé qui aurait pu être une flamme d’un feu qui commençait. Pourtant, ma théorie s’avérait fausse puisqu’il n’y avait aucun signe de feu. Que ce soit visible comme la fumée ou bien olfactif comme l’odeur de la fumée. Ce devait être encore ces stupides hallucinations me dis-je à moi-même. Je m’arrêtais donc sur le chemin que je venais d’atteindre et je voyais au-loin l’auberge. Je pris quelques pas de reculons, me collant à un buisson pour vérifier si on me pistait toujours. Au moment où j’entamais ma marche vers l’auberge, le bruit d’une pierre qui frappait un arbre me fit tourner vivement. Je venais de me mettre dos à mon agresseur. Avant que je remarque que c’était un piège. L’homme colla un mouchoir puant une odeur forte contre mon nez tout en maintenant une lame froide de son autre main sur ma gorge. J’avais déjà vu ce genre de scène dans des émissions, je compris donc le message et j’arrêtai de faire du bruit. Je devais donc me laisser endormir étant trop faible pour effectuer une transformation qui pourrait me blesser et même me tuer. Je n’étais pas le héros de cette partie, mais cela ne veut pas dire que je n’ai pas été brave.



___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Ven 4 Sep - 6:06






Into the woods




Charlie nettoya les tables vides de l'auberge jetant un oeil à la vieille horloge en bois. Elle finirait dans quelques instants et elle pourrait enfin profiter des dernières lueurs du jour. L'odeur de la bière et du porc régnait dans l'auberge illuminée par des torches. Cela donnait un air lugubre à certains clients qui ne faisaient que fixer la jeune serveuse rousse. Elle trouvait ça ô combien dérangeant de sentir dans son dos le regard de ces hommes qui ne semblaient pas commode. Les rires tonitruants des clients bourrés résonnaient dans la tête de la mutante comme les cloches d'une église. Elle n'aimait pas travailler le soir. Elle et une autre serveuse avaient dû se séparer le quart de travail d'un des garçons, car il était malade. Tout les mots pour dénigrer le serveur lui passait par la tête à ce moment-là.
« Hé ma jolie, tu m'emmènerais une bière s'il te plait? », demanda un des clients appuyé contre le bar.
Elle avait bien envie de lui mettre son poing dans sa mâchoire, mais elle se contenta de lui fournir un sourire. Cependant, son regard dû la trahir, car ce dernier eut un léger mouvement de recul. Une demi-heure. Sa remplaçante était en retard d'une demi-heure et la propriétaire était introuvable. Probablement dans une chambre avec un de ces hommes beaucoup trop saoul pour réaliser à quel point cette femme était d'une laideur repoussante. La remplaçante finit par arriver. Charlie lui jeta un regard furibond avant de sortir en coup de vent. Elle contourna l'auberge pour prendre un escalier qui descendait. Elle rentra alors dans son petit appartement. Elle se changea rapidement préférant grandement sa robe à l'uniforme de l'auberge. Elle ressortit quelques instants plus tard, un petit manteau sur le dos, prenant la direction de l'un des sentiers dans les bois. L'air frais de la forêt lui fit le plus grand bien. La noirceur gagnait tranquillement du terrain, mais on voyait encore très bien. La jeune rouquine observait les alentours, son esprit vagabondant. On entendait le bruit des piaillements des oiseaux progressivement s'éteindre. Un vent se leva, ébouriffant la longue chevelure de Charlie. Elle se mit face au vent, tentant de remettre de l'ordre dans sa crinière. Elle entendit des bruits de pas de course. Elle se rapprocha lentement d'un arbre, ses sens en alerte. Elle aperçut un homme passer sur un autre sentier rapidement. Elle plissa son regard émeraude, cherchant la cause de son agitement. Elle vit alors quelqu'un beaucoup plus proche d'elle qu'elle ne l'aurait souhaiter. Elle retint son souffle, se plaquant contre un arbre. L'homme en noir passa silencieusement dans le bois séparant les deux sentiers, ne quittant pas l'homme du regard. Elle remarqua rapidement que ces derniers se rapprochaient de l'auberge. Elle s'éloigna de l'arbre un instant en tentant de se calmer. L'adrénaline coulait dans ses veines. Devait-elle faire quelque chose? Elle inspira profondément, serrant son manteau autour d'elle inconsciemment. Elle s'enfonça alors dans  le petit bois et se rapprocha du duo au petit pas. Son pas était étonnamment léger, on entendait que le silence régnait. Soudainement, un bruit résonna, mais se tut aussitôt. Charlie s'approcha alors avec douceur des deux hommes. Elle aperçut finalement ces derniers. L'agresseur appuyait un mouchoir contre le visage du jeune homme. L'instinct de la rousse lui cria de fuir, mais elle ne pouvait laisser la victime la. Elle jura contre elle-même avant de contourner avec lenteur le plus vieux. Elle s'arrêter finalement lorsqu'elle fut face au dos de l'agresseur. Elle fit quelques pas de plus, prenant son courage à deux mains.
« Hey », lâcha-t-elle froidement.
L'homme relâcha brusquement sa victime pour pivoter vers elle. Elle sentit la lame s'enfoncer dans la chair molle de son bras. Elle tiqua légèrement fonçant sur lui. Elle posa rapidement sa main sur sa joue. Aussitôt, l'homme se détendit laissant tomber son couteau. Elle tenta de se concentrer du mieux qu'elle le pouvait alors que tout autour d'elle s'effaçait progressivement. Sa blessure au bras brûlait terriblement et elle sentait le chaud liquide glisser sur sa peau lisse. Ses yeux vides d'expression et d'un noir terrifiant ne quittait pas le visage de sa victime. Charlie fouilla légèrement dans sa tête découvrant que cet homme était de l'ASG. Plus elle explorait la tête de cet homme, plus elle devenait folle de rage. C'était un monstre. Elle réussit tant bien que mal à se contenir. Elle effaça de la mémoire du soldat leur rencontre et lui fit savoir qu'il devait partir. Son contact commençait à s'éterniser et elle sentait déjà quelques faiblesses. Elle relâcha l'homme. Elle fit un pas vers l'arrière, étourdie. L'homme repartit, troublé. Tremblante, le nez se mettant à saigner, Charlie se mit à genoux. Elle vérifia rapidement que le jeune homme allait bien avant de vérifier sa propre blessure. C'était une coupure plutôt superficielle. Elle inclina la tête vers l'arrière tentant de faire arrêter le saignement.
« Ces idiots ne font que devenir de plus en plus bête », grommela-t-elle.
Elle s'appuya contre le tronc rêche d'un arbre, attendant que l'agressé se réveille enfin. Elle se doutait que cela pouvait varier selon la dose qu'il avait inhalé de chloroforme et si ce dernier était moindrement intelligent, elle espérait qu'il aie retenu un tant soit peu sa respiration. Tenant toujours du bout des doigts son nez, son regard vert fouillait les alentours. Elle n'avait pas envie d'être surprise par quelqu'un qui tenterait de mettre fin aux jours de l'homme encore une fois.



ft. Tyler | words : 907






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 


Dernière édition par Charlie M. Anderson le Mer 16 Sep - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Lun 7 Sep - 5:46


It's not exactly love at first sight.

Into the woods

It's more like soul recognition.



Vendredi 4 septembre 2015,
Tyler Waterfield
Dans la forêt,


Je devais être plongé dans une phase du sommeil tellement profonde que je me souviens uniquement d’un homme qui m’avait poursuivi dans les bois. Et puis cela, pour aucune raison valable. Je fis quelques mouvements fluide comme lorsque l’on approche la fin de notre sommeil et apercevait à nouveau les flammes de tout à l’heure. Je décollai mon visage du sol, passant ma main contre ma joue dont quelques grains de terres s’y étaient restés collé. Avec le peu de force que je venais de récupérer, je me giflai un dur coup sur ma joue voulant m’assurer que je ne rêvais plus.

« Aie! », dis-je rapidement après avoir remarqué finalement que les flammes rouge-orangé étaient seulement les cheveux d’une magnifique femme.

Plutôt, jeune femme. Mon regard se perdit pendant un court instant dans ses yeux verts, puis je reculai rapidement les fesses contre la terre. Qui était de mon côté et qui ne l’était pas… Je ne croyais pas qu’elle aurait pu se débarrasser de l’homme à elle seule. Ils essayaient peut-être une nouvelle tentative. Soit m’envoyer une charmante jeune femme à la chevelure de feu pour tenter de me charmer et que je la suive. Pourtant, l’homme avait déjà le dessus, il aurait pu finir la tâche à lui seul. Je pris place près d’un arbre et je me servis de son tronc pour me relever. J’étais plutôt instable. La fille aux yeux verts était toujours à genoux, au sol, lorsque je vis un rouge foncé sous son nez qui devait être probablement du sang sec. Le même rouge parcourait aussi une partie de son bras. Elle avait une sacré coupure, cependant elle n’avait pas l’air profonde. J’étais peut-être vétérinaire, mais de la médecine reste de la médecine. J’étais donc certain qu’il allait falloir au maximum quelques points de sutures ou même uniquement un bandage pour éviter que la plaie s’infecte.

La forte odeur infecte se logeait encore dans son nez. L’odeur diminuait, mais elle restait toujours aussi désagréable. Je valsai légèrement d’un pied à l’autre et fis arrêter cette danse maladroite en m’appuyant le dos contre les écorces. Je levai ma tête et je remarquai qu’il faisait vraiment noir dans cette forêt. Combien de minutes avais-je bien dormis? Je descendis mes yeux vers la fille. Si c’était elle qui m’avait sauvé je me devais de lui être reconnaissant. Étant repris légèrement mes esprits durant ce long moment de silence, je m’approchai d’elle et mis un genou au sol pour être à son niveau.

« Merci pour ton aide. Sans toi, je n’ai aucune idée de ce que je serais devenu… », finis-je par dire en laissant transparaitre mon moment de réflexion. « Et toi, ça va aller? Enfin ton bras, ta coupure… Si je peux te rassurer, dis-je en prenant son bras blessé, la blessure n’est pas très profonde. Il faut uniquement s’inquiéter pour l’éventuelle infection. ». J’examinai son bras de plus près alternant mon regard de la plaie aux magnifiques yeux verts de la fille. La jeune femme était en robe, drôle d’habits pour venir torturer un homme. Je lui fis donc confiance, de toute façon, je ne pouvais pas être plus bas. Elle dégageait quelques choses de spécial, puisque à l’habitude, je n’aurais pas donné ma confiance à n’importe qui. Même sous un interrogatoire à la chaise électrique, je ne parlerais pas. Si c’était le cas, elle venait tout de même de me sauver.

« C’est un peu une drôle de situation pour rencontrer une jolie femme comme toi, mais j’aimerais bien savoir le nom de celle qui m’a sauvé », dis-je en prenant une voix amicale trouvant la situation plutôt amusante. « J’ai tout de même été sauvé par une fille qui ne semble pas être accompagné ou même armé. J’oubliais, je m’appelle Tyler Waterfield, mais Tyler suffira. Moi, à qui ais-je affaire? », questionnais-je pour terminer. J’avais toujours mon genou contre la terre, l’une de mes mains tenant avec soin son bras blessé, l’autre qui maintenait mon poids contre le sol pour éviter que ma maladresse se fasse sentir et les yeux plongés dans les siens. Elle avait de magnifiques traits sur son visage, je m’avouais à moi-même qu’elle avait tout un charme.

Du côté de ma santé, j’avais en grande partie récupéré mon énergie, je pourrais donc me transformer en un animal qui ne me demanderait pas trop d’effort. Soit le coyote, puisque je le connais bien, ou un petit animal de compagnie pas trop demandant pour mon corps. Cependant, c’était probablement inutile, car je ne sentais pas de danger ou le besoin de fuir.


Une grande question trottait dans ma tête, comment une jeune fille qui semble fragile et dépourvu d’arme aurait pu faire fuir l’homme à elle seule. Peut-être qu’elle le connaissait? Mais dans ce cas, pourquoi l’aurait-il coupé. C’était peut-être l’ensemble d’un scénario… Tant de peut-être et de questions me troublaient. J’abandonnais l’interrogatoire à moi-même. J’étais presque certains qu’elle m’expliquerait le tout par elle-même.




___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Mar 8 Sep - 0:11






Into the woods



Cela devait faire une trentaine de minutes qu'elle attendait. Son nez avait enfin cessé de saigner, mais il restait encore des traces d'un rouge foncé. La coupure a son bras lui faisait toujours un mal de chien et elle avait hâte que la belle au bois dormant se réveille pour se bouger. Elle voulait se prendre quelques tylenols et peut-être même des somnifères pour mieux dormir. Elle sursauta faiblement en voyant que le garçon se réveillait enfin. Il la regarda un moment, son regard encore embrumé par le sommeil, légèrement effrayé. Il avait l'air d'un petit animal effrayé voir même piégé. Ce qui suivit prit complètement au dépourvu la pauvre rouquine. Le garçon se gifla sur la joue. Un sourire fugace se glissa sur le visage de Charlie avant de disparaître. Comme c'était étrange de la part de ce dernier de se frapper ainsi.
« Aie! », dit-il rapidement.
Il sembla finalement se calmer, laissant place à un regard pensif. Charlie lui jeta un regard amusé, trouvant que la scène prenait un côté assez... Amusant. Il s'éloigna d'elle rapidement, mais elle ne tiqua pas. Il ne la connaissait pas après tout et il venait de se faire agresser. Elle le contempla finalement, ne se sentant pas dans l'obligation de surveiller encore les alentours. Il était... Beau. Elle inclina légèrement la tête sur le côté, ses yeux émeraudes le dévisageant. Charmant pour un mutant avec ses cheveux ébouriffés et ses yeux marrons qui la fixaient aussi, elle ne pouvait le nier. Elle le suivit des yeux alors qu'il se relevait avec difficulté. Elle n'avait toujours pas dit un mot se contentant de regarder. C'était dure de ne pas le regarder en fait. Il la regarda de nouveau avec incertitude puis s'approcha finalement d'elle. Elle eut un léger mouvement de recul. Elle éprouvait encore des difficultés à ne pas entrer dans l'esprit des personnes quand ces derniers la touchaient.
« Merci pour ton aide. Sans toi, je n’ai aucune idée de ce que je serais devenu… Et toi, ça va aller? Enfin ton bras, ta coupure… Si je peux te rassurer », commença-t-il en prenant délicatement mon bras. « La blessure n’est pas très profonde. Il faut uniquement s’inquiéter pour l’éventuelle infection. »
Charlie observait toujours la main sur son bras. Son esprit était en ébullition tant elle tentait de se contrôler. Ses yeux émeraudes étaient légèrement striés de noir. Elle sentait presque l'esprit de Tyler du bout des doigts. Elle inspira profondément, tentant de ne pas penser à cela. Si elle n'y pensait pas, elle n'aurait pas l'idée de rentrer dans sa tête, non? Elle marmonna un faible oui , le regard toujours fixé sur la main chaleureuse du jeune garçon.
« C’est un peu une drôle de situation pour rencontrer une jolie femme comme toi, mais j’aimerais bien savoir le nom de celle qui m’a sauvé. J’ai tout de même été sauvé par une fille qui ne semble pas être accompagné ou même armé. J’oubliais, je m’appelle Tyler Waterfield, mais Tyler suffira. Moi, à qui ais-je affaire? »
Après un moment de silence de la part de Charlie, elle se résigna à retirer son bras de la poigne du prénommé Tyler. Cela lui demandait trop d'énergie de se contrôler et de suivre une conversation. Son regard suivit la marche, redevenant d'un vert émeraude plus lumineux. Elle mâcha ses mots quelques instants, pensive.
« Charlie, Charlie Anderson. Et je suis une mutante, tu es un mutant, tu te transformes en animal, j'ai des facultés psioniques, tu étais poursuivi par l'ASG et je le serai sûrement bientôt aussi », lâcha-t-elle précipitamment, la voix montant légèrement dans les aigus.  
Elle réalisa dans quel bourbier elle s'était mis les pieds. Un agent qui revient, plus armé et lui manquant des souvenirs, ils allaient se douter que quelque chose s'était passé. L'agent était surement trop loin désormais pour le rattraper. Elle frotta ses tempes du bout des doigts, tentant de mettre de l'ordre dans ses idées. Elle finit par se redresser, faisant signe à Tyler de la suivre. Rester là n'était pas une bonne idée, ils allaient probablement revenir. Quelques mètres plus loin, elle sortit des bois laissant apparaître ainsi l'auberge où la fête semblait battre son plein. Des hommes saouls étaient dehors, criant et menaçant de se battre. Charlie grommela, attrapant le bout de chandail du métamorphe pour le faire avancer plus vite. Elle contourna rapidement l'auberge pour descendre les escaliers. Elle lui indiqua d'un mouvement de la tête de rentrer à l'intérieur. Elle referma la porte derrière eux. Elle appuya son front contre la vitre glaciale, réfléchissant toujours à ce qu'elle devrait faire. Elle s'asseya sur un fauteuil laissant à Tyler le loisirs de choisir où il prenait place entre le second fauteuil et le canapé.
« Comment ont-ils fait pour te trouver? Ne fais-tu pas attention aux personnes qui pourraient être susceptibles de te voir? », demanda-t-elle finalement, s'étant calmée un peu.
Son regard vert trahissait toute l'inquiétude qu'elle avait. Ce n'était pas dans ses habitudes d'être stressée ou de s'inquiéter pour quoique ce soit en fait... Mais l'idée d'être poursuivie par l'ASG la mettait sur les nerfs chaque fois qu'elle y pensait. Une question fit tranquillement son chemin dans son fil de pensée... Elle releva lentement la tête, son regard se plissant.
« Sais-tu ce qu'est l'ASG? », murmura-t-elle presque avec douceur.
Charlie se doutait bien que ce n'était pas tout les mutants qui connaissaient son existence, car certains sont discrets et n'ont jamais eu de problème avec leurs mutations. Elle se leva par la même occasion pour se diriger vers la petite cuisine attenante au salon. Elle essuya le sang séché de son nez et sur son bras. Elle se prépara ensuite un chocolat chaud et en fit un pour son invité. Elle n'aimait pas le café dû à son goût trop amer et puis, qui n'aimait pas le chocolat chaud? Elle enfila au passage des petits gants noir. Elle tendit la tasse brûlante de chocolat chaud à Tyler. Elle reprit sa place, son regard toujours rivé sur le mutant. La douleur de sa coupure s'estompait tranquillement.


ft. Tyler | words : 1006






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 


Dernière édition par Charlie M. Anderson le Mer 16 Sep - 20:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Mar 8 Sep - 4:37


It's not enough to be good,

Into the woods

You have to be great.



Vendredi 4 septembre 2015, la nuit
Tyler Waterfield
À l'auberge,


Il eut un petit moment de silence, qui pour moi n’était pas désagréable. Mes yeux étaient toujours plongés dans les siens qui avaient pris une couleur un peu foncé chevauchant le noir et le vert avec le temps, par après la rouquine retira son bras d’entre ma main. Après s’être retiré le bras de ma main, ses yeux commençaient à nouveau à scintillé d’un magnifique vert. C’était probablement l’ombre de l’arbre m’ais-je dis pour expliquer cette couleur.


« Charlie, Charlie Anderson. Et je suis une mutante, tu es un mutant, tu te transformes en animal, j'ai des facultés psioniques, tu étais poursuivi par l'ASG et je le serai sûrement bientôt aussi », me répondit-elle rapidement.


Les traits de mon visage devaient se raidir durement. J’étais énormément troublé. Pourtant ce qu’elle me racontait sonnait drôlement vrai. Si c’était vrai, elle venait de s’infiltrer à l’intérieur de ma tête pour savoir qui j’étais et ce que j’étais. Peut-être qu’elle en avait profité pour contrôler les pensées que j’ai à l’instant? Elle devait aussi avoir fait ça avec l’homme pour le faire fuir. Devais-je le prendre comme une atteinte à ma vie privé… Cependant, si elle est réellement comme moi, je venais finalement de trouver ce que je cherchais. Quelqu’un avec qui m’allier. J’évitais donc de m’acharner sur le côté mal que Charlie pourrait avoir et j’arrêtai mon processus d’analyse sur l’ASG… Je n’avais aucune idée ce que c’était ou de qui c’était. En plus, ce truc dont je n’ai aucune idée est à mes trousses et aux trousses de Charlie. L’ASG voulait ma mort et la sienne. Je devais donc envisager un mode défensif et mettre l’ASG en priorité.


La jeune femme se redressa puis me fit signe de la suivre rapidement. Je me levai à mon tour, prenant place à la droite de Charlie. On allait dans la direction de l’auberge, ça m’allait puisque j’avais prévu y aller. On arrivait à l’une des sorties de la forêt lorsque je me rendis compte que la lune était entièrement dévoilé. C’était une belle et grande pleine lune. Ces rayons de lumière  frappaient le verre des fenêtres de l’auberge qui à leurs tours, éclairaient les saoulons qui s’étaient probablement faite expulsé de l’auberge. Je traversai la rue derrière Charlie trainant un peu de la patte, puisque je m’attardais aux petits détails que faisaient les hommes saouls. Ils lâchaient tous des jurons qui semblaient s’adresser à moi. L’un d’entre eux se leva, plaça ses mains contre mon thorax et me poussa. L’homme qui était plus ou moins équilibré manqua de tomber à maintes reprises. Je m’arrêtai brusquement, j’avais envie de lui foutre mon poing dans la gueule. Cependant, Charlie m’attrapa par le haut du chandail puis m’attira vers elle me faisant signe de ne pas trainer. Ensemble, ils contournèrent l’auberge puis pénétrèrent dans ce qui semblait être un appartement. Charlie devait vivre dans cette auberge, ais-je pensé. La rouquine prit soin de refermer la porte derrière elle avant de se diriger vers l’un des fauteuils.


« C’est sympa comme demeure », dis-je le sourire aux lèvres. « C’est déjà plus grand que chez moi. », finis-je par dire en m’asseyant sur le canapé.


« Comment ont-ils fait pour te trouver? Ne fais-tu pas attention aux personnes qui pourraient être susceptibles de te voir? », demanda-t-elle.

« Si je le savais, j’aurais agis autrement. J’aurais pris des précautions. En gros, je ne savais même pas que des gens m’en voulaient au point de me tuer. », répondis-je doucement.


Je passai ma main contre le haut de mon t-shirt blanc qui était maintenant très sale suite à la terre et aux mains crasses qui m’avaient bousculé avant d’entrer dans l’auberge. Je créai donc un courant d’air entre mon t-shirt et mon nez qui empestait l’alcool et l’homme devant l’auberge qui ne devait probablement pas se rappeler à quoi ressemble une douche. C’était dégoûtant. Je plissai mon nez répondant aux stimuli que mon corps avait envoyé suite à l’odeur répugnante. Je relevai la tête tranquillement et je vis que Charlie allait prendre la parole.


« Sais-tu ce qu'est l'ASG? », me murmura-t-elle presque avec douceur.

« J’en ai aucune idée. », répondis-je très franchement.


L’odeur se recolla à nouveau à mon nez, je n’en pouvais plus. Je levai mon regard vers l’horloge qui était accroché au mur. 23h56, affichait-elle environ. J’avais encore moins le goût de rentrer chez moi. J’étais épuisé. J’envisageais donc de me prendre une chambre dans cette auberge.

« Il va falloir que je parte réserver ma chambre bientôt, on en discutera demain, si tu as toujours le goût de me voir.  », enchainais-je après avoir regardé l’heure, tout en espérant que la jeune femme m’offre logis chez elle pour la nuit.


Après avoir dit cette phrase, la rouquine se leva et se dirigea vers sa cuisine me laissant sans réponse. Elle n’avait pas l’air pressé, donc j’attendais à mon tour sa réponse. Pendant ce temps, j’examinais la maison de mes yeux. Mon regard balaya l’ensemble de l’endroit ou Charlie vivait. On dit souvent qu’on peut en apprendre beaucoup sur les gens en voyant leur lieu de vie, leur chambre ou bien leur maison en entier. Puis, j’arrêtai mon regard sur la jeune fille aux pouvoirs psyoniques qui semblait préparer quelques choses à boire. Une odeur de chocolat chaud arrivait finalement jusqu’à moi et camouflait enfin l’odeur de saleté sur mon t-shirt. Je fis un bref sourire à Charlie, replongeant mon regard brun presque noir vers l’horloge. Je devenais de plus en plus relaxe, ça devait paraître dans mon changement de position sur le canapé. Au tout début, j’étais assis comme une barre de métal. Avec le temps, je me suis retrouvé en diagonale, allongé sur le sofa. J’étais fatigué mon poids me paraissait énorme. Charlie arrivait finalement avec deux tasses de lait au chocolat chaud. Elle me tendit ma tasse brulante que je deposai par la suite sur la petite table à mes côtés. Je repris la tasse endurant la chaleur dans la paume de ma main et pris une petite gorgeai. Il s’installait un silence qui n’étais pas du tout gênant pour moi.


« Tu veux continuer à m’expliquer qu’est-ce que c’est l’ASG ce soir, ou on attend demain puisque je devrais partir maintenant dormir dans une chambre. J’emprunterai une chambre à cette auberge et je viendrai te rendre visite demain matin s’il le faut. », dis-je en interrompant le silence. J’espérais tout de même qu’elle me propose de dormir chez elle, même le canapé m’irait.





___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Mar 8 Sep - 20:34






Into the woods



Charlie trouva amusant le fait de voir le regard de Tyler s'arrêter sur les moindres détails. Son visage fatigué s'étira dans un sourire faiblard. Il était impossible d'être maussade en sa présence. Elle soupira faiblement en faisant glisser le bout de son doigt sur le contour de la tasse. Elle y était aller fort en lâchant toutes ses informations d'un coup à ce pauvre garçon. Il sembla troublé par ses dires, mais si l'ASG le suivait, il valait mieux que ce soit elle qui lui apprend la vérité sur le monde dans lequel ils vivaient tous plutôt que laisser Kanatrix lui apprendre les dures règles qui régissaient les mutants. Son regard perdu fixait son chocolat chaud. Elle attendait avec une certaine impatience la réponse, curieuse de savoir.
« J’en ai aucune idée », dit-il avec franchise.
Charlie se mordilla la lèvre. Il ne savait donc pas.  Son doigt arrêta soudainement de faire des tours alors que son front se barrait de quelques plis dû à son inquiétude. Elle était étonnée tout de même de savoir que ce dernier ne savait rien du tout. Elle releva son regard émeraude. Elle était incertaine face à l'idée de lui parler davantage de l'ASG. Il avait semblé perturbé juste par les petites informations qu'elle lui avait fourni. Elle se demanda soudainement s'il avait pensé un instant qu'elle avait fouillé dans la tête. Elle répondit à sa propre question en haussant les épaules. Probablement en fait, mais cela de la préoccupait pas davantage. C'était trop risqué pour elle de fouiller dans deux têtes, une à la suite de l'autre.
« Tu veux continuer à m’expliquer qu’est-ce que c’est l’ASG ce soir, ou on attend demain puisque je devrais partir maintenant dormir dans une chambre. J’emprunterai une chambre à cette auberge et je viendrai te rendre visite demain matin s’il le faut. », dit Tyler, le regard posé sur la jeune femme.
Charlie remarqua finalement que ce dernier lui parlait depuis un petit moment probablement et qu'il s'attendait à une réaction de sa part. Elle secoua la tête, se massant de nouveau les tempes. Elle ramena ses longues jambes sous elle et prit une gorgée de sa boisson préférée.
« Mon canapé est à ta disposition si tu ne souhaites pas payer pour une chambre », commença-t-elle.
Elle réfléchit à ce qu'elle pourrait dire sur l'ASG. C'était des monstres? Des personnes sans pitié? Elle reprit son petit manège, faisant glisser son doigt sur le pourtour de la tasse. Elle ne voulait pas troubler davantage Tyler, mais tout ce qui concernait l'ASG était troublant. Elle marmonna qu'elle revenait dans un instant avant de se lever. Elle fila dans sa chambre changer de vêtements. Si elle devait veiller, autant se mettre à l'aise tout de suite. Elle fouilla dans son placard pour trouver des vêtements beaucoup trop grand pour elle. Elle les utilisait normalement pour peinturer ce qui expliquait les tâches de peintures, mais elle se dit que cela ferait surement l'affaire. Elle posa donc le jogging gris pâle et un vieux chandail d'université sur son lit avant de se changer elle-même. Elle enfila aussi un jogging, mais, cette fois-ci, à sa taille et se glissa dans un énorme coton ouaté bleu marin. Elle ressortit alors, les vêtements dans ses bras. Elle les posa sur le second fauteuil.
« Si tu souhaites te changer, c'est tout ce que j'ai. C'est rare que j'ai des invités et encore plus des garçons », commenta-t-elle. « Tu pourras prendre une douche aussi si tu veux », rajouta-t-elle finalement.
Elle s’asseye de nouveau sur son fauteuil, assise en indien. Elle reprit son chocolat chaud posé un peu plus tôt sur la table. Elle prit une longue gorgée, préparant mentalement ce qu'elle allait dire.  Elle lui indiqua la salle de bains dans le couloir.
« Tu iras après notre charmante conversation sur la corporation qui sauve des vies. Prendre une douche nous aide souvent à mieux réfléchir », lâcha Charlie. « L'ASG est composé principalement d'humains, mais aussi de quelques mutants. Ils ont pour but non de nous tuer, mais de ramener tous les mutants, vivants, à Kanatrix Corporation. Nous étions sensés être des enfants soldats en quelque sorte. J'y suis déjà allée, adolescente. Tu ne veux pas aller là-bas, je te le garantie », dit-elle en finissant sa phrase dans un murmure.
Elle soupira. Elle ne savait pas réellement quoi dire sur ces monstres à deux pattes. Autant les mutants étaient considérés aux yeux des humains comme des monstres, autant les humains devraient considérés Kanatrix comme le monstre. Comme si, enfants, les mutants avaient délibérément prient la décision de devenir ces monstres de foire d'aujourd'hui. Tous ces parents qui avaient confiés le sort de leurs enfants dans les mains d'une compagnie dont le but était tout autre que d'aider ces adultes à obtenir enfin l'enfant tant désiré... Pas que Charlie leurs en voulait particulièrement, mais elle en voulait à ses parents à elle. Elle se doutait aussi que d'autres mutants avaient dû subir le rejet de leurs parents lorsque leur mutation s'était manifestée. Elle posa son regard pensif sur Tyler.
« Tu es un enfant in vitro ou tu étais un enfant voué à une mort certaine? » Dit-elle après un moment de silence.
Elle voyait mal le métamorphe voué à une morte certaine. Elle inclina la tête sur le côté, son regard vert se plissant. S'il était un de ces enfants en phase terminale, de quoi aurait-il pu être affecté? Elle voyait plutôt des parents modèles qui ne réussissaient pas à avoir des enfants alors ils se tournèrent vers Kanatrix pour obtenir la progéniture tant désirée. Vu le physique du mutant, elle s'imagina sans raisons particulière que c'était des parents riches au physique irréprochable qui étaient un couple PDG d'une quelconque compagnie. Charlie fit un léger sourire à cette idée. C'était des pensées disons... Futiles et ô combien stéréotypées pour un moment aussi sérieux, mais cette touche d'humour fit son chemin et étira le coin de ses lèvres en une petite moue souriante. Elle tenta tant bien que mal de reprendre une mine sérieuse malgré les scènes farfelues qu'elle s'imaginait.


ft. Tyler | words : 1008






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 


Dernière édition par Charlie M. Anderson le Mer 16 Sep - 20:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Mer 9 Sep - 4:14


What defines us is

Into the woods

how well we rise after falling



Vendredi 4 septembre 2015, la nuit
Tyler Waterfield
À l'auberge,


Charlie prit à son tour une gorgée de son chocolat chaud puis le garda dans sa main.

« Mon canapé est à ta disposition si tu ne souhaites pas payer pour une chambre », me répondit-elle.

Un grand sourire dût s’afficher sur mon visage, j’étais content qu’elle me fasse cette proposition. En même temps, chacun pourrait veiller sur l’autre si l’un de nous se faisait à nouveau chasser.

« J’accepte cette proposition. », répondais-je avec un surplus de joie qui sortait de nulle part.

Je portais attention sur ces moindres petits gestes, elle devait avoir répété une dizaine de fois le même cercle sur le dessus de sa tasse. Habituellement, ce genre d’action répétitif a lieu lorsqu’on pense très fort. Comme si notre cerveau n’était pas capable de concentrer fortement en faisant autre chose. Elle devait probablement chercher un moyen de m’expliquer tout ce qui se cache derrière nos pouvoirs. Mon pouvoir, je l’aimais. En quelques sortes je m’y étais attaché. Il faisait partie de moi. Même si ce pouvoir m’avait été donné par les hommes les plus diaboliques sur la terre, il a quand même servit à semer le bien chez mes parents. Je n’avais jamais eu de problème avec mes métamorphoses où l’entièreté de mon pouvoir et j’en n’aurai jamais. Mes transformations s’exécutaient toujours sur demande, jamais sans avertir. J’arrive à contrôler mes actes, je ne deviens personne de méchant lorsque je suis une bête. Même si ce pouvoir me fût donné par des êtres qui avaient l’intention de l’utiliser pour le mal, la décision finale me revient. J’ai décidé de faire le bien avec ce don. J’avais aucune idée comment, mais Charlie était là pour m’aider j’en suis certain.


Elle marmonna quelques mots dont je traduisais par la suite qu’elle revenait dans un moment. Elle se leva puis se dirigea vers l’une des pièces qui, de loin, semblait être sa chambre. J’entendis la porte d’un placard s’ouvrir, puis un peu de mouvement. Elle devait se mettre à l’aise pour pouvoir se mettre au lit plus rapidement, pensais-je. Pendant ce temps, je pris plusieurs gorgées de ce bon et chaud chocolat au lait. Je n’avais pas froid, mais un chocolat chaud donne toujours un certain réconfort. Je posai mon regard qui à cette heure devait paraître noir. J’ai les yeux d’un brun tellement foncé que le soir, on pourrait dire qu’ils sont noirs. Donc, sur l’horloge, les aiguilles indiquaient minuit passé. Je pourrais même passer une nuit blanche avec Charlie, par contre, je devais reprendre des forces. L’ASG pourrait refrapper n’importe quand.

« Tout va bien, Charlie? », lui demandais-je tellement bas qu’elle ne m’entendit probablement pas.

Un bruit de bois contre bois se fit entendre, j’en déduisais donc que c’était la penderie qui venait d’être fermé. Charlie arriva avec de nouveaux vêtements sur son dos. Elle avait donc abandonné sa robe pour des tissus beaucoup plus grand et confortable pour dormir. Charlie posa quelques vêtements sur le second fauteuil. Ils étaient beaucoup plus masculins et beaucoup plus grands que ceux qu’elle portait en ce moment. Une bulle qui aurait dû me monter au cerveau bien avant que je m’imagine des scénarios. Était-elle en couple, questionnais-je à moi-même sous mon crane.

« Si tu souhaites te changer, c'est tout ce que j'ai. C'est rare que j'ai des invités et encore plus des garçons », répondit-elle.

Avait-elle lu dans mes pensées, soufflais-je dans ma tête en plissant les yeux. Tout de même, elle venait de répondre à ma question et elle semblait ne pas s’en être rendu compte. Ça m’allait ainsi.

« Tu pourras prendre une douche aussi si tu veux », me proposa-t-elle finalement.
« J’empeste tant que ça, t’aurais dût me le dire avant. », répondis-je laissant échapper un petit rire moqueur.

Charlie prit à nouveau place sur son fauteuil, croisant une jambe sous l’autre. Assis en indien, Charlie prit une longue gorgée de son chocolat chaud. Simultanément, j’essayai de plonger mes yeux noirs dans le peu de ses prunelles vertes qui était visible en raison de la tasse qui cachait une partie de son visage.

« Tu iras après notre charmante conversation sur la corporation qui sauve des vies. Prendre une douche nous aide souvent à mieux réfléchir », se reprit-elle.

Prendre ma douche et me débarrasser de ce t-shirt sale ne me seraient pas de refus. J’imaginais que l’odeur dégueulasse s’était rendue au nez de Charlie et qu’elle avait peur que cette odeur imprègne le canapé. Je me faisais surement des illusions, Charlie ne semblait pas être comme ça.

« L'ASG est composé principalement d'humains, mais aussi de quelques mutants. Ils ont pour but non de nous tuer, mais de ramener tous les mutants, vivants, à Kanatrix Corporation. Nous étions censés être des enfants soldats en quelque sorte. J'y suis déjà allée, adolescente. Tu ne veux pas aller là-bas, je te le garantie », dit-elle en diminuant le volume de sa phrase.

« Kanatrix Corporation… Kana-Kanatrix Corporation, ça me dit quelque chose. », répétais-je en cherchant durement dans ma tête d’où me revenait ce nom.
« J’ai vu ce nom sur un dossier qui m’appartenait dans le centre pour jeune où j’ai été envoyé. Je n’ai pas trop compris ce que ce nom faisait sur mes dossiers, mais je n’y avais pas porté trop d’attention. », continuais-je. « En résumé, si nous nous rendions, tout serait plus simple? », finissais-je doucement.

Une grande partie qui était floue dans ma tête commençait à s’éclairer. Le pire, c’est qu’il en reste encore une grande partie qui vie dans le noir. Pour ma part, je ne croyai pas que les mutants étaient des monstres. Dans la perspective de Charlie, on dirait qu’elle était de l’avis inverse de moi. Après tout, on ne peut pas être tous du même avis.

« Tu es un enfant in vitro ou tu étais un enfant voué à une mort certaine? », me demandait Charlie après le moment de silence.

« In vitro. », répondais-je rapidement.
« Et toi? », lui renvoyais-je la question pour en apprendre plus sur elle.

J’essayai de trouver ce qu’elle pouvait bien être. Elle semblait trop informé de la situation, comme si elle était présente lors de l’implantation du gène qui a changé ma vie et la sienne. Elle devait donc avoir des souvenirs de cet endroit beaucoup plus récent que les miens, puisque je n’y ai jamais mis le pied. C’était difficile de m’imaginer de quel résultat elle découlait. Je n’étais pas du genre de me faire des avis stéréotypés à l’habitude. Je laissais souvent des chances aux gens qui semblaient bizarre pour venir me parler, plusieurs de mes amis dont je n’ai plus contact me racontait que je dégageais quelques choses de bizarre qui donnait l’impression aux autres que je me croyais au-dessus d’eux. Peut-être que je les surpassais de plusieurs points dans tous les tests et que la nature m’avait gâté, cependant, ce n’était pas l’aspect que je voulais que les gens perçoivent de moi.
« Charlie, je voulais te poser une question. Quand tu m’as aidé dans les bois, tu as lu dans mes pensées, n’est-ce pas? Ne t’en fais pas, je ne serai pas fâché. Je m’intéresse plutôt sur le fonctionnement des pouvoirs des autres mutants. », disais-je.
« Je t’avoue, je suis un peu curieux de savoir ta réponse, mais ce n’est pas tous les jours que je rencontre des gens comme moi. En fait, tu es la première. », finissais-je en prenant une gorgée de mon lait au chocolat tiède. Je me plaçai alors les coudes sur mes genoux, le dos courbé face à Charlie, la tasse dans la main et le regard en harmonie avec le sien.






___________________________________



Dernière édition par Tyler Waterfield le Ven 11 Sep - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Jeu 10 Sep - 1:02






Into the woods



Charlie regardait toujours Tyler, mais ses pensées dérivaient tranquillement. Elle songea à son enfance et au moment fatidique où ses parents l'avaient rejetés si brutalement. Tyler ne semblait pas avoir eu un quelconque problème dans sa vie concernant la mutation. Et se rendre... Cela serait plus simple pour les humains, mais pas pour les mutants. Elle fut parcourue d'un frisson en songeant à ce que Kanatrix ferait d'eux.
« On ne peut pas se rendre. La mort serait plus douce que ce qu'il nous ferait subir », dit distraitement Charlie en buvant une gorgée de son chocolat chaud qui commençait à refroidir.
Elle vida le reste de son chocolat chaud rapidement et posa la fragile tasse sur la table de verre. Elle rentra aussitôt ses mains dans ses manches, songeuse. Tyler répondit alors rapidement à sa question précédente. Il était donc un enfant in vitro. Elle hocha la tête faiblement.
« Et toi? » Demanda-t-il.
« Mort certaine, j'avais une malformation du coeur. Mon premier mois d'existence fut à Kanatrix », dit-elle en posant le doigt sur son thorax.
Elle fit un faible sourire, c'est tout ce qu'elle pouvait faire après tout. Qu'y avait-il à dire lorsqu'on était sensé mourir et que nous vivions encore, 22 années plus tard? Surtout qu'elle avait passé un mois là-bas, l'entreprise faisant croire à mes parents qu'ils me soignaient alors qu'ils me transformaient en bête de foire. Elle se mit à jouer avec le bout de ses manches. Elle inclina la tête sur le côté, rivant son regard d'un tendre vert dans celui marron du métamorphe. Il venait presque de se faire enlever pour avoir un don et il semblait le prendre mieux que Charlie qui avait seulement aidé le jeune homme. Elle avait encore les nerfs en boule juste à repenser à la scène.
« Charlie, je voulais te poser une question. Quand tu m’as aidé dans les bois, tu as lu dans mes pensées, n’est-ce pas? Ne t’en fais pas, je ne serai pas fâché. Je m’intéresse plutôt sur le fonctionnement des pouvoirs des autres mutants », demanda soudainement Tyler coupant court aux pensées de Charlie.
Elle redressa la tête, surprise. Son regard s'emplit d'incompréhension. Pourquoi croyait-il qu'elle aurait lu dans ses pensées?
« Je t’avoue, je suis un peu curieux de savoir ta réponse, mais ce n’est pas tous les jours que je rencontre des gens comme moi. En fait, tu es la première », poursuivit-il.
Elle se leva, légèrement vexée. Elle ne se serait pas permis de lire dans ses pensées sans sa permission. Elle n'était pas comme ça et elle ne voulait pas s'infiltrer dans la vie privée de quiconque. Elle se déplaça dans la pièce d'à côté, toujours troublée par la question. Elle sortit la pizza de son réfrigérateur pour la faire chauffer. Son ventre grondait bruyamment. Elle n'avait pas mangé depuis ce matin. Le seul bruit qui brisait le silence était celui du micro-onde. Elle savait que Tyler n'avait pas voulu la froisser et après tout, ils ne se connaissaient pas vraiment donc il ne pouvait pas juger comment elle était réellement. Elle se mordilla de nouveau la lèvre, elle avait tendance à trop réagir parfois. Elle revint dans le salon, un sourire aux lèvres afin de montrer qu'elle n'était pas vexée. Elle posa le petit souper improvisé sur la table du milieu. Elle se prit une pointe et se rassit en indien.
« Je n'ai pas lu dans tes pensées », dit-elle avec une pointe de timidité dans la voix. « Je n'y tiens pas non plus. Je dois avoir un contact physique avec la personne et je ne me contrôle pas assez pour faire exprès de te toucher. Tantôt, c'était risqué. Cela aurait pu mal finir », finit-elle dans un faible murmure.
Elle prit rapidement une bouchée de sa pizza, ses joues devenant légèrement rosées. Elle arrêta son regard sur la fenêtre de la porte. Elle continua de manger sa pizza. Elle aimerait bien pouvoir contrôler sa mutation, mais cela lui demandait tant d'effort qu'elle préférait éviter les contacts tout simplement.
« J'ai lu celles de l'homme. Il savait tout sur toi », grommela-t-elle. « Vétérinaire, mutant, métamorphe et même où tu vivais. Il a fait ses recherches, mais je ne sais pas comment il a pu savoir que tu étais un mutant. »
Charlie tenta de freiner sa colère. Elle avait manqué d'énergie quand elle était venue pour en découvrir davantage. Elle soupira de découragement avant de finir sa pointe de pizza. Elle tenta de se consoler en se disant qu'elle devait agir vite à ce moment-là, mais sa conscience se la ramenait. Si l'ASG réussissait maintenant à trouver des mutants qui étaient prudents, il était devenu maintenant très délicat d'utiliser leur mutation.
« J'aurais dû essayer davantage », grommela-t-elle toujours en colère contre elle-même. « Bref... Tous les mutants ont un ADN instable provoquant des faiblesses dans nos mutations. Tu en as surement. Personnellement, rester trop longtemps dans la tête de quelqu'un va me faire saigner du nez, étourdissement et je prends de plus en plus de temps à séparer mes pensées de celles des autres. »
Elle réalisa qu'elle parlait beaucoup trop sur sa mutation. Et si Tyler était un mutant de l'ASG et que tout ceci avait été une mise en scène? Elle tourna brusquement la tête vers sa porte, s'attendant presque à voir débarquer des soldats armés jusqu'aux dents.
« J'espère que tu ne prévois pas me tuer maintenant », dit-elle avec un petit sourire en soulevant ses épaules finalement.


ft. Tyler | words : 906






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 


Dernière édition par Charlie M. Anderson le Mer 16 Sep - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Sam 12 Sep - 0:33


Some men just want

Into the woods

to watch the world burn



Vendredi 5 septembre 2015, 00:01
Tyler Waterfield
À l'auberge,


Charlie se leva sans répondre à ma question et elle s’engagea vers la cuisine. L’avais-je vexé, demandais-je à moi-même. Après tout, je ne la connaissais pas vraiment et je ne savais pas quelles étaient mes limites. De loin, j’apercevais Charlie ouvrir le réfrigérateur et en sortir une boite de carton. Elle fit quelques pas dans la direction du micro-onde se cachant ainsi derrière l’un des murs. Je commençais à avoir faim et une odeur de sauce tomate et de fromage embaumait tranquillement la pièce. Mon ventre produisit un gargouillement dans les notes graves, il me faisait savoir bien que je savais déjà qu’il avait très faim. Je tendis l’oreille, écoutant l’alarme du micro-onde. La pizza était finalement prête. Charlie réapparut devant moi, emportant la pizza et un sourire aux lèvres. Elle prit place devant moi posant la pizza sur la table entre nous. Je m’étirai alors le bras décollant mon dos du canapé pour retirer une pointe de la pizza entière. Je repris mon ancienne position en prenant une bouché de la pizza. Je mâchai mon morceau consacrant son attention aux paroles de Charlie.

« Je n'ai pas lu dans tes pensées », dit-elle avec une pointe de timidité dans la voix. « Je n'y tiens pas non plus. Je dois avoir un contact physique avec la personne et je ne me contrôle pas assez pour faire exprès de te toucher. Tantôt, c'était risqué. Cela aurait pu mal finir », finit-elle dans un faible murmure.

« D’accord, tu sais j’ai peut-être pris une tonalité de voix qui semblait accusateur, mais ce n’était pas mon intention. », disais-je avec un peu de remords. « Je trouve ton pouvoir vraiment magnifique. Avec le mien, je n’arrive pas à cacher ma présence, ni de les empêcher de frapper. Cependant, je n’ai pas vraiment de problème avec ce don, sauf quelques effets secondaires. », continuais-je pendant que Charlie prit une bouché de sa pointe de pizza.

« J'ai lu celles de l'homme. Il savait tout sur toi », grommela Charlie. « Vétérinaire, mutant, métamorphe et même où tu vivais. Il a fait ses recherches, mais je ne sais pas comment il a pu savoir que tu étais un mutant. », m’expliquait la rouquine pendant que j’enchainais bouché après bouché de ma pointe.

« J'aurais dû essayer davantage », continua Charlie sur le même ton de voix. « Bref... Tous les mutants ont un ADN instable provoquant des faiblesses dans nos mutations. Tu en as surement. Personnellement, rester trop longtemps dans la tête de quelqu'un va me faire saigner du nez, étourdissement et je prends de plus en plus de temps à séparer mes pensées de celles des autres. », termina Charlie qui semblait à nouveau plonger dans des milliers de questions.

J’aimais bien en apprendre sur elle, cependant, j’aime moins parler de moi. Je n’ai pas l’habitude de parler de moi, en fait. Même lorsque j’avais des amis, autres que mes clients respectifs de la clinique vétérinaire, je ne parlais pas de moi. Je préférais écouter les autres, ils avaient tout simplement des choses beaucoup plus intéressantes à dire que moi puisque je ne parlais jamais de mon pouvoir. Je décidai alors de briser cette monotonie en parlant de moi un peu.

« Je vois. Pour ma part, une transformation m’épuise physiquement et mentalement. Comme si, lorsque je reprends ma forme humaine, ce n’est plus qu’une course en rivalité avec mon sommeil. J’ai aussi l’impression qu’un marteau s’acharne sur ma tête. Des sacrés maux de tête s’enchainent, un attendant pas l’autre. Puis, mon pouvoir est limité. », m’interrompis-je pour savoir si Charlie s’intéressait toujours à ce que je lui disais. « Ce que je veux dire par-là, c’est que je peux uniquement me métamorphoser en bête dont je connais assez d’informations sur eux. Par la suite, mes yeux virent dans un bleu marin prenant les caractéristiques de la vision de l’animal que j’ai choisi et mon corps termine la transformation. J’envisageais me pratiquer à isoler la métamorphose sur une partie de mon corps précisément. Je n’ai jamais réussi et je ne sais même pas si c’est possible, mais je vais devoir ralentir mes tentatives pour ne pas me faire retrouver. », terminais-je débalancé par l’écartement de mes habitudes.

« J'espère que tu ne prévois pas me tuer maintenant », dit-elle avec un petit sourire en soulevant ses épaules finalement.

« Je n’ai pas l’intention ne t’en fais pas. Sinon, je l’aurais fait bien avant. Par exemple, lorsque tu te changeais dans ta chambre. Il m’aurait fallu prendre une transformation en une bête assez sauvage et te prendre par surprise. Par la suite, je m’aurais acharné sur toi qui ne pouvait aucunement me contrôler avec ces gants. », dis-je en gardant le sourire pour exprimer le fait que j’inventais le scénario du début. « Cependant, je n’aurais même pas eu le droit à cette pizza. Je serais donc mort affamé tout juste après toi. », J’arrêtai ma phrase d’un coup sec pour lui poser comme question finale en approchant mon bras dans sa direction : « Si tu veux vérifier, ne te gènes pas. Tu es la mieux placé pour savoir qui ment ou pas. »

Pourquoi ne pas lui faire une démonstration de mon pouvoir, pensais-je brulant d’envie d’utiliser mon pouvoir. Ça devait faire au moins 1 semaine que je ne l’avais pas utilisé.






___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Dim 13 Sep - 8:54






Into the woods



Elle ne savait pas comment expliquer ce phénomène, mais dès que Tyler semblait parler, tout se taisait autour de Charlie. Elle grignota du bout des dents la croûte de sa pizza. Elle laissa échapper un rire en voyant Tyler prendre rapidement une pointe du souper improvisé.

« D’accord, tu sais j’ai peut-être pris une tonalité de voix qui semblait accusateur, mais ce n’était pas mon intention », dit Tyler avec une pointe de remord dans la voix. « Je trouve ton pouvoir vraiment magnifique. Avec le mien, je n’arrive pas à cacher ma présence, ni de les empêcher de frapper. Cependant, je n’ai pas vraiment de problème avec ce don, sauf quelques effets secondaires. »

Ces fameux effets secondaires. Sa main se porta automatiquement à son nez, comme si il se mettrait à saigner simplement en entendant ces mots. Charlie grimaça faiblement, ce mouvement brusque la ramenant à la réalité. Elle devrait peut-être couvrir la plaie sur son bras. Elle y jeta un bref coup d'oeil et plissa son nez. Cette sensation de brûlure constante la déstabilisait. C'était la première fois qu'elle se retrouvait blessée. L'homme avait eu des réflexes auxquels Charlie ne s'était pas attendu à voir. Normalement, c'était Charlie qui déstabilisait ses adversaires par ses réflexes, mais cette fois, ce fut elle. Elle reposa avec délicatesse son bras en reprenant la parole. Tyler l'écoutait avec attention ce qui mit rapidement à l'aise la jeune mutante.

« Je vois. Pour ma part, une transformation m’épuise physiquement et mentalement. Comme si, lorsque je reprends ma forme humaine, ce n’est plus qu’une course en rivalité avec mon sommeil. J’ai aussi l’impression qu’un marteau s’acharne sur ma tête. Des sacrés maux de tête s’enchainent, un attendant pas l’autre. Puis, mon pouvoir est limité. » Commença-t-il. « Ce que je veux dire par-là, c’est que je peux uniquement me métamorphoser en bête dont je connais assez d’informations sur eux. Par la suite, mes yeux virent dans un bleu marin prenant les caractéristiques de la vision de l’animal que j’ai choisi et mon corps termine la transformation. J’envisageais me pratiquer à isoler la métamorphose sur une partie de mon corps précisément. Je n’ai jamais réussi et je ne sais même pas si c’est possible, mais je vais devoir ralentir mes tentatives pour ne pas me faire retrouver. »

Un frisson d'excitation parcourut la colonne vertébrale de la rouquine. Cela devait tellement être impressionnant courir dans la peau d'un animal. Ce sentiment de liberté et de puissance devait être grisant. Elle ferma ses yeux, se laissant imaginer la scène. Son sourire s’agrandit. C'était étonnant venant de sa part de voir sur ce visage plus ou moins expressifs ce sourire si sincère.

« Personnellement, j'aimerais apprendre à laisser les gens voir ce que j'ai dans la tête, tu vois, un peu un lien à double-sens. Selon mes désirs bien sûr, car je ne veux pas que ce soit systématique », dit-elle avec presque de l'excitation dans la voix.

Elle était étonnamment détendue. Elle songea que si l'ASG débarquait en ce moment, elle serait mise à terre en trois secondes. Aussitôt, son sourire retomba pour laisser place à ce masque éternel d'incertitude et de sévérité. Elle laissa tomber son commentaire tentant d'y inclure un faible sourire. Elle ne pouvait pas se permettre d'être détendue trop longtemps. Elle ne pouvait pas se permettre de baisser sa garde. Un voile de tristesse couvrit son regard émeraude alors qu'elle réfléchissait. Elle se trouva idiote de penser à cela. Pour le moment, rien n'allait se passer. Le soldat ne devait pas être rendu, elle avait de la charmante visite et Tyler semblait réellement s'intéresser à ce qu'elle disait.

« Je n’ai pas l’intention ne t’en fais pas. Sinon, je l’aurais fait bien avant. Par exemple, lorsque tu te changeais dans ta chambre. Il m’aurait fallu prendre une transformation en une bête assez sauvage et te prendre par surprise. Par la suite, je m’aurais acharné sur toi qui ne pouvait aucunement me contrôler avec ces gants », dit Tyler en lui fournissant un sourire, « Cependant, je n’aurais même pas eu le droit à cette pizza. Je serais donc mort affamé tout juste après toi. », dit-il et lâcha soudainement ; « Si tu veux vérifier, ne te gênes pas. Tu es la mieux placée pour savoir qui ment ou pas. »

Il tendit alors son bras vers elle. Charlie se figea. Son souffle se coinça dans sa gorge. Elle observa le bras lisse de Tyler. Il lui faisait confiance, du moins, assez pour lui permettre de fouiller dans ses pensées et ce n'était pas une mince affaire. Elle leva son regard vert pour le plonger dans celui marron de Tyler. Elle ne savait pas trop comment réagir et elle brûlait d'envie de vérifier qu'il était sincère. Elle se leva avec lenteur, surveillant la moindre de ses réactions. Elle ne voulait pas l'effrayer. Elle s'asseya face à lui.

« Je verrai tout, tu sais », commença-t-elle, son regard fixé sur le bras du mutant. « Je te laisserai le contrôle de ton corps du mieux que je le peux... Je veux voir ta mutation après si tu as l'énergie pour cependant », termina-t-elle avec une lueur de défi dans le regard.

Elle s'approcha encore légèrement, ses genoux frôlant les jambes de Tyler. Elle posa le bras du métamorphe sur sa cuisse. Ses mains se mirent légèrement à trembler. C'était la première fois que quelqu'un accepte volontairement qu'elle se plonge dans ses pensées. Elle retira l'un de ses gants tentant de contrôler ses tremblements. Elle rougit violemment voyant son incapacité à contrôler son propre corps. Elle inspira profondément avant de poser avec douceur sa main sur le poignet de Tyler, son avant-bras reposant dans la main de ce dernier. Tout s'effaça autour d'elle alors que son regard devant deux puits sans fond. C'était presque effrayant de voir ces deux yeux verts devenir d'un noir encre ainsi que la blanc de l'oeil. Charlie relâcha sa prise sur le corps de Tyler, se concentrant sur les pensées et les souvenirs de ce dernier. Elle vit passer devant ses yeux émerveillés l'enfance de Tyler. Il était adorable quand il était un enfant. Le corps de Charlie reflétait ce qu'elle voyait. Un sourire énorme étirait son visage. Elle s'arrêta sur une scène en sentant les émotions fortes que celle-ci dégageait. Elle vit un jeune Tyler sourire à une petite fille qui rougissait. Charlie observait la scène avec amusement. Elle continua légèrement lorsqu'elle vit ce même petit Tyler derrière un arbre alors qu'il se transformait en un coyote. Elle poursuivit son « visionnement » avec intérêt. Charlie songea à son commentaire précédent... Ses sourcils se froncèrent sous la concentration. Elle eut l'impression de faire tomber un mur et un fourmillement au bout de ses doigts. Elle ne savait pas si cela avait marché, si Tyler avait pu lire en elle aussi, mais une dizaine de minutes plus tard, quand elle eut le temps de voir que le mutant ne lui voulait aucun mal, elle lâcha son bras. Tous ses muscles se relâchèrent alors qu'un violent mal de tête l'assomma. Elle tenta de masser ses tempes. Elle se leva presque titubante pour aller prendre quelques advils. Elle revint alors, son verre d'eau entre ses mains. Elle avait pris un petit air enfantin, son doux visage semblait tiré davantage par la fatigue et elle avait un énorme verre d'eau entre ses petites mains. Elle s'asseya de nouveau face à Tyler, songeuse.

« As-tu réussi à voir quelque chose? » Demanda-t-elle avec timidité. « Et c'est à mon tour de voir ce que tu es capable de faire », rajouta-t-elle avec un sourire fatigué, mais toujours aussi sincère.

Elle espérait profondément ne pas l'avoir choqué. Elle aurait dû le prévenir avant d'essayer cette nouvelle tentative. Elle remit son gant tranquillement, presque gênée du fait qu'elle n'arrive pas à se contrôler davantage alors que son invité en était pleinement capable. Elle pensa au fait, qu'à l'origine, elle devait simplement vérifier les intentions du jeune homme.

« Et tu n'as pas l'intention de me tuer en effet », rajouta-t-elle en riant.


ft. Tyler | words : 1348






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Ven 18 Sep - 22:57


Don't find love,

Into the woods

Let love find you.



Vendredi 5 septembre 2015, 01:35
Tyler Waterfield
À l'auberge,


Charlie prit place devant moi. Elle faisait parcourir son regard sur moi comme si elle m’examinait pour savoir si j’étais un bon cobaye. Plus réellement, ça devait être rare qu’on se proposait à elle ainsi.

« Je verrai tout, tu sais », Commença-t-elle, fixant du regard mon bras que je lui avais présenté. « Je te laisserai le contrôle de ton corps du mieux que je le peux... Je veux voir ta mutation après si tu as l'énergie pour cependant », Termina-t-elle d’une voix prouvant qu’elle commençait à aimer ce petit jeu.

J’étais toujours assis sur le même canapé, donc je bougeai alors pour me dégourdir un peu. Nos genoux entrèrent dans une petite collision puisqu’elle se replaçait plus près de moi ce qui me fit échapper un rire de nervosité. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre après tout. Elle souleva alors le bras que je lui présentais et le déposa sur sa cuisse. Je tournai alors ma main, collant ma paume à sa peau. J’étais dans un silence complet, je n’avais pas vraiment peur. Je lui accordais ma confiance et elle n’aurait jamais accepté si c’était dangereux pour moi. Charlie retira ses gants et posa alors sa main tremblante sur mon poignet. Je collai alors mon autre main par-dessus la sienne qui tenait mon poignait pour calmer ses tremblements. Charlie se mit à serrer mon poignet un peu plus durement que l’on fait dans un simple touché. C’était encore loin pour me faire mal, mais je savais qu’elle devait se concentrer. Je fixais ses yeux qui étaient tous les deux devenus noirs et je fermai les miens à mon tour.

Pour ma part, ça m’avait pris beaucoup plus de temps pour lire en elle. Ce n’est pas mon don et je n’ai pas eu de manuel d’instructions. Je maintenais mes yeux fermés imaginant dans quel endroit de mon passé fouillait-elle. J’aurais bien aimé y être avec elle, lui expliquer ce que je ressentais dans chacun des évènements qu’elle voyait. Puis, après un long moment, mon corps devenait plus lourd et il y eu une brève lumière blanche. Je me questionnais : allais-je mourir? Cette lumière avait grossit m’emportant dans un hôpital. Il faut croire qu’il y a une certaine ressemblance entre les hôpitaux et les cliniques vétérinaires. Cependant, je préfère par-dessus tout, la clinique vétérinaire. C’était une sensation étrange, comme si j’étais dans son esprit, mais que je n’incarnais personne. J’étais présent dans la salle lorsque le médecin annonçait la future mort de la minuscule Charlie. À la maison, ses parents semblaient si fatigués… Il y régnait une atmosphère qui m’était inconnu, un sentiment que je n’avais jamais perçu. Tout le monde qui logeait cette maison s’affolait aux moindres mouvements de la petite rouquine. Une brisure dans le temps se fit lorsque j’étais à nouveau présent lorsque la première manifestation de son pouvoir fut déclenchée. Ses parents l’ont délaissé et l’ont même retourné d’où elle venait. Comme lorsque l’on fait quand on achète un bien et qu’il est défectueux. Il retourne d’où il vient ou bien directement à la poubelle. C’est un peu comme moi me rappelais-je… Cependant, j’étais plus vieux. Au lieu de Kanatrix on m’a envoyé dans un endroit me faisant croire que j’étais fou. Cette petite fille semblait beaucoup plus apeuré d’elle qu’elle ne le laissait paraître. Si chacun de nous avait eu un manuel d’instructions, rien de tout ça aurait arrivé. À un certain moment, je pus l’apercevoir sourire, mon corps du sourire aussi.  Ce sourire fut si bref que la petite rouquine l’arrêta durement replaçant sur son visage un voile neutre et fade. Je comprenais aussi pourquoi elle trouvait que les mutants étaient quasiment des erreurs. Ce don lui a sauvé la vie, mais lui a détruit son enfance. Je m’étais arrêté sur chaque émotion que la rouquine représentait, je n’avais pas vu le temps passé évidement. Donc, je fus arrêté par Charlie qui mettait fin à cet échange.

J’ouvris les yeux et sa main ne me tenait plus.

« As-tu réussi à voir quelque chose? » Me demanda-t-elle avec un soupçon de timidité dans sa voix.
« Oui… Peu de choses, mais je n’avais pas trop le choix de ce que je voyais ou pas. Comme si j’écoutais un film, mais que je ne pouvais pas passer à n’importe quel chapitre que je désirais. », Répondais-je se limitant au minimum.

Je me levai un peu pour me dégourdir. Je n’étais aucunement fatigué, mais ça devait avoir demandé énormément d’énergie à Charlie d’avoir fait cet échange. Je me dirigeai alors à mon tour un peu plus loin. Je pris quelques mouchoirs dans la boîte tout près de la fenêtre et je retournai prendre place sur le canapé. J’étirai mon bras pour lui tendre les mouchoirs. Le nez de Charlie s’était mis à saigner doucement.

« Et c'est à mon tour de voir ce que tu es capable de faire », rajouta-t-elle avec un sourire fatigué après avoir ramassé les mouchoirs que je lui tendais, mais toujours aussi sincère.
« D’accord, ensuite, on ira se coucher. Sinon, je risque de m’endormir durant une conversation et je ne voudrais pas que tu crois que tu m’endors. J’aime bien parler avec toi en fait. », Dis-je en pensant à ma métamorphose.

Je n’avais vraiment pas le goût de l’effrayer donc je cherchais durement dans ma tête en quel animal pourrais-je prendre forme. Une bulle grimpa à mon cerveau. Je m’ennuyais un peu de mes boules de poils. Je choisis donc la plus petite boule de poil qui trainait chez moi. J’étais toujours assis face à elle, fixant les yeux verts de la Charlie qui commençait à sentir les effets beaucoup plus durement. Je pensai donc à mon chien. Avec ce genre de métamorphose dont je suis plutôt doué, je n’avais plus besoin de répéter mes connaissances à voix haute comme une formule magique. Une simple lecture mentale me suffisait. J’entamais donc cette lecture. Mes yeux bruns palissaient pour atteindre un magnifique bleu royal. Mes yeux étaient beaucoup moins effrayants que les siens. Vu que cette transformation m’était familière, ça ne me prenait que 5 secondes pour atteindre la bête tant voulu. Mon corps se réduisait donc en une petite taille pour ensuite se transformer identiquement à l’un de mes chiens, mon pomsky. Mes vêtements tombèrent au sol après que ma transformation fut finit. Je sautai donc au sol posant mes quatre pattes sur le sol. Je passai rapidement sous l’une des tables et grimpai en un seul bond sur les genoux de Charlie. Je frottai mon museau sur sa cuisse, roulant de droite à gauche avec l’énergie d’un chiot. Charlie semblait apprécier après tout. Je m’assis donc sur l’un de ses genoux plongeant mes yeux bleus de chien métamorphe dans les siens. J’inclinais vivement ma tête, comme lorsqu’on appelle un chien. Ma queue valsait de tous les sens, j’étais heureux. J’observais ses réactions, restant assis sur son genou. L’une de ses mains se mit sur mon dos et me flattai doucement. Sa main était tellement douce. J’aurais apprécié être humain à cet instant pour être aussi près d’elle. J’agitai vivement ma tête pour ensuite pousser de mes pattes arrière pour propulser mon haut de corps contre le corps de Charlie. Mes pattes étaient sur le devant de ses épaules, j’en profitai donc pour lui lécher sa joue à plusieurs reprises. Je pivotai sur moi-même et me jetai alors au sol. Je me dirigeai alors vers les vêtements que Charlie m’avait apportés et posai mes petits crocs sur les vêtements. Étant plus petit qu’à la phase humaine, je les jetai alors au sol, devant travailler durement pour les trainer. Je tirai du mieux que je pouvais les vêtements propres contournant mes vieux vêtements qui étaient sur le sol. Arrivé au niveau de la toilette, je tournai la tête espérant que Charlie puisse m’ouvrir la porte qui était fermée. Je voulais prendre ma douche directement après, puisque j’allais apparaître nu. J’allais en profiter pour me laver. J’inclinais à nouveau ma tête en direction de Charlie, mais elle avait déjà compris le message. Un sourire se dessinait sur son visage, si j’étais humain, je lui aurais rendu ce sourire.




___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Dim 20 Sep - 4:15






Into the woods



Il lui avait donné cette permission. Il lui avait permis de voir ses pensées, de découvrir tout de lui jusqu'à son plus sombre secret. Elle en était grandement touchée. C'était la première fois que cela lui arrivait. Elle avait l'air d'une vraie petite fille. Pourtant, chaque chose est éphémère et elle reprit son visage d’impassibilité habituel.

« Oui… Peu de choses, mais je n’avais pas trop le choix de ce que je voyais ou pas. Comme si j’écoutais un film, mais que je ne pouvais pas passer à n’importe quel chapitre que je désirais. », lui répondit Tyler quand Charlie lui demanda s'il avait réussit à voir quoique ce soit.

Elle hocha la tête, songeuse. Cela avait marché et elle était ô combien fière d'elle-même, mais elle devrait davantage se concentrer à ne pas entrer dans les pensées des gens dès qu'elle les touche, volontairement ou pas.

« D’accord, ensuite, on ira se coucher. Sinon, je risque de m’endormir durant une conversation et je ne voudrais pas que tu crois que tu m’endors. J’aime bien parler avec toi en fait. », répondit de nouveau Tyler à la requête de Charlie.

Un frisson d'excitation parcourut la colonne vertébrale de la rouquine. Elle avait hâte de voir ce qui allait se passer, mais elle rougit faiblement aux derniers dires du garçon. Elle observa avec fascination les yeux de Tyler prendre une couleur d'un bleu royal. C'était magnifique et beaucoup moins horrifiant que les propres yeux de Charlie quand elle utilisait sa mutation. En tout juste cinq secondes, un petit chien prit la place de l'homme. Charlie roucoula presque en voyant la petite bête. Elle déplaça légèrement le chandail alors que le petit chien bondissait au sol. Elle en oublia presque qu'en fait, c'était Tyler.

« C'est incroyable! » Dit-elle, impressionnée. « Et si adorable », rajouta-t-elle.

Ses yeux suivaient l'animal avec émerveillement. La petite boule de poils bondit sur ses genoux et frotta son museau contre ma cuisse. Il se mit à se rouler alors que Charlie le regardait en riant. Charlie s'étonna elle-même quand elle s'entendit rire. C'était si rare venant de sa part. Sa main se plaça automatiquement devant sa bouche alors qu'elle tentait de contrôler son rire. Le chien s'asseya sur ses genoux, la queue valsant dans tout les sens. Sa tête s'inclina sur la côté, la main de Charlie descendit le long de son dos. Tyler se propulsa, ses pattes avant se posant sur ses épaules. Charlie rattrapa le bas du corps du chiot. Le chien administra quelques coups de langue sur la joue de la mutante qui laissa échapper de nouveau un rire. Tyler bondit au sol alors que la rouquine s'essuyait la joue du revers de la main. Elle observa ce dernier se démener avec les vêtements pour les traîner derrière lui. Charlie pouffa de nouveau de rire avant de se lever. La jeune femme à la chevelure rousse était magnifique quand elle était détendue ainsi, plus un plis d'inquiétude ne plissait son front ou encore ses yeux qui ne faisaient que refléter constamment de l'inquiétude ou rien du tout en fait. Tyler se dirigea vers la porte de la salle de bains alors que Charlie le suivit. Elle lui ouvrit la porte, prenant les vêtements qui traînaient au sol pour les poser sur le comptoir. Elle ressortit rapidement de la pièce pour prendre place sur le fauteuil. Elle ramena ses genoux contre elle alors que la fatigue l’assomma. Elle tenta du mieux qu'elle le pouvait de rester éveiller, mais ses yeux se fermèrent tranquillement. Elle laissa Morphée l'emporter. Quelques couettes rousses tomba sur son visage alors qu'elle posait sa tête contre l'accoudoir. Elle s'endormit ainsi, sur le fauteuil et les genoux ramenés contre elle.


ft. Tyler | words : 619






___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Dim 20 Sep - 5:52


The most courageous act a human can do

Into the woods

is to let somebody love them.



Vendredi 5 septembre 2015, 02:17
Tyler Waterfield
À l'auberge,


Charlie m’ouvrit la porte me laissant traverser à quatre pattes le cadrage de celle-ci. Charlie fit demi-tour en direction du fauteuil. Elle envisageait probablement m’attendre avant de s’endormir, mais je doutais de cette éventuelle réussite. Elle était fatiguée. D’ailleurs, la fatigue aussi commençait à me rattraper. J’étirai mon corps de chien une dernière fois et repris ma forme humaine complètement nu. Je pris la poignée de la pièce et glissai un regard vers le fauteuil d’où c’était assise Charlie. Ses yeux étaient lourdement clos. Je l’enviais énormément. Je finis donc par fermer la porte le plus silencieusement possible et je préparais l’eau de la douche. La serviette pendait de l’autre côté de la porte vitrée.

J’entrai donc sans tarder sous les jets d’eau. Je ne m’étais jamais senti aussi sale en une seule journée. Bref, cette douche, je l’avais bien méritée. L’eau tiède virant beaucoup plus sur l’absence de chaleur qu’autre chose. J’adorais les douches froides avant de me coucher. Je passai le savon sur mon corps qui se chassait presqu’instantanément suite aux gouttes d’eau qui ruisselaient sur mon corps en entier. Je passai mes mains aux travers mes cheveux en fixant l’innombrable quantité de bouteilles de shampoing. J’en pris une au hasard, puis repassai à nouveau mes mains dans mes cheveux pour les laver. Je finis rapidement cette douche, puisque je me surprenais à fermer les yeux de plus en plus longtemps. Un mal de tête sévère commençait à prendre le dessus sur toutes autres activités cognitives que j’entreprenais. Si méditer c’est penser à rien, avec cette migraine, je méditais très fort. Je saisis la serviette qui m’attendait derrière la porte de verre et je commençais à m’éponger.  Mon corps était maintenant sec et mes cheveux aspiraient à en devenir à leurs tours. J’enfilai donc le jogging gris pâle ainsi que le vieux chandail d'université que Charlie m’avait passé. Le jogging m’allait, peut-être pas à merveille, mais il allait faire l’affaire. Cependant, pour ce qui est du t-shirt, j’avais l’impression qu’à une simple torsion ou un minuscule mouvement j’allais le déchirer. Je le retirai lentement pour ne pas le déchirer et pris la décision de dormir sans t-shirt. Chez lui, il se serait aussi passé du jogging.

J’ouvris la porte de la toilette et traversai à nouveau le cadre de porte. Je m’approchai du fauteuil et je vis cette femme si fragile & épuisée aux cheveux roux allongés confortablement sur le celui-ci. Elle dormait profondément. Aucun bruit ne pourrait la réveiller avec toute cette fatigue qu’elle avait accumulée. S’infiltrer dans deux têtes en une journée en effectuant même un échange psyonique devait être durement épuisant. Je pliai le t-shirt qui m’était maintenant inutile, le posai sur la table de verre et me dirigeai vers l’endroit où Charlie avait laissé des advils. J’en pris une de plus que la dose recommandée pour être bien K.O. que je fis tous passer avec un verre d’eau. Je frottai mes mains contre mon visage essayant de réveiller les traits de mon visage qui me lâchaient petit à petit tout en me redirigeant devant Charlie. Je m’agenouillai devant elle passant l’une de mes mains sur sa tête, comme le faisait mon père, en admirant cette merveille. Elle était magnifique, même lorsqu’elle dormait. Je me penchai sur elle hésitant à poser mes lèvres sur son front pour ensuite glisser mes mains de chaque côté d’elle. Je soulevai alors son poids et je la transportais jusqu’à son lit. Après quelques pas, je la glissai sous ses couvertes et fit demi-tour vers le salon. Je collai mon haut de corps dénudé sur les coussins du canapé, j’étirai mes pieds jusqu’à l’accoudoir, j’allongeai mon bras en direction de la petite table de chevet et j’éteignis la lumière. Mes yeux se fermèrent quant à eux, tout aussi épuisés.

-----------------------Éclipse de temps-----------------------
Pendant ce temps, Tyler Waterfield sauve Charlie Anderson des griffes de Ray, une soldate de l'ASG.
(You don't know me)
-----------------------Éclipse de temps-----------------------




___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Lun 21 Sep - 1:35

I'M DROWNING × ft. tyler
Le silence règnait. Charlie était allongée dans son lit, endormie. Ses sourcils se froncèrent et un faible gémissement terrifié traversa ses lèvres. Son corps se couvrit d'une fine pellicule de sueur alors qu'elle commençait à s'agiter dans son sommeil. Sa respiration se fit saccadée, ses mains agrippèrent les couvertures alors que ses lèvres s'entrouvaient. Elle se redressa finalement en criant, les yeux écarquillés. Elle jeta un regard aux alentours, haletante. Elle se redressa, en sueurs et tremblante. Elle se releva, nerveuse. Elle prit une chemise qui trainait, des dessous et se dirigea dans la salle de bains. Elle laissa tomber ses vêtements et retira ses bandages avant de se glisser sous l'eau brûlante. La porte vitrée de la douche s'embua en quelques minutes. Charlie resta immobile sous l'eau qui tombait durement sur sa peau délicate et marquée par les récents événements. Les blessures la brûlèrent quand le savon glissa sur celles-ci. Charlie serra les dents, mais continua de nettoyer son corps. Charlie ferma les yeux et revit les corps inertes de certains soldats, les yeux écarquillés de Ray quand elle lui embrouilla les pensées et les soldats, vides d'expression, car elle avait brisé leur mental. Elle pensa à Tyler et ses yeux devinrent humides. Elle l'avait entraîné dedans, involontairement, mais elle se sentait tout de même coupable. Elle ne lui avait toujours pas parlé depuis l'incident.  Elle voulait l'éloigner d'elle-même, elle ne voulait pas qu'il se retrouve dans le filet de l'ASG. Pourtant, ce dernier lui manquait terriblement. Sa présence, ses visites, sa façon de la faire rire et de la rassurer. Elle sortit de la douche, voulant faire taire toutes ces pensées. Il devait la détester de l'avoir entraîné dans ce merdier surtout qu'il avait tué... Charlie secoua la tête avant d'enfiler l'énorme chemise qui lui arrivait mi-cuisse. Elle sécha rapidement ses cheveux dans une serviette. Elle enroula ses plaies avec de nouveaux pansements. Celui à son bras fut plus complexe à mettre que celui à son mollet ou celui à son ventre. Elle se dirigea tel un robot dans sa cuisine. Un aboiement brisa le silence. Les traits de Charlie s'adoucirent alors qu'elle entendit le crissement des griffes contre le plancher. Le petit chiot apparut alors, tout joyeux, sa queue s'agitant dans tout les sens. Charlie avait décidé de s'acheter un chiot il y a quelques jours, quand elle constata que Tyler ne donnait pas de nouvelles même si elle-même n'avait pas donné de signe non plus. Ce petit chiot la calmait et allégeait son quotidien devenu bien lourd. Elle flatta sa tête alors que ses pensées sombres commençaient à se disperser. Tyler aurait bien aimé ce chien en fait. Le petit husky aboya de nouveau alors que la rouquine collait un bec sur son front. Elle se redressa pour aller nourrir l'animal qui s'agitait. La jeune femme à la chevelure flamboyante fit le tour de l'appartement, ramassant tout les jouets du husky qui traînaient.
« Nala, tu es indomptable. Regarde tout ces jouets », dit Charlie en mettant le dernier jouet dans le panier débordant.
Elle s'asseya sur le fauteuil enfin alors que la petite boule de poils tentait de sauter sur elle. Charlie se pencha et fit monter Nala sur ses genoux. Elle caressa la douce fourrure de l'animal, le regard nostalgique.
« Il ne voudra plus me parler après tout ça. Il t'aurait bien aimé cependant », continua la mutante à voix haute.
Elle faisait référence bien sûr au mutant. Lui et bien sûr Ray hantaient ses pensées depuis quelques temps. Elle était toujours sous le choc de la peur qui avait émané de Ray. Cela l'avait tant déconcerté qu'elle s'était mêlée et au lieu de rendre seulement cette dernière amnésique, elle avait embrouillé ses pensées. Charlie se mordilla la lèvre, honteuse. Elle n'aimait pas terrifier les personnes, aussi cruels étaient ces derniers. De faibles coups se firent entendre. La petite rouquine se leva alors que le chiot jappait contre la porte. Charlie attrapa un couteau sur le comptoir rapidement et s'approcha de la porte. Elle l'ouvrit brusquement, le couteau se plaçant devant elle. Son bras retomba mollement contre son corps alors que son regard se teintait de surprise. Il était là. Tyler. La bouche de Charlie s'ouvrit sans qu'un son ne sorte puis se referma. Elle ne savait pas quoi dire. Elle n'arrivait pas à dire à quel point elle était soulagée de le voir là. Elle lui sauta au cou, ses bras s'enroulant autour de lui. Ses problèmes semblaient s'être envolés durant quelques instants. Ce fut impulsif comme acte et quand elle réalisa que peut-être qu'il venait pour un tout autre genre de nouvelles, elle recula, les joues qui rougissaient de plus en plus. Elle prit le chiot qui jappait toujours dans ses bras, tentant de chasser le malaise qui l'envahissait.
« Salut », dit-elle timidement.
Elle rougit davantage en remarquant qu'elle n'avait pas de pantalon. Elle fit rentrer Tyler alors qu'elle fila dans sa chambre pour mettre des culottes courtes noires. Nala la suivit jusque dans la chambre. Elle se trouva idiote de ne pas avoir penser à mettre des pantalons plus tôt. Elle revint, le chiot dans les bras pour tenter d'apaiser les aboiements qui avaient repris. Charlie susurra dans l'oreille de la jeune femelle pour la calmer. Le petit husky arrêta enfin d'aboyer pour coller son museau dans le cou de la mutante. Charlie marmonna un faible désolé avec un petit sourire en coin.
code by lizzou × gifs by tumblr

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Lun 21 Sep - 5:28


Into the woods
ft Charlie Anderson


Tyler fit son entré dans la salle d'attente de la clinique vétérinaire.

Tyler Waterfield → « Voilà, il est à nouveau sur pattes. », Répondit-il essayant tout bonnement de détendre l’atmosphère avec un jeu de mot peu travaillé.

Tyler avait reçu l’appel de cette cliente, une habitué de la clinique vétérinaire, très tôt ce matin. Effectivement, Tyler est probablement l’un des seuls vétérinaires qui partagent son téléphone cellulaire à ses clientes respectives. Mettant toujours le cœur à son travail, il s’est donc levé à 5 heures du matin pour partir à la course ouvrir la clinique vétérinaire. La cliente l’attendait déjà à la porte tenant avec précaution son petit chaton. Pour résumé, ce petit chaton s’est fait écrasé par accident par le postérieur de la jeune fille de la dame. Heureusement, la blessure aurait pu être plus grave. Elle s’est donc limitée à la fracture totale d’une des pattes du chaton. De plus, Tyler ne travaillait pas cette journée-là. Il quitta donc la clinique échangeant sa place avec l’un de ses collègues.
À la sortie de la clinique, les pieds sur le trottoir, Tyler leva son regard vers le ciel pour estimer l’heure, mais il finit par abandonner ce projet et à regarder sa montre. 10 heures, 10h05 indiquait-elle plus précisément. Le jeune métarmorphe retourna donc chez lui aussi rapidement qu’il l’avait fait pour venir ici. Tyler arrivait finalement devant l’entrée de chez lui, quand la douleur à sa cuisse droite le refrappa de plein fouet.

Tyler Waterfield → « Aie! », Hurla-t-il de douleur enchainant par la suite une série de vulgarité.

Sa main vint directement se poser sur la plaie qui était couverte d’un mince bandage absorbant ainsi que de son propre short jeans.

Tyler Waterfield → « Merde, merde, merde… », Répéta-t-il voyant son short se tacher de sang ainsi qu’une longue et grosse goute de cette même substance se frayer un chemin sur sa cuisse.

Tyler se dépêcha alors d’ouvrir les deux portes et de se diriger vers la salle de bain le plus rapidement possible. Il retira le plus rapidement possible sont t-shirt ainsi que son short taché. Il posa donc son pied sur le tour du bain et passa de l’eau sur la plaie qui n’était plus protégée par le bandage. À force de courir, le bandage s’était décollé laissant ainsi le short frotter l’énorme plaie qui avait mérité une visite à l’hôpital. En fait, « l’hôpital » puisque Tyler fut son propre médecin. À la clinique vétérinaire, il avait assez d’instrument pour retirer une balle de sa cuisse et désinfecter la plaie. C’était sa première blessure de guerre, la première blessure que Tyler s’était fait en étant transformé. La balle était restée logée dans sa phase jaguar jusqu’à sa phase humaine.
En repensant à ça, Tyler fut ébranlé par une vague de nostalgie. Il s’ennuyait atrocement de Charlie. Tout ce qu’il avait fait était dans le seul but de la sauver. Bien vouloir ce le répéter, sa tête et son cœur n’assimilait pas les mêmes informations. Tyler avait tué de sang-froid des hommes qui emportaient Charlie à Kanatrix. Tyler avait tué des hommes. Avant tout, ils restèrent des hommes avec probablement une famille et des gens qui tiennent à eux. Comment celle qu’il aimait allait-elle lui pardonné d’avoir tué des hommes devant elle? Elle devait déjà avoir passé à autre chose, et il devait faire pareil. Il changea donc les bandages s’assurant de bien enrouler le tout pour qu’il soit plus résistant au mouvement. Il quitta la pièce laissant ces pensées à l’intérieur.
Tyler mit les pieds dans la cuisine ayant pour but de se faire un café et lire un de ses livres sur les oiseaux. Dit ainsi, ça fait un peu bizarre, mais Tyler lisait ce genre de livre pour ainsi se transformer en oiseau et partir, fuir puis ne plus revenir. Ces évènements l’avaient tellement anéanti qu’il en faisait des cauchemars. Pourtant, à l’habitude, Tyler ne se rappelait pas de ces rêves. Même que parfois, il se réveillait les yeux mouillés. Il n’allait pas dire qu’il avait pleuré, loin de là. Les larmes devraient être le produit de la poussière ou les rayons du Soleil dans ses yeux le matin. Il prit son café, le livre format de poche dans son autre main. Ses yeux défilèrent sur les mots sans rien enregistrer, quelques choses prenaient trop de place dans son esprit pour le laisser ingérer ces informations. Les remords le hantaient et bloquaient en quelques sortes son esprit. À un point tel qu’il était seulement rendu à lire la 3ie page du livre comprenant les remerciements du début et une page blanche qui sépare les remerciements du texte. Il finit alors son café sans lire les autres pages du livre. Tyler avait beau essayer de semer le bien et aider autour de lui, ses journées devenaient encore plus chiante l’une des autres. L’homme laissa donc le livre et la tasse sur la table de la cuisine, ferma les lumières de la cuisine et se dirigea dans sa chambre pour enfiler des vêtements. Tyler lança son cellulaire sur son couvre-lit puis enfila un pantalon noir pour ne pas mettre l’accent sur sa blessure et un polo bleu marin. La fameuse sonnerie de cellulaire se fit entendre et Tyler se jeta quasiment sur le cellulaire. Il espérait fortement que Charlie avait décidé de lui pardonner. Le vétérinaire éteignit aussi rapidement qu’il l’avait ouvert lorsqu’il vue que c’était qu’un remerciement de la dame qu’il avait aidé à la clinique et non un message de Charlie. Tyler en avait marre d’attendre et il ne voulait pas passer à autre chose. Il l’aimait. Le métamorphe s’assura donc que ses deux boules de poils paresseuses avaient assez de nourriture et d’eau et franchit les portes de son appartement. Il verrouilla la porte et fonça dans un passant lorsqu’il pivota.

Tyler Waterfield → « Excusez-moi. », lança-t-il à l’homme qui maintenait maintenant un regard dur démontrant sa colère.

Tyler reprit sa course en direction de la forêt. Sa cuisse lui piquait légèrement donc il passa sa main sur son pantalon au niveau de sa cuisse pour vérifier que le bandage tenait toujours. Affirmatif, il était loin de tomber. Ses pas reprirent à nouveau la cadence et s’arrêtèrent seulement après avoir traversés la forêt. Il passa devant ces fameux saoulons leurs accordant aucune attention et contourna l’auberge.
Tyler se tenait debout depuis 5 minutes devant la porte de la chambre de Charlie. La peur de se faire fermer la porte au nez ne le retenait pas plus. Il prit donc ses jambes à son cou et cogna timidement à la porte. Des aboiements de chiot qui attend de la visite fut la première réponse. Charlie avait-elle de la visite? En se posant cette question, la rouquine apparut un couteau à la main le pointant plus ou moins vers l’homme. Dans sa tête, Tyler comptait les secondes avant qu’elle referme la porte, il espérait le contraire. Le couteau qui rendait ajoutait encore plus de malaise à cette situation fut pointé ailleurs, vers le sol. Tyler attendait comme une statue devant la porte, il mordit sa lèvre inférieure et posa son regard en direction du sol tout en faisant tourner l’un de ses pieds au sol. Le même langage de signe qu’un jeune enfant aurait pris pour avouer à ses parents qu’il venait de faire une grosse gaffe. Il releva rapidement la tête lorsqu’il senti qu’un poids venait de s’ajouter sur ses épaules. Charlie se pendait sur ses épaules, le serrant drôlement fort. Les mains du métamorphe se glissèrent donc sur le dos de Charlie et à cet instant même, il avait l’impression de flotter, l’impression que cette pénible journée n’avait jamais eue lieu. Il s’empêcha de lui embrasser le cou bien que cette pulsion lui était dure à empêcher. Elle recula timidement puis prit ensuite entre ses bras le chiot qui n’avait pas encore arrêté de japper. Tyler resta donc debout sans bouger. Plus scientifiquement, son sang était l’unique chose qui bougeait et qui s’accélérait beaucoup plus au niveau de ses joues. Il rougit, il s’attendait à beaucoup moins de la part de Charlie.

Charlie Anderson → « Salut. », Dit-elle timidement.

Tyler était tellement heureux. Un grand et magnifique sourire se dessina donc rapidement sur son visage dévoilant ainsi ses dents parfaitement blanches.

Tyler Waterfield → « Salut. », Répondit-il avec un peu plus d’assurance que cette dernière.

Le métamorphe qui cette fois-ci ne voulait pas tourner autour du pot commença donc avec le but de sa visite.

Tyler Waterfield → « Je me suis tellement ennuyé de toi... J’espère que c’est la même chose pour toi, mais si je suis ici, c’est dans l’unique but de me faire pardonner d’avoir abattus ces hommes. Je suis ici pour que tu me pardonnes, je m’en veux tellement. », Répondit-il pesant chacun de ses mots.

Si Tyler ne se préoccupait pas autant de ce que les gens perçoivent de lui, il aurait probablement fondu en larme. Cependant, il se contenait assez bien pour laisser uniquement le surplus d’eau saline sur son œil. Ces paroles venaient de son cœur, il les avait pesé et évalué mot pour mot pour bien exprimer ce qu’il ressentait. Si Charlie ne lui redonnait plus de nouvelle, c’était probablement car elle le considérait maintenant comme un meurtrier au cœur de pierre.
Charlie fit tout de même entrer le meurtrier chez lui. Tyler attendit donc debout dans le salon que Charlie enfile quelques choses pour se couvrir le bas. Charlie réapparut alors devant Tyler, mais cette fois-ci une culotte courte couvrant ses cuisses. Elle maintenait toujours la boule d’énergie dans ses bras qui n’avait toujours pas l’intention d’arrêter d’aboyer. Il s’arrêta tout bonnement de hurler après le vide. Un silence s’installa, mais fut rapidement brisé par un simple murmure.

Charlie Anderson → « Désolé. », Dit-elle à son tour.

Tyler resta muet. Son expression faciale parlait beaucoup cependant. Ses yeux étaient fatigués, sa tête semblait si lourde qu’il la maintenait toujours un peu plus vers l’avant et il passait à répétition une main dans ses cheveux pour combler le vide qui se passait. Tyler s’avança vers le chiot passa une main sur son pelage grisâtre. Le métamorphe maintenait une excellente communication muette avec les animaux. C’était probablement en raison de son pouvoir qu’il était si près d’eux.

Tyler Waterfield → « Il devrait rester muet pour un instant. », répondit Tyler aidant Charlie à déposer le chiot.

Chaque mot lui semblait lourd à prononcer. Il fixa alors le chien qui partit en courant sur le sol. Tyler posa sa main sur le dos de Charlie et vint déposer son menton contre son front. Il était plus grand que Charlie. Leurs respirations se mêlèrent, mais ce silence semblait tout dire pour Tyler. Tout en gardant sa main sur le dos de Charlie, Tyler menait la marche en direction de la chambre de la rouquine. Il s’assied au bout du lit ayant déjà retiré ses souliers à l’entré.

Tyler Waterfield → « Est-ce que tu m’en veux toujours pour les meurtres que j’ai fait de sang-froid... », Finit-il.

Ces derniers mots résonnèrent longuement. Il avait peut-être trop insisté sur ces mots, cependant, il était effectivement quelqu’un qui avait tué un autre homme. Habituellement, on les appelle les meurtriers. Sa tête se tourna vers le mur de la pièce évitant ainsi le regard de Charlie.



1866 mots.

© Great Thief sur Epicode

___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Mar 22 Sep - 5:11

I'M DROWNING × ft. tyler
Il était là. Devant elle. Charlie était déconcertée par la bouffée d'émotions qui l'avait envahie. Elle aurait pu rester des heures simplement à le contempler. Le sourire qu'il fit lui réchauffa le coeur, il ne venait donc pas pour de mauvaises nouvelles. Elle s'en était un peu douté suite à l'étreinte qu'il lui avait rendu, mais Charlie était ainsi, elle doutait toujours de tout même si les choses étaient bien évidentes.
« Je me suis tellement ennuyé de toi... J’espère que c’est la même chose pour toi, mais si je suis ici, c’est dans l’unique but de me faire pardonner d’avoir abattus ces hommes. Je suis ici pour que tu me pardonnes, je m’en veux tellement. » Dit Tyler, semblant peser chacun de ses mots.
Si elle s'était ennuyée de lui? Il lui avait atrocement manqué. Elle avait ressenti son absence chaque jour dans presque chaque geste du quotidien. Charlie fronça ses sourcils une fraction de seconde. Croyait-il qu'elle lui en voulait pour la mort de ces hommes? Ils rentrèrent dans l'appartement alors que Charlie alla enfiler des culottes courtes, le chiot sur les talons. Les aboiements incessants d'excitation de Nala brisaient le silence qui régnait. Elle revint dans le salon, le petit husky dans les bras qui commençait tout juste à se taire. Le métamorphe s'approcha, posant sa main sur l'épais pelage de la femelle. Aussitôt, Nala cessa d'aboyer et descendit des bras de la mutante. Charlie sentit la main de Tyler dans son dos alors que ce dernier posait son menton contre son front. La rouquine posa les mains sur la poitrine du mutant veillant à ne pas toucher à sa peau. Déjà que ses yeux verts se striaient de fines lignes encrés dû au contact, elle ne voulait pas prendre trop de risques. Elle inspira longuement, ses muscles se détendant. Tyler se dirigea dans la chambre de Charlie et prit place sur le bout de son lit. Charlie resta debout, balançant son poids sur un pied puis sur l'autre. Tyler ne la regarda toujours pas, fixant plutôt le mur.
« Est-ce que tu m’en veux toujours pour les meurtres que j’ai fait de sang-froid... » Lâcha-t-il finalement.
Charlie se fâcha contre elle-même intérieurement. Elle avait laissé l'un des êtres le plus important de sa vie s'en vouloir à cause d'elle. Elle s'agenouilla devant lui et posa ses mains sur les joues légèrement rugueuse du métamorphe. La réaction fut presque immédiate alors que le vert se striaient de nouveau de noir. Elle lui fit un regard attendri.
« Tu es idiot de croire cela », commença-t-elle avant d'appuyer son front contre le sien. « Je ne t'en veux pas. Tu m'as sauvée, tu as fait tout ça pour moi », continua-t-elle, la voix devenant légèrement tremblante.
Elle se redressa, s'asseyant à côté de lui. Elle avait rendu probablement fous les soldats qu'elle avait touchés. C'était en quelque sorte pire. La mort, c'était rapide et bref, mais la folie, c'était davantage vicieux. Cela te hantait, te faisait voir et entendre des choses, mais aussi cela te faisait oublier. Elle regardait ses mains, la gorge nouée. Elle savait bien que ces soldats n'avaient pas de famille, mais ils restaient que de simples humains qui suivaient des ordres. Elle aurait préféré être en capacité de leur donner une mort douce et non remplie de folie. Et Ray...
« Je les ai rendu probablement tous fous. Cette peur qui irradiait d'eux, je la sentais et même celle de Ray. Je savais qui était Ray, celle qui les commandait. Je l'ai programmée en quelque sorte pour qu'elle me tienne informée, sans le savoir. Je ne l'ai jamais vu avoir peur même pas dans ses propres souvenirs. La mort, c'est rapide, du moins, tu souffres moins longtemps que la folie », souffla Charlie.
Un frisson parcourut sa colonne vertébrale alors qu'elle resserrait ses bras autour d'elle-même. Selon certains, chaque fois que l'on tuait, on perdait une partie de notre âme, que l'on s'éteignait tranquillement et pourtant, jamais Charlie ne s'était aussi vivante. Cette douleur, cette adrénaline et cette peur qui tordait vos tripes, ces sensations prouvaient bien qu'elle était plus vivante que jamais. Et puis, elle ne portait pas ce « fardeau » seule. Après un moment de silence, Charlie soupira.
« Je croyais que tu ne voudrais plus me voir, car je ne fais que t'attirer des ennuis. Et pourtant, tu es là », finit-elle, sa voix trahissant son soulagement.
Elle enroula de nouveau ses bras autour de la taille de Tyler avant de poser sa tête contre lui, ses jambes passant par-dessus l'une des siennes. Son regard s'assombrit de nouveau. Elle avait l'impression de sentir les émotions du mutant, mais cela ne fit que la réconforter. Son regard se perdit dans le vide. Si ce n'était que d'elle, elle resterait ainsi toute la vie. Elle ne voulait qu'oublier pendant un instant l'ASG, Ray, Kanatrix, les mutants et cette liste noire.
code by lizzou × gifs by tumblr

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Dim 27 Sep - 3:20


Into the woods
ft Charlie Anderson



Ses propres doigts enlaçaient ceux de son autre main. Son corps était tendu, mais il avait tout de même le sentiment d’avoir gardé sa place dans le cœur de Charlie. C’est alors que Charlie s’agenouilla face à lui pendant que Tyler plongeait son regard dans celui verdoyant de la fille pour la première fois depuis l’incident. Son visage était un peu plus bas que celui du métamorphe, mais cela n’empêchait pas les deux mutants d’être en contact. La rouquine posa chacune de ses mains sur chacune des joues de Tyler. Les yeux de Charlie s’était déjà teint, mais Tyler s’en foutait. Il aurait quasiment voulu qu’elle fasse une petite visite dans sa tête.

Charlie Anderson → « Tu es idiot de croire cela. Je ne t'en veux pas. Tu m'as sauvée, tu as fait tout ça pour moi », répondit Charlie collant son front contre celui de Tyler.

Par la suite, elle prit place près de Tyler en s’assoyant sur le lit. Tyler ne pensait à rien. Il était là, près d’elle. C’était ce moment qui l’importait le plus. Il était peut-être qu’éphémère, mais ça lui convenait. L’homme tourna donc son corps légèrement pour être assis face à Charlie.

Charlie Anderson → « Je les ai rendu probablement tous fous. Cette peur qui irradiait d'eux, je la sentais et même celle de Ray. Je savais qui était Ray, celle qui les commandait. Je l'ai programmée en quelque sorte pour qu'elle me tienne informée, sans le savoir. Je ne l'ai jamais vu avoir peur même pas dans ses propres souvenirs. La mort, c'est rapide, du moins, tu souffres moins longtemps que la folie. », souffla Charlie.

Tyler adorait écouter les gens. On peut maintenant dire que c’est un talent, puisque cette faculté est devenue rare avec le temps. Il s’intéressait aux paroles de Charlie comme lorsqu’il était à l’école dans sa classe préférée. Ces paroles imprégnaient son cerveau aussi rapidement et facilement qu’il se surprenait à l’instant même. Puis, les bras de Charlie se serrèrent autour d’elle-même. Comme si elle avait froid. La rouquine fit un petit soupire que Tyler mit presque fin en prenant lui prenant une de ses mains. La main moite du métamorphe et celle douce de Charlie s’enlaçaient à leurs tours. Les yeux de la rouquine avaient changé de couleur, comme à l’habitude. Cependant, elle ne semblait pas lire dans les pensées de Tyler et encore moins avoir du mal à résister.

Charlie Anderson → « Je croyais que tu ne voudrais plus me voir, car je ne fais que t'attirer des ennuis. Et pourtant, tu es là. », enchaina Charlie étant toujours main dans la main avec Tyler.  

Tyler Waterfield → « Je croyais que tu ne voudrais plus me voir, car je crée que des ennuis. Et pourtant, je suis là. », répéta Tyler avec un magnifique sourire qui décorait son visage. »

Tyler Waterfield → « Tu sais, c’est pas trop les ennuis qui me dérange. C’est le fait que tu puisses être blessée. », termina-t-il.  

Charlie s’approcha plus rapidement de Tyler puis enroula ses bras autour de la taille de l’homme. La tête de la petite prit place sur l’une des épaules de Tyler qui à son tour passa ses bras par-dessus ceux de Charlie pour rendre ses caresses. Il colla doucement sa tête sur la sienne puis passa l’une de ses mains dans le coup de Charlie pour lui dégager ses cheveux qui la cachait. Il tourna légèrement sa tête approchant la sienne de son cou. Sa respiration chaude devait réchauffer cette partie de peau à découvert. C’est alors que Tyler posa ses lèvres sur sa douce peau et senti légèrement Charlie bouger. Elle devait être surprise.  Il se dégagea doucement tout en glissant quelques mots à son oreille.

Tyler Waterfield → « Je t’aime et je ne veux plus jamais te perdre. »   

Tyler tenait fermement le frêle corps de Charlie dans ses bras, peut-être un peu trop fort. C’est à ce moment qu’il eut comme confirmation qu’il ne devait pas abandonner sa vie à cause de ses erreurs. Il avait besoin d’elle comme elle avait besoin de lui. Ils allaient devoir être fort et même très fort avec tout ce qu’il allait déambuler.
Tyler était maintenant prêt. Il savait tout ce qu’il avait toujours voulu savoir depuis sa rencontre avec Charlie. Il s’aimait, malgré tout.

Tyler Waterfield → « Voudrais-tu être ma petite copine, celle avec qui je partagerai ma vie? », dit-il les mains s’étant desserrées pour atteindre chaque côté de son bassin.   

Sa voix ne s’était même pas cassée. Il attendait sa réponse nerveusement tout de même. Pendant que Charlie semblait réfléchir à sa réponse, Tyler laissa ses mains glisser sur le corps de Charlie pour ensuite les retirer et s’allongea de son long sur le lit pour chasser les scénarios qui se faisait. La tête du métamorphe reposait sur ses mains qui à leurs tours étaient sur l’oreiller. Charlie reposait toujours assise sur le bout du lit, le regard qui semblait fixer celui de Tyler. Il essayait de paraître sûr de lui-même, de maitriser la situation, cependant, chaque secondes qui s’écoulaient sans avoir de réponse l’emplissait de nervosité.


838 mots.

© Great Thief sur Epicode

___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
What doesn't destroy you leaves you broken
SOS : 658
ÂGE : 22 ans
CÉLÉBRITÉ : Holland Roden
NATURE : Mutante (Pass-Mental)
EMPLOI : Serveuse dans une auberge
LOCALISATION : Perdue dans les limbes de son propre esprit
POUVOIR(S) : Charlie possédait auparavant la capacité de lire dans les pensées, de posséder les corps, mais suite à un retour chez Kanatrix, les généticiens ont achevé le projet. Derrière ces prunelles émeraude se voile la mort. Charlie est considérée de manière folklorique comme étant une Banshee, une femme de l'Autre-Monde. Le cri de la banshee (nommé keening en anglais, caoinne en gaélique) est décrit comme le plus effrayant et le plus triste que l'on puisse imaginer. En effet, Charlie est une banshee crieuse (il existe trois types de banshee; laveuse des morts, pleureuse & crieuse). Ces hurlements annoncent la mort prochaine d’un proche, ou de quelqu’un d’important.
LES EFFETS SECONDAIRES : Des migraines intenses et des sautes d'humeur fréquentes. Aussi a-t-elle l'impression d'avoir perdu une partie de son âme depuis qu'elle ne fait qu'un avec la mort. Après tout, qui s'en sort intact lorsque la mort vous entoure constamment?


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: overbooké ✗
avatar
Charlie Anderson
Chacha - Reine des Koalas

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Dim 27 Sep - 18:43

I'M DROWNING × ft. tyler
La main de Tyler se glissa dans la sienne et serra sa main. Le regard de Charlie s'assombrit, mais pourtant, son expression s'était adoucit. La main du mutant semblait un peu moite, mais c'était peut-être simplement aux yeux de la jeune femme. Elle avait la peau plutôt froide donc tout lui paraissait anormalement chaud. La rouquine éprouvait une certaine fierté à savoir mieux se contrôler. En quelques semaines intensives, elle en avait découvert énormément sur sa mutation et avait su développer un contrôle dessus de manière exemplaire. Son regard lui faisait encore défaut parfois en se striant de noir, mais ce n'était en rien comparable à ce qu'il avait l'habitude de faire, soit devenir complètement noir et effrayant par la même occasion.
« Je croyais que tu ne voudrais plus me voir, car je ne fais que t'attirer des ennuis. Et pourtant, tu es là », enchaîna Charlie étant toujours main dans la main avec Tyler.
« Je croyais que tu ne voudrais plus me voir, car je crée que des ennuis. Et pourtant, je suis là », renchérit Tyler, un magnifique sourire aux lèvres.
Charlie laissa échapper un rire nerveux. Un sourire en coin s'étira sur ses lèvres alors qu'elle regardait Tyler, le regard brillant de joie.
« Tu sais, c’est pas trop les ennuis qui me dérange. C’est le fait que tu puisses être blessée », termina-t-il.
À ses mots, Charlie eut l'impression de sentir des picotements parcourir les plaies camouflées par les pansements. Elle soupira faiblement. Elle ne pourra pas fuir éternellement les situations où elle risque d'être blessée après tout. Elle serra la main de Tyler, ne sachant que répondre. Elle ne voulait pas le voir blessé non plus, mais elle savait qu'elle n'avait pas de contrôle là-dessus. Tout ce qu'elle pouvait faire était d'essayer de le protéger et éviter les situations trop dangereuses. Elle se colla contre Tyler, sa tête s'appuyant dans le creux de son épaule alors que ses bras entouraient sa taille. Tyler posa sa tête contre celle de Charlie et l'entoura de ses bras. La petite rouquine se détendit davantage, respirant le doux parfum du métamorphe. Ce dernier repoussa avec douceur les cheveux de Charlie et posa ses lèvres contre son cou. Charlie se sentit légèrement rougir alors qu'un frisson la parcourut.
« Je t’aime et je ne veux plus jamais te perdre », dit-il à son oreille.
Il ne l'avait jamais perdue... Charlie sentit l'étreinte de Tyler se resserrer autour d'elle. Elle resserra elle-aussi ses bras autour de lui, posant un baiser sur son épaule. Elle ne voulait pas prendre de nouveau le risque de le perdre elle non plus... Et si elle l'aimait...? Elle ne s'était jamais posée la question, la réponse, elle la savait depuis longtemps.
« Voudrais-tu être ma petite copine, celle avec qui je partagerai ma vie? » Demanda-t-il alors que ses mains se posaient sur les hanches de la jeune mutante.
Un sourire d'amusement se dessina malgré elle sur ses lèvres. Il y avait un certain charme dans cette question poser à l'ancienne. Tyler s'allongea sur le lit, les mains derrière la tête. Charlie se tourna vers lui. Elle s'approcha de Tyler, s'allongeant aussi, mais sa tête se posa sur la poitrine du garçon. Elle l'observa quelques instants, profitant du moment.
« Voilà toute une question Monsieur Waterfield », commença-t-elle avec un sourire d'amusement.
Elle fit glisser son doigt le long du biceps du garçon remontant vers le coude tranquillement pour finalement rejoindre l'avant-bras en partit caché sous sa tête. Elle remonta vers sa mâchoire, suivant la ligne de celle-ci.
« La question ne se pose pas réellement », chuchota-t-elle avant de se rouler sur le ventre, se redressant sur ses coudes.
Elle rapprocha son visage de celui de Tyler, un petit sourire timide aux lèvres. Son nez fin frôlait celui du jeune homme.
« La réponse est indéniablement oui », souffla-t-elle avant de poser ses lèvres sur celles de Tyler.
Ses mains agrippèrent le chandail de ce dernier alors que son coeur battait à un rythme effréné. Elle ne voulait pas se passer de lui et encore moins vivre une vie sans lui. Tout ses problèmes actuels semblèrent disparaître en cet instant.
code by lizzou × gifs by tumblr

___________________________________

I'd rather be dead
And another one bites the dust... Oh why can I not conquer love? And I might have thought that we were one, wanted to fight this war without weapons and I wanted it, I wanted it bad, but there were so many red flags. Now another one bites the dust... Yeah, let's be clear, I'll trust no one...

Merchi mes koalas♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t393-charlie-m-anderson

SOS : 294
ÂGE : 25 ans
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski
NATURE : Mutant Organique
EMPLOI : Vétérinaire
LOCALISATION : Adams Morgan, dans un petit appartement.
POUVOIR(S) : Métamorphe - Tyler Waterfield a la capacité de modifier sa structure cellulaire à sa guise pour transformer entièrement son apparence en celui d'un animal. Ils acquis ses diverses transformations en fonction de ses connaissances. En effet, son pouvoir se base sur l'une des facultés cognitives, soit celle de l'apprentissage. Lorsqu'il connait suffisamment un animal, on peut alors dire que cette transformation s'ajoute à son bestiaire personnel. Cependant, il lui est impossible de tenter une transformation avec plus d'un ADN différent au sien. La métamorphose en animal est de loin l'une des plus épuisantes pour le corps et pour le cerveau, puisqu'il nécessite que le corps du métamorphe en question soit assez solide pour activer le pouvoir et puis qu'à la base ce pouvoir se loge majoritairement dans son espace cérébrale.
LES EFFETS SECONDAIRES : Tyler Waterfield absorbe les effets secondaires à la suite de sa transformation. Sa tête martelle bruyamment, ses yeux étant bleus lors de la transformation deviennent plus foncés et la fatigue s'installe rapidement. Il pourrait même s'endormir sur le lieu du combat.


CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP: disponible ✓
avatar
Tyler Waterfield
do not be afraid

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson] Lun 28 Sep - 5:12


Into the woods
ft Charlie Anderson


La tête de Charlie se posa sur le torse de Tyler. Tyler respirait lentement et paisiblement. Ils s’échangèrent un regard, se souriant chacun l’un à l’autre. Tyler rêvait les yeux ouverts. Il s’imaginait des milliers de choses et dans ces choses, aucune ne référait à l’ASG et aux meurtres qu’il avait faits. Pour une fois qu’il était capable de chasser ces horribles pensées et les remplacées par de meilleurs.

Charlie Anderson → « Voilà toute une question Monsieur Waterfield », commença Charlie avec un sourire d'amusement.

Tyler laissa échapper un petit rire suite à l’appellation que la rouquine avait emprunté. On l’appelait seulement ainsi à la clinique vétérinaire, puis parfois, on le tutoyait avec son prénom. Charlie fit alors glisser un doigt sur l’un des biceps de Tyler remontant vers le coude tranquillement pour finalement rejoindre l'avant-bras en partit caché sous sa tête. Elle remonta alors vers sa mâchoire, suivant la ligne de celle-ci. Tyler suivait les gestes qu’elle faisait avec son doigt qui survolait sa peau.

Charlie Anderson → « La question ne se pose pas réellement », chuchota-t-elle en se roulant sur le ventre pour se lever doucement sur les coudes.

Tyler était toujours allongé sur le lit et Charlie en avait profité pour approcher son visage du sien. Leurs nez se touchèrent, ils respirèrent le même air.

Charlie Anderson → « La réponse est indéniablement oui », souffla-t-elle avant de poser ses lèvres sur celles de Tyler.

C’était leur premier baiser, celui qu’on n’oublie jamais, celui qui nous rappelle les bons moments, celui qui nous rappelle pourquoi on s’aime. Les mains de Charlie agrippèrent le t-shirt de Tyler. Tyler souriait rompant doucement le baiser qu’ils venaient d’échanger tout en gardant leur visage aussi près qu’ils étaient. Il passa ses mains entre les mèches de cheveux de Charlie et reposa à son tour ses lèvres sur les siennes. Ce baiser fut plus long que le premier, mais tout aussi agréable. Il prit l’une des mains de Charlie en s’assoyant sur le lit.

Tyler Waterfield → « On va devoir se serrer les coudes encore plus fort maintenant. Ils nous veulent et nous sommes en danger. », renchérit alors Tyler le cœur aussi léger que l’air et le sourire aux lèvres.

Charlie prit donc à son tour place, assise, face à lui. Ils discutèrent de stratégie et se fixèrent tous les deux des buts. Charlie ouvrit son cellulaire durant la conversation. Elle montra l’écran à Tyler qui vit leurs noms s’afficher sur une liste qui semblait être une liste noire. Il comprit alors que c’était du sérieux. Il prit conscience que les deux étaient beaucoup plus en danger qu’il l’imaginait. Ils n’étaient pas certains de sortir tous les deux indemnes, mais Tyler allait tout faire pour que Charlie, elle, en sorte indemne. La conversation se continuèrent, chacun les yeux plongés dans ceux de l’autre. Les joies de l’amour. Ils commencèrent tous les deux à fermer les yeux, Tyler du côté de la fiche électrique qu’il s’était servi pour brancher son téléphone portable et Charlie de son côté préféré soit le côté gauche. Leurs mains se serrèrent encore lorsque tous les deux ont plongés dans le monde des rêves.



517 mots.

© Great Thief sur Epicode

___________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freaksnation.bbfr.net/t899-failure-is-a-bruse-not-a-tatoo-tyler-waterfield
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson]

Revenir en haut Aller en bas

Into the woods. [ft. Charlie M. Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Charlie M. Anderson
» CHARLIE X)
» Blair Woods [validée]
» Mr Anderson Vs Randy Orton
» Charlie-Swan (pas fini!!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives Saison 1 et Saison 2 :: Archives :: Archives Rpgique :: Saison 1 : rp fini.-