Bienvenue
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


archives Saison 1 et 2
 

Partagez|








Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOS : 143
ÂGE : 30 ans
CÉLÉBRITÉ : Scarlett Johansson
NATURE : humaine forever !
LOCALISATION : Washington DC

CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP:
avatar
Sasha Kurlienkov
keep watching world, dude

MessageSujet: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Sam 13 Fév - 20:16


   
   Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Marché dans les rues de Washington DC, n’avait jamais été réellement un problème jusqu’à il y a quelque temps, avec le couvre-feu installé, et les patrouilles de police dans les environs, les missions en solo étaient de plus en plus dures. Heureusement pour elle, elle était passée rapidement en « mode  furtif » et jusqu’à présent, elle n’avait jamais été repéré. Elle laissa échapper un soupire, resserrant son blouson en cuir. La nuit tombée petit à petit sur Washington DC et il commençait à faire frisquet. Sous son pull, au niveau de sa ceinture un flingue s’y trouvait, un neuf millimètre. Depuis l’assassinat de la journaliste, personne n’était à l’abri, beaucoup de monde avait pris la décision de porter une arme, Sasha y compris. Sans parler de la Légion d’Arès qui allait s’était mis à renforcer ses recherches pour la retrouver suite aux caméras présente à l’ASG. De nouveau un soupire. Si elle avait su qu’il y avait une caméra supplémentaire, elle l’aurait détruit à mains nues s’il l’avait su ce jour-là. À l'heure les la LA avait dû mettre la main sur les images d’elle et de ses coéquipiers ce qui n’arrange pas les choses.

La nuit tombe doucement, les dernières lueurs du soleil s’évanouissent peu à peu pour laisser le champ libre aux lumières presque aveuglantes des lampadaires. Elle continue à marcher, les bruits s’estompent doucement. Et instinctivement c’est sens de se mettent en alerte. La blonde - oui parce que ce soir-là, elle était blonde - ne peut s’empêcher de froncer les sourcils, soudain inquiète. Malheureusement pour elle sait à un détour d’une ruelle, que deux mains l’attirer par surprise, la projetant durement au sol. Le choc, de son corps sur le goudron, lui arracha une grimace. Elle n’eut pas le temps de relever la tête qu’on la releva violemment pour la projeter de nouveau contre le mur d’à côté. Le souffle coupé, le coeur qui reste anormalement calme, cette fois-ci elle finit par croiser le regard de son attaquant. Sur son bras un tatouage si caractéristique de la LA. Un sourire mauvais sur son visage.

Elle affronte son regard, fière.  « Tu as finalement réussi à me mettre la main dessus Hazazel, félicitations. Tu vas peut-être finalement passer de larbin à… » Hazazel était en face d’elle, soutenant fermement le visage de la jeune femme. Il appuya un peu plus, empêchant la jeune femme de terminer sa phrase. Un sourire satisfait sur le visage  « En fait on a d'autres projet pour toi… il y a plusieurs personnes que tu as eu le malheur d’offensé et... ils nous ont payé un beau petit paquet de fric pour choper le Camelia noir » Elle fronce les sourcils. Alors c’était donc ça . Un autre contrat avait été mis sur sa tête ? Attendez… ont ? Parce que maintenant il faisait le sale boulot à plusieurs ? nouveauté !  « les autres ne vont pas tarder, ne t’inquiètent pas » Il était hors de question de se laisser avoir par un petit crétin dans son genre. Au revoir la méthode douce, elle allait passer à la vitesse supérieure et se débarrasser de ce pauvre type. « Et tu dois bien te doutais que je ne vais pas me laisser faire ! » Et d’un geste habile, elle se dégagea rapidement de son emprise, assignant au passage un violent coup dans l’entre-jambes de son agresseur. Manque de chance, un groupe d’individus, ne tarda pas à arriver, surement appelé en renfort pour la capturer. Génial, désormais c’était tout une armada qui était à ses trousses. Un rapide coup d’oeil en direction du chantier, lui permit de savoir que ce lieu serait parfait pour pouvoir les indurent en erreur. Des crient fusé, on la menace, lui ordonnant de s’arrêter, puis des coups de coup de feu, instinctivement elle se baisse, sortant à son tour son flingue. L’utilisant dès qu’elle en a l’occasion pour se défendre et ainsi éviter les pluies de balles qui s’abattent dans sa direction. L’affrontement fait rage, et alors qu’elle semble tirée d’affaire, touchant deux des agents, un troisième surgi de nulle part, lui tirant une balle au niveau de l’épaule lui arrachant une grimace et un cri de rage. Mais Sasha n’est pas du genre à se laisser faire, courageuse, elle se relève rapidement, et s’engouffre à l’intérieur du chantier, montant en vitesse les escaliers du bâtiment en question. Se trouvant rapidement une cachette afin de prendre par surprise le premier qui oserait passer par la porte.

MOTS: 765/ WILDBIRD

___________________________________

BORN TO BE ASSASSIN  
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Lun 15 Fév - 12:14


________________________________________________________________

On m'a donné une intervention. On ne m'a pas vraiment expliqué le truc, apparemment il s'agissait d'une femme en cavale, en fait. Une traitre, nous as-t-on dit. Mais ici, j'ai appris à ne croire en personne -je crois seulement ce que je vois-. Donc, j'avais hâte de partir à la rencontre de cette fameuse échappée dont on parle tellement. Je ne savais pas ce qu'elle avait fait, puis je m'en fichais royalement d'ailleurs. Tout ce que je voulais, c'était de l'action.

Il faut dire que, depuis quelques jours, je m'ennuyais. En tant que célibataire désespérément seule, bien sûr. Bref, j'errais chez moi comme un fantôme traversant les murs, donc vous comprendrez sûrement à quel point j'ai été ravie qu'on m'annonce une intervention ? Bon. C'était environ 21 h, donc dehors j'allais me geler les miches si je n'aurais pas enfilé un pull noir moulant en coton synthétique haut de gamme, un legging de la même couleur pour -essayer de- paraître discrète, des bottines en cuir et un bonnet pour couvrir mes cheveux que je venais à peine de lisser. Le tout avec un blouson en cuir.

Je partais alors la première, dans ma vaste Mercedes -oui, une femme peut conduire ce genre de truc-, jusqu'à la base des LA. Ca allait être chouette, enfin je l'espérais. J'avais inséré précautionneusement un flingue dernier cri, portée assez lointaine contre ma hanche, histoire de le camoufler un minimum. J'avais pris soin d'attacher mes cheveux en couette pour éviter de me les prendre dans les yeux dans ma future course effrénée. Je saluais alors rapidement mes collègues, qui étaient tous présents. Quand même, ça avait l'air un minimum important.. On se mit alors en route. Rapidement, nous arrivons dans un chantier apparemment encore un construction, le tout blindé de murs, de machines bizarres et de débris. Super, un cache-cache..

Alors que je commençais à m'avancer précautionneusement dans cet endroit sombre de par la nuit qui était déjà bien avancée, j'entendit un bruit de bagarre. J'arrivais pile au moment où mon collègue faisait manger à la soi-disant traître le goudron. J'esquissais une grimace de douleur pour elle. Plutôt belle femme, au passage, une blondinette au corps mince et élancée, apparemment assez sportive.

« Tu as finalement réussi à me mettre la main dessus Hazazel, félicitations. Tu vas peut-être finalement passer de larbin à… »

Le Camelia Noir.. Intéressant, j'en avais déjà entendu parler quelque part, je crois. Le temps que ma pensée s'affranchisse, elle se dégagea de l'étreinte du type et oh.. Violent coup de pied là-où-ça-fait-mal-chez-les-garçons. Alors des coups de feu commencèrent à retentirent et, instinctivement, je dégainais mon flingue. J'allais certainement pas me laisser tirer dessus ! Le Camélia Noir se reçut une balle en plein épaule -aïe-, mais fila entre les doigts de la LA par un escalier montant -on ne sait où, d'ailleurs-.

Ces imbéciles continuaient à faire le tour pendant que moi, rassemblant un semblable d'intelligence, la poursuivit immédiatement. Je sentais sa présence à ma gauche, derrière la petite porte en métal. Pathétique. Je fit mine de ne pas l'avoir senti, et, quand elle s'approcha suffisamment de moi pour me prendre par "surprise", je la retournais face à moi en agrippant ses épaules et en plaquant une main instinctivement sur sa bouche.

-Chut ! Ne nous fais pas repérer. T'es qui, et tu leur a fait quoi ?



Dernière édition par Sofia Hells le Mer 17 Fév - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

SOS : 143
ÂGE : 30 ans
CÉLÉBRITÉ : Scarlett Johansson
NATURE : humaine forever !
LOCALISATION : Washington DC

CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP:
avatar
Sasha Kurlienkov
keep watching world, dude

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Dim 21 Fév - 0:26


   
   Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Une silhouette était apparue à l’entrée alors que Sasha jetait un rapide coup d’œil à sa blessure, grimaçant légèrement. Voilà quelques mois qu’elle avait perdu l’habitude de fair office de proie. Elle qui était d’ordinaire le chasseur, cette situation avait le don de la perturber au plus au point. C’est le cœur encore battant, qu’elle s’était réfugié derrière l’embrasure d’une porte au fond du couloir après avoir monté les escaliers rapidement. Elle se raidit instantanément alors qu’elle entendit des bruits qui résonnèrent non loin d’elle. Ce n’est que lorsqu’elle approcha suffisamment son visage près de l’embrasure qu’elle distingua tout d’abord une silhouette, assez fine.

Quelques secondes s’écoulèrent alors qu’elle cligna plusieurs fois les yeux distinguant ainsi pas une, mais deux silhouettes se dirigeant vers elle. Sa poitrine se soulever au rythme de sa respiration, désormais saccadé. L’adrénaline surement. Leurs visages floue, elle n’arrivait cependant pas à distinguer les visages de ses assaillants. Il fallait attendre qu’ils soient à une distance raisonnable pour qu’elle puisse éventuellement les avoir. Agacée, elle cligna plusieurs fois des yeux dans l’espoir de garder sa concentration. La douleur se faisant de plus en plus présente, il lui arrivait de voir flou. Elle plaçait alors son neuf millimètres contre son buste, prête à tirer sur le prochain agent qui oserait franchir le seuil de la porte.

Ses yeux s’habituèrent peu à peu à la pénombre des lieux. Elle se trouvait désormais camouflée derrière la porte lorsque les bruits de pas cessèrent près de la porte où elle se trouvait. L’adrénaline qui monte, rapidement et alors que la femme franchie la porte d’entrée, la jeune femme Russe ne perdit pas une seule seconde pour tenter de neutraliser la brune en lui sautant habilement dessus dans l’optique de la faire basculer mais, trop tard, L’inconnue se retourne, lui plaquant une main sur la bouche lui intimant de se taire.  « chut ! Ne nous fait pas repérer. Tu es qui, et tu leur as fait quoi ? » Sasha fronce les sourcils, prête à riposter lorsqu’elle se rendit compte que le ton de la jeune femme n’était en rien menaçant. Elle prend alors un instant pour la regarder lorsque son visage s’éclaire soudain. Sasha se dégage et tire la jeune femme pour se mettre à couvert, juste avant de lui subtiliser son arme dans une aile manoeuvre.

« Sofia ? C'est moi... bordel mais... toi aussi ils t’ont envoyé pour m’attraper ? Non mais sérieux vous êtes combien aux justes ? Je leur fais si peur que ça ? »  finit-elle par lui murmurer. Sofia, était une jeune recrue qui avait fait ses débuts avec Sasha. Au fil des années, elles avaient créé un lien de confiance mutuelle. Quoique la Russe ne lui ait jamais dévoilé son véritable prénom. « Est-ce que je vais devoir te neutraliser toi aussi ? » et comme un avertissement elle pointa larme sur le ventre de la jeune femme.  « Alors ? » Insiste t-elle alors qu’elle espère secrètement ne pas devoir lui faire du mal. « Je peux avoir confiance en toi ? » Elle ne lui ferait aucun sans doute aucun mal si Sasha se rendait compte qu’elle pouvait lui faire confiance.
MOTS: 541/ WILDBIRD

___________________________________

BORN TO BE ASSASSIN  
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Dim 21 Fév - 16:17


________________________________________________________________

Dans une habile manœuvre, la femme mystérieuse prit l'arme que je tenais dans ma main. J'haussais alors un sourcil, surprise. Soudain, j'observais d'un peu plus près son visage et ses traits me revinrent enfin en mémoire. C'était une femme avec qui j'avais travaillé pendant un certain temps, quand je venais d'arriver au LA. Pendant des années, nous étions restées ensemble lors de diverses interventions. C'était devenue une de mes proches, j'avais beaucoup d'affection pour elle, et je croit que c'était réciproque. Je restais un moment plantée là, comme une cruche, sans même bouger, avant qu'elle ne prenne la parole ; semblant m'avoir reconnue elle aussi.

« Sofia ? C'est moi... bordel mais... toi aussi ils t’ont envoyé pour m’attraper ? Non mais sérieux vous êtes combien aux justes ? Je leur faire si peur que ça ? »

J'ouvrais de grand yeux comme si j'avais vu un fantôme. Enfin, c'est un peu comme si je venais d'en croiser un puisque, du jour au lendemain, elle ne m'avait plus donné de nouvelles. Elle reprit la parole.

« Est-ce que je vais devoir te neutraliser toi aussi ? » puis elle pointa le pistolet sur mon ventre. « Alors ? Je peux avoir confiance en toi ? »

J'esquissais un petit sourire en coin, un peu perdue, avant de retenir un petit rire compatissant, une lueur d'espoir dans les yeux. Je venais littéralement de me prendre une claque en pleine figure. Ma tête se mouvait de haut en bas en signe d'approbation, puis je m'approchait un peu d'elle, méfiante tout de même, avant de la prendre dans mes bras pour l'étreindre.

« Si tu savais comme tu m'avait manqué ! »

Maintenant, tout de suite, là, j’avais peur pour elle. Je savais qu’une équipe entière du groupe d’élite de la LA l’attendait –et j’avais d’ailleurs omis de lui dire-, et j’étais dans son camp. Je regardais un peu partout autour de moi, et me dégageait prudemment de son étreinte pour lui faire signe de me suivre dans le bâtiment en travaux. Tout sentait le propre, mais ce n’était visiblement pas achevé, et ça puait, en plus.

Je distinguais au fond du couloir principal une petite porte en métal. Je m’en approchais timidement, regardant bien de partout, craignant que la LA soit venue jusqu’ici, qu’ils se demandent ce que je fais, etc. – Ce serait bien la première fois ! – J’ouvrais prudemment la porte, vérifiant derrière mon dos que ma partenaire était toujours là, avant de m’adresser à elle.

« Je crois que cette porte mène au derrière du bâtiment, mais des gars de la LA seront sûrement planqués là-bas. Faut faire gaffe, mais je sais que tu sais ce que tu fais. Tu me suis ? »

Revenir en haut Aller en bas

SOS : 143
ÂGE : 30 ans
CÉLÉBRITÉ : Scarlett Johansson
NATURE : humaine forever !
LOCALISATION : Washington DC

CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP:
avatar
Sasha Kurlienkov
keep watching world, dude

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Jeu 25 Fév - 7:44


   
   Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Elle se trouvait désormais devant elle. Voilà des mois que Sasha s’était évertué à disparaître des radars de la Légion d’Arès et pour cause, elle avait fini par comprendre qu’une grande partie de sa vie n’était faite que de mensonge. Il lui avait faits miroités tant de chose, dont un moyen illimité en ressources pour retrouver l’assassin de sa famille. Mais voilà, la triste vérité est qu’elle était tombé dans leurs pièges. Un piège calculait depuis le début par ses salopards qui avaient profité d’elle et de son envie de vengeance. Elle s’était fourvoyé depuis le début, travaillant ainsi depuis des années pour les assassins de la famille Vladimirovitch.

Avec le temps on aurait pu dire que sa soif de vengeance s’était peu à peu calmé, mais non, au contraire. Elle avait perdu tant de chose à cause d’eux. Sa famille, son titre d’héritière, ou encore son amour pour qui elle avait fini par faire définitivement une croix, ne serait-ce que pour le protéger. Tout semblait échapper à son contrôle. La légion d’Arès à ses trousses, s’évertuer à faire de sa vie un enfer. Sa tête mise à prix, elle ne pouvait pas faire un pas sans qu’elle ne tombe rapidement devant des agents de là LA, essayant à tour de rôle d’avoir sa tête. Ils voulaient tous se mesurer au légendaire Camélia noir. La femme aux multiples visage et déguisement. L’experte en camouflage. Mais il était certains, que la jeune femme n’allait pas se laisser faire. Elle avait de la ressource et assez de connaissance dans le monde extérieur pour qu’elle puisse s’en sortir et Sofia semblait être une de ses nombreuses connaissances.

Un faible sourire apparut lorsque la brune la prit dans ses bras.Quelque peu soulagée par cette étreinte, elle n’avait tout de même pas baisser sa garde. Avec les années passées à la solde de la Légion d’Arès si elle avait pu apprendre une chose s’était de ne jamais sous-estimé qui que ce soit. Chaque agent caché une histoire, une identité. Regarder Sasha, elle était issue d’une ancienne famille Royale Russe reconvertie en une mercenaire. Qui l’aurait cru ?  « si tu savais comme tu m'avais manqué ! ». L’arme qu’elle pointait quelques minutes auparavant s’écarta rapidement tandis que la trentenaire étreignit son « amie » non sans laisser transparaitre une légère grimace. Les yeux fermés quelques secondes, elle ne put s’empêcher de se mordre l’intérieur de la lèvre. Cette blessure lui faisait terriblement mal.  « Moi aussi, je pensais pas que tu serais de mon côté… pour tout te dire. » Elle l’éloigna quelques secondes, regardant minutieusement le visage de sa nouvelle alliée.

 « Tu es décidément beaucoup de surprises » finit-elle par lui dire avant d’entre de nouveau des pas dans le couloir environnant. L’homme qui suivait Sofia semblait désormais la chercher. Sasha retint immédiatement son souffle plaquant la jeune femme contre le mur, lui faisant signe de se taire. « Je crois que cette porte mène au derrière du bâtiment, mais des gars de là LA seront sûrement planqués là-bas. Faut faire gaffe, mais je sais que tu sais ce que tu fais. Tu me suis ? » Elle tourna alors la tête vers la porte un instant. L’hésitation s’insinuant doucement en elle, et si c'était un piège . Un soupir s’échappa d’entre ses lèvres avant de regarder de nouveau discrètement vers la porte d’où Sofia venait… Elle avait le choix. Ou elle allait devoir neutraliser un agent ou prendre le risque de tomber sur dix agents armés jusqu’aux dents l’attendant de pied ferme. Mais tout le monde connaissait Sasha. Elle aimait prendre des risques, c’était d’ailleurs comme cela qu’elle avait fini par se faire une réputation de tueuse à gages redoutable.  « Je te suis » Souffla t-elle 


MOTS: 644/ WILDBIRD

___________________________________

BORN TO BE ASSASSIN  
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Jeu 25 Fév - 16:04


________________________________________________________________

Lorsque je l’étreignis, je pu sentir que son arme se détacha lentement de mon ventre, pour s'écarter un peu plus loin. Je poussais, non sans avoir eu peur, un petit soupir de soulagement. Je crus apercevoir un léger sourire lorsqu'elle m'étreignit à son tour, mais peut-être n'était-ce qu'une illusion. J'étais contente d'être là avec elle mais, cette situation n'était pas forcément la plus confortable. Deux traîtresses pour le prix d'une. Lorsque je proposais à ma collègue de sortir par la porte discrètement, elle regarda celle-ci un instant, le doute ancré sur son visage impassible. Elle soupirait doucement, puis semblait réfléchir encore, encore, pendant que les pas se rapprochaient insidieusement de nous, comme un avertissement pour nous pousser à aller plus vite. Alors, dans un souffle, la jeune femme murmura « Je te suis »

Je m’enfonçais alors dans la pénombre du chantier maintenant vide, d'une allure terriblement effrayante. Les bruits de pas avaient cessé, bizarrement, et mon souffle se faisait plus court lorsque je posais mon premier pied sur les gravillons secs. L'on pouvait entendre des bruits, des glissements, des couinements. Bref, pleins de choses assez inquiétantes, d'ailleurs. Ma respiration se saccadait tandis que je me déplaçais doucement, glissant presque sur le sol jusqu'au prochain carrefour, la rouquine derrière mon dos. Soudain une voix d'homme retentit, et je me retournais en panique pour lui adresser un rapide coup d'œil, glissant mon doigt sur mes lèvres en signe de silence.

« Les filles sont allées dans ce bâtiment je crois. Mais elles n’y sont plus maintenant, je sais pas trop où elles sont, en fait. Soit Sofia l’a butée, soit elle nous a trahi. Je crois aux deux de la même façon. »

« Tiens un peu ta langue, putain. Le chef l'aime bien. On va la retrouver, c’est tout. Il nous a dit d’encercler le périphérique. Fait-le, au lieu de jacasser. »

Les pas s'éloignèrent alors petit à petit, alors que mon rythme cardiaque, lui, avait considérablement augmenté. Je me tournais à nouveau vers la rousse et lui adressait un petit sourire en coin, me retenant même de pouffer très légèrement, étant donné la situation qualifiée d'amusante à mon goût. J'ai toujours aimé le danger, sentir l'adrénaline monter dans tes veines, ton souffle s'accélérer et le fait que ta vie dépende de chaque misérable seconde. Je lui adressais alors un signe de tête, contournant doucement le bâtiment que l'on venait de traverser en longeant prudemment le mur, histoire qu'on ne nous voit pas. D'un coup, une voix étourdissante retentit : « Elles sont là ! En formation ! »

Sans que nous n'ayons le temps de comprendre ce qu'il se passait, une dizaine de soldats accoururent à nos côtés, nous encerclant d'une ligne parfaitement droite. Tout ce qu'il y a de plus détestable, quoi. Je regardais ma nouvelle partenaire de combat, une lueur d'excitation dans les yeux, un air malicieux scotché durement sur mon visage. Elle savait très bien ce qu'elle allait faire, moi aussi. On avait toujours fait ça, en fait. C'est comme si on se retrouvait sur une scène de déjà vu, et ça me plaisait beaucoup. Peut-être qu'on allait retrouver notre complicité du passé, en fait. Je finis par me mettre dos à dos à elle, tandis que les soldats nous scrutaient silencieusement, leurs armes à la main.

D'un coup, je fondis sur eux, mes couteaux en main, tourbillonnant comme un manège affolé. Je vis ma collègue s'élancer à son tour.

Revenir en haut Aller en bas

SOS : 143
ÂGE : 30 ans
CÉLÉBRITÉ : Scarlett Johansson
NATURE : humaine forever !
LOCALISATION : Washington DC

CARNET
RÉPERTOIRE DE CONTACTS & LIENS:
DISPONIBILITÉ RP:
avatar
Sasha Kurlienkov
keep watching world, dude

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia Mer 16 Mar - 7:45


   
   Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia


Elle avait cédé à la tentation et avait suivi son instinct. Faire confiance à Sofia.  «  Tu as conscience que si tu m’aides… c’est fini pour toi .Ils te traqueront comme ils le font depuis des mois avec moi ! » Elle ne put s’empêcher de l’avertir une seconde fois. Vivre cacher, changer d’identité, jetait des regards sans cesse derrière soit, n’était pas de tout repos. On peut rapidement devenir parano et se couper du monde. Rejeté les gens auxquels nous tenons le plus par simple peur qu’ils soient mis en danger par notre faute. C’était le cas pour Sasha. Elle avait dut abandonner Ethan derrière elle pour sa simple sécurité et Dieu sait que cela lui avait fendu le coeur. Jusqu’à présent, l’idée même de l’approcher ne lui avait pas effleuré l’esprit une seule seconde, car elle le savait. La Légion d’Arès se servirait de lui pour l’atteindre et ça, elle ne pouvait le permettre.

Sortant de ses pensées, son regard se focalisa de nouveau sur Sofia. Peut-être était-elle définitivement de son côté après tout ? Elle était prête à lui donner rue bénéficie du doute, si cela lui permettait de se faufiler à l’extérieur sans se faire prendre. Les yeux qui s’adaptent peu à peu la pénombre, les deux jeunes femmes s’enfoncèrent un peu plus, prenant une sortie de secours, à la limite de courir, longeant les murs afin de se fondre dans la nuit et ne pas se faire repérer. Leurs survies étaient en jeu, chacune d’elles en était consciente, elle devait partir d’ici rapidement. À chaque coin de rue, où tournant, elles étaient susceptibles de tomber sur un agent armé prêts à leur bondir dessus à la moindre occasion.

Par chance, aucun agent se trouvait là. Oui, mais pour combien de temps ? La respiration saccadée, le souffle glacial de la routine se propageait dans les airs, laissant devant elle un nuage. En cette période d’hiver, les nuits étaient assez éprouvantes à Washington DC, et elle regretté déjà être sortie. J’aurais dû écouter Jules » pensait-elle alors que petit à petit elle se rendit compte qu’elle n’était pas la seule à avoir un rythme cardiaque légèrement plus élevé que d’habitude. Longeant les murs, en surveillant bien de ne pas faire trop d bruit,elles arrivèrent à une intersection lorsqu’elles entendirent soudain une voix d’homme. Sasha se colla immédiatement contre le mur le plus proche, sortant son silencieux prête à attaquer alors que Sofia glissé un doigt sur ses lèvres l’intiment de garder le silence. Un petit signe de tête, et elle s’approcha légèrement pour voir combien ils étaient.

« les filles sont allées dans ce bâtiment je crois. Mais elles n’y sont plus maintenant, je sais pas trop où elles sont, en fait. Soit Sofia l’a butée, soit elle nous a trahis. Je crois aux deux de la même façon. »
Elle fronce les sourcils. Comme si on pouvait « buter » la Camélia Noir sans avoir perdu la vie en premier. Elle s’était peut-être fait tirer dessus, mais elle pouvait encore se battre. Sasha n’était pas du genre à s’apitoyer sur son sort. « tiens un peu ta langue, putain. Le chef l'aime bien. On va la retrouver, c’est tout. Il nous a dit d’encercler le périphérique. Fais-le, au lieu de jacasser. » Elle retint un grognement, mécontente, si elle n’avait pas été blessé à l’épaule il y aurait surement longtemps que ces deux-là se seraient retrouvés allongés face contre terre, la tête dans le gravillon. Les pas s’éloignèrent et doucement, Sasha se détendit légèrement, néanmoins elle resta sur ses gardes. Sofia se retourna vers la rouquine un petit sourire en coin, elle se retint à grande peine de pouffer. Connaissant Sofia, Sasha secoua la tête. Elle savait que la brune avait toujours aimé le danger, sentir l’adrénaline montait en elle. Tandis que son mentor, elle, préférait restait dans l’ombre et prendre ses ennemis par surprise. Elles longèrent bientôt le bâtiment qu’elles venaient de contourner lorsque des dizaines de voix se firent entendre. Des hommes, des agents. « Elles sont là ! En formation ! » La LA les avaient repéré. La Russe lâcha un juron  «et merde ! manquait plus que ça… saloperie ! »


Ils se trouvaient désormais en face d’elles, pas le choix, elles allaient devoir faire face ensemble. Elle retint une grimace, la douleur dans son épaule se réveilla. Ho diable la douleur et les tiraillements, elle allait devoir sortir l’artillerie. Elle prit alors une grande inspiration et vie Sofia bondirent vers eux, alors que je faisais de même, finalement j’allais mette de côté mon arme. Plus à l’aise au combat au corps-à-corps, je m’élancer à mon tour, décidant de m’occuper des deux hommes en face de moi. L’adrénaline qui monte, la respiration parfaitement contrôlée, les coups qui s’abattent à tour de rôle sur ses assaillants…

MOTS: 823/ WILDBIRD

___________________________________

BORN TO BE ASSASSIN  
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Revenir en haut Aller en bas

Peut-on parler de loyauté entre assassins ? Feat Sofia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Peut-on parler d'opposition avec l'effondrement de l'étât?
» Doit-on, peut-on parler d'une nation haïtienne?
» Diner entre voisines [feat. Jonelle]
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» Qu'est ce qu'un opposant politique en Haiti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives Saison 1 et Saison 2 :: Archives :: Archives Rpgique :: Saison 2 :: Saison 2: rp non fini-